La foi de Jésus
Jésus avait en Dieu une foi sublime venant du cœur. Il éprouva les hauts et les bas ordinaires de l'existence humaine, mais il ne mit jamais religieusement en doute les soins et les directives de Dieu. Sa foi était le fruit d'une clairvoyance née de l'activité du divin esprit intérieur, qui nous habite tous. Cette foi n'était ni traditionnelle, ni simplement intellectuelle; elle était entièrement personnelle et purement spirituelle.

Jésus ne s'accrocha pas à la foi en Dieu comme une âme se débattant dans une guerre contre l'univers et menant une lutte à mort contre un monde hostile et pécheur. Il n'avait pas recours à la foi uniquement pour se consoler au milieu des soucis ou pour s'encourager devant la menace du désespoir. La foi n'était pas pour lui une simple compensation illusoire aux réalités déplaisantes et aux tristesses de la vie. En face de toutes les difficultés naturelles et des contradictions temporelles de l'existence humaine, il éprouvait la tranquillité d'une confiance suprême et indiscutée en Dieu, et le prodigieux sentiment de vivre, par la foi, dans la présence même du Père céleste. Cette foi triomphante était une expérience vivante d'épanouissement spirituel effectif. La grande contribution de Jésus aux valeurs de l'expérience humaine, ne fut pas de révéler tant d'idées nouvelles au sujet du Père céleste, mais plutôt de démontrer si magnifiquement et humainement un type nouveau et supérieur de foi vivante en Dieu . Jamais dans la vie d'aucun homme Dieu ne devint une réalité aussi vivante que dans l'expérience de Jésus de Nazareth.

La foi spirituelle de Jésus, ardente et indomptable, ne devint jamais fanatique, car elle n'essaya jamais de s'imposer à son jugement intellectuel bien équilibré concernant les valeurs relatives des situations pratiques et ordinaires de la vie sociale, économiques, et morale. Jésus coordonnait toujours la foi de l'âme avec les sages appréciations d'une expérience mûrie. Sa foi personnelle, son espérance spirituelle, et sa dévotion morale étaient toujours liées dans une incomparable unité religieuse associant harmonieusement un sens aigu de la réalité et le caractère sacré de toutes les allégeances humaines : honneur personnel, amour familiale, obligations religieuses, devoir social, et nécessités économiques.

La foi de Jésus se représentait toutes les valeurs spirituelles comme incluses dans le royaume de Dieu (famille spirituelle), et c'est pourquoi il disait : ``Cherchez d'abord le royaume des cieux ``(Matthieu VI-33). Jésus voyait dans la communauté idéale et évoluée de la famille spirituelle la réalisation et l'accomplissement de " la volonté de Dieu ". L'essentiel de la prière qu'il enseigna à ses disciples était ``Que ton règne vienne , que ta volonté soit faite``. Ayant ainsi conçu la famille comme incluant la volonté de Dieu, il se consacra à la manifester avec un étonnant oubli de soi et un enthousiasme illimité. Mais dans toute l'intensité de sa mission et durant toute sa vie, il ne fit jamais apparaître l'acharnement d'un fanatique ni l'exaltation superficielle d'un égoïste religieux. Quand nous nous trouvons en face de ce splendide oublie de soi, nous commençons à comprendre comment le Père Universel trouva possible de se manifester si pleinement à Jésus et de se révéler à travers lui.

En tant qu'homme de la famille, Jésus apporta à Dieu la plus grande de toute les offrandes : il consacra et dédia sa propre volonté au service de faire la volonté divine. Jésus interprétait toujours la religion entièrement sous l'aspect de la volonté du Père.

La foi de Jésus n'était ni dépourvue de maturité ni crédule comme celle d'un enfant mais, sous beaucoup de rapports, elle ressemblait mentalement à la confiance candide des enfants. La confiance de Jésus en Dieu ressemblait beaucoup à celle d'un enfant en ses parents. La foi sincère de Jésus dans la bonté fondamentale de l'univers ressemblait beaucoup à celle d'un enfant dans la sécurité familiale. Jésus conjuguait le courage solide et intelligent d'un adulte avec l'optimisme sincère d'un enfant croyant. Sa foi avait grandi jusqu'à un tel degré de confiance qu'elle était dépourvue de crainte.

La vie terrestre de Jésus fut consacrée à un seul grand dessein : faire la volonté du Père, vivre la vie humaine religieusement et par la foi. Il ne demandait pas à ses disciples de croire en lui, mais plutôt de croire avec lui à la réalité de l'amour de Dieu et d'accepter en toute confiance l'assurance de leur filiation avec le Père céleste. Jésus désire que tous ses fidèles partagent pleinement sa foi transcendante . D'une manière fort touchante, il mit ses partisans au défi non seulement de croire ce qu'il croyait, mais aussi de croire comme il croyait. Telle est la pleine signification de son commandement suprême : " SUIS-MOI ".