Amèriq

The only good diarist is a dead diarist...

2.4.07

 
La portugaise en papier

Le Portugais s'en fait jouer une bien bonne par les aléas météorologiques du systême en place, présentement au-dessus de sa tête. Je les maudis, ces aléas, s'emporte t-il. Cette flotte, sur ma parcelle de trottoir! Où sont donc passés ces putains de parcelles de soleil de Lafortune? Et ne venez surtout pas me demander ce qu'un Portugais comme lui peut bien connaître à Claude Lafortune. Peut-être tout celà a-t-il un certain rapport avec toutes ces icônes religieuses, éparses, à sa porte. Je ne saurais dire.

C'est que le fils de la voisine d'en-face, oui, le p'tit gros pas trop brillant, lui, il aurait suinté, ce week end. Sa mère, folle comme un Viléda, s'époumonnait sur la voie publique, aux petites heures du matin de dimanche. Il suinte! Il suinte, mon fils, fier descendant de Portugais, suinte comme un pas-possible. Jésus. Marie. Pis Joseph. Devrait-on même ajouter Marie-Madeleine, Jose et Judas, fils de Jésus. Bref, vous pigez que ça ne pouvait finir autrement que par un appel à l'aide lancé à l'institut psyachiatrique le plus près.

Mais ne faisons pas comme le Portugais, ne dévions pas. Quoi? Vous ne saviez pas qu'il déviait? Mais à quoi donc pensiez-vous? Clair comme de l'eau Laroche. Le petit animal à poils blancs et frisés qui l'accompagne quotidiennement, vous croyez vraiment qu'il soit possible de se procurer un tel animal ailleurs que dans une boutique érotique? Faites vos recherches sur Google, vous verrez bien de quoi il en retourne. Et ne me demandez-pas de vous expliquer le comment du pourquoi des fleurs et des abeilles. Vous avez bien un père ou une mère comme tout le monde, non?

Donc, le Portugais en est encore à maudire les aléas, exactement comme il est écrit dans le premier paragraphe de la présente entrée. Je n'irai quand même pas jusqu'à pratiquer le papier-collé ici, ce n'est pas du tout mon genre, je ne suis pas celui que vous croyez. Arrière, z'allez-rétro. Lisez plutôt ce qui suit, vous aurez ainsi l'opportunité de poursuivre la lecture de ce texte, et ainsi éviter de tomber grossièrement dans le piège du gros Brodeur, votre descendance vous en sera gré.

Extérieur, jour. Ciel gris. Y pleut. Vent léger, Sud/Sud-Est. Humidité relative: préfère ne pas répondre.

Au moment même où le royaume éphémère du roi déviant et Portugais semblait à la merci des élements, la reine, toute autant Portugaise, toute autant velue et toute autant dodue, fit son apparition. Oh, mon Portugais et déviant roi, que fais-tu donc encore ici? Tenterais-tu, une fois de plus, de soustraire à mon regard le spectacle de tes déviances? Dis-toi bien, con de roi, qu'occulter tes déviances ne fera en fait, qu'en souligner la nature vil et abject. Mais trève de faux-semblant, je suis ici pour emprunpter, le temps d'un coït, l'animal à poils blancs et frisés présentement suspendu à votre verge.

Et tout ça, un lundi, sous un ciel gris.

Commentaires: Enregistrer un commentaire



Liens vers ce message:

Créer un lien



<< Accueil

Archives

02/01/2003 - 03/01/2003   03/01/2003 - 04/01/2003   04/01/2003 - 05/01/2003   05/01/2003 - 06/01/2003   06/01/2003 - 07/01/2003   07/01/2003 - 08/01/2003   08/01/2003 - 09/01/2003   09/01/2003 - 10/01/2003   10/01/2003 - 11/01/2003   11/01/2003 - 12/01/2003   12/01/2003 - 01/01/2004   01/01/2004 - 02/01/2004   02/01/2004 - 03/01/2004   03/01/2004 - 04/01/2004   04/01/2004 - 05/01/2004   05/01/2004 - 06/01/2004   09/01/2004 - 10/01/2004   10/01/2004 - 11/01/2004   01/01/2005 - 02/01/2005   03/01/2005 - 04/01/2005   03/01/2006 - 04/01/2006   06/01/2006 - 07/01/2006   11/01/2006 - 12/01/2006   12/01/2006 - 01/01/2007   01/01/2007 - 02/01/2007   03/01/2007 - 04/01/2007   04/01/2007 - 05/01/2007   11/01/2007 - 12/01/2007   01/01/2008 - 02/01/2008   02/01/2008 - 03/01/2008   09/01/2008 - 10/01/2008   04/01/2009 - 05/01/2009  

This page is powered by Blogger. Isn't yours?

Abonnement Messages [Atom]