Le souper de la souvenance
Lorsque les apôtres apportèrent la troisième coupe de vin, la ¨coupe de la bénédiction¨, Jésus se leva de son divan, prit la coupe dans ses mains, et la bénit en disant :¨Prenez cette coupe et buvez en tous. Ce sera la coupe de ma souvenance. C'est la coupe qui bénit une nouvelle dispensation de grâce et de vérité. Elle symbolisera pour vous l'effusion et le ministère du divin Esprit de Vérité. Je ne boirai plus de cette coupe avec vous jusqu'à ce que j'en boive de nouveau, sous une autre forme, dans le royaume éternel de mon Père.¨

Tandis qu'ils buvaient cette coupe de la bénédiction avec un profond respect et en parfait silence, tous les apôtres pressentirent qu'il se passait quelque chose d'extraordinaire. L'ancienne Pâque commémorait l'accession de leurs ancêtres passant d'un état d'esclavage racial à la liberté individuelle. Maintenant le Maître instituait un nouveau souper de la souvenance, symbolisant la nouvelle dispensation où l'individu asservi aux cérémonies et à l'égoïsme émerge dans la joie spirituelle de la fraternité et de la communauté des fils du Dieu vivant libérés par la foi.

Quand ils eurent fini de boire cette nouvelle coupe de la souvenance, Jésus prit le pain et le rompit en morceaux après avoir dit :¨Prenez ce pain de la souvenance et mangez-le. Je vous ai dit que je suis le pain de vie, qui est la vie unifiée du Père et du Fils en un seul don. La parole du Père, telle qu'elle est révélée par le Fils, est en vérité le pain de vie¨. Quand les apôtres eurent mangé le pain de la souvenance, symbole de la vivante parole de vérité incarnée dans la similitude d'une chair mortelle, ils se rassirent.

En établissant l'unique cérémonie associée à l'ensemble de sa mission de sa vie, Jésus prit grand soin de suggérer sa signification plutôt que de s'en remettre à des définitions précises. Il ne souhaitait pas détruire, par l'établissement d'une formalité concrète, le concept individuel de la communion divine, et ne voulait pas non plus limiter l'imagination spirituelle des croyants en la paralysant officiellement. Il cherchait plutôt à affranchir l'âme humaine née à nouveau, en l'installant joyeusement dans l'envol d'une liberté nouvelle et vivante.

Le souper de la souvenance est le rendez-vous symbolique des croyants, avec Jésus. Quand on devient ainsi conscient de l'esprit, le Fils est effectivement présent, et son esprit fraternise avec le fragment intérieur de son Père qui nous habite constamment.

Apres que les apôtres eurent médité durant quelques moments, Jésus poursuivit :¨Quand vous accomplirez ce rite, souvenez-vous de la vie que j'ai mené sur terre parmi vous, et réjouissez-vous que j'aille continuer à vivre sur terre avec vous et servir par vous. Et quand vous vous souviendrez de moi, faites un retour sur ma vie incarnée, rappelez-vous que j'ai jadis été avec vous, et ensuite discernez par la foi que vous souperez tous un jour avec moi dans le royaume éternel du Père. C'est la nouvelle Pâque que je vous laisse, le souvenir de ma vie d'effusion, la parole de vérité éternelle, mon amour pour vous, l'effusion de mon Esprit de Vérité sur toute chair¨.