Religion
Bien que les religions du monde aient une origine double - dans la nature et dans la révélation - on retrouve à tout moment, chez n'importe quel peuple, trois formes distinctes de dévotion religieuse:

1- La religion primitive. Le besoin naturel et instinctif de craidre des énergies mystérieuses et d'adorer des forces supérieures; c'est principalement la religion de la nature physique, la religion de la peur.

2- La religion de la civilisation. Ce sont les conceptions et les pratiques religieuses évoluantes des races qui se civilisent - la religion de la pensée - la théologie intellectuelle appuyée sur l'autorité de la tradition religieuse établie.

3- La vraie religion, celle da la révélation. C'est la révélation des valeurs surnaturelles, une pénétration partielle des réalités éternelles, un aperçu de la bonté et de la beauté du caractère infini du Père céleste - la religion de l'esprit telle qu'elle est démontrée dans l'expérience humaine.

Jésus refusa de minimiser la religion des sens physiques et des craintes superstitieuses de l'homme primitif, mais il déplora le fait que cette forme initiale d'adoration subsistât encore à un pareil degré dans les pratiques religieuses des races les plus intelligentes de l'humanité. Il exposa clairement la grande différence entre la religion intellectuelle et la religion spirituelle; alors que la première est soutenue par l'autorité ecclésiastique, la seconde est entièrement fondée sur l'expérience humaine personnelle.

Jusqu'à ce que la race humaine atteigne un niveau supérieur où elle reconnaîtra d'une manière plus générale les réalités de l'expérience spirituelle, un grand nombre d'hommes et de femmes continueront à faire montre d'une préférence personnelle pour les religions d'autorité n'exigeant qu'un assentiment intellectuel. Elles contrastent avec la religion de l'esprit, qui implique une participation active de la pensée et de l'âme à l'entreprise de foi consistant à en venir aux prises avec les rigoureuses réalités de l'expérience humaine progressive.

Les religions d'autorité, bien assises, cristallisées, et établies, fournissent un abri tout prêt où les âmes humaines timides et boulversées peuvent se réfugier quand elles sont assaillies de craintes et tourmentées d'incertitudes. Comme prix à payer pour les satisfactions et les assurances qu'elles donnent, elles n'exigent qu'un assentiment passif et purement intellectuel. Mais en liant ainsi leur sort à celui des religions d'autorité, ces hommes et ces femmes compremettent la souveraineté de la personnalité, avilissent la dignité du respect de soi, et renoncent complètement au droit de participer à la plus passionnante et vivifiante de toutes les expériences humaines: la recherche personnelle de la vérité, la joie d'affronter les périls de la découverte intellectuelle, la résolution d'explorer les réalités de l'expérience religieuse personnelle, la satisfaction suprême du triomphe personnel dans la victoire de la foi spirituelle sur les doutes intellectuels; cette victoire se gagne honnêtement dans l'aventure suprême de toute l'existence humaine - celle de l'homme et de la femme qui recherchent Dieu pour eux-même et qui le trouvent.

La religion de l'esprit signifie efforts, lutte, conflits, foi, résolution, amour, fidélité, et progrès. La religion dogmatique, la théologie d'autorité, n'exige de ses croyants officiels, qu'une partie infime de ces efforts. La tradition est un refuge sûr et un sentier facile pour les âmes tièdes et craintives qui évitent instinctivement les luttes spirituelles et les incertitudes mentales accompagnant les aventures audacieuses. Les hommes et les femmes de foi voyagent en haute mer, sur les océans des vérités inexplorées, à la recherche des rivages lointains, des réalités spirituelles susceptibles d'être découvertes par la pensée progressive et expérimentées par l'âme humaine en évolution.

Chaque race de l'humanité a son point de vue mental particulier sur l'existence humaine; la religion mentale doit donc toujours s'harmoniser avec ces divers points de vue. Les religions d'autorité ne parviendront jamais à s'unifier. Seul le don supérieur de la religion de l'esprit peut réaliser l'unité et la fraternité de toute l'humanité. Les mentalités raciales peuvent différer, mais tous les hommes et toutes les femmes sont habités par le même esprit divin. L'espoir d'une fraternité mondiale ne peut se réaliser que si les religions d'autorité, mentales et divergentes, se laissent imprégner et dominer par la religion unifiante et ennoblissante de l'esprit - la religion de l'expérience spirituelle personnelle.