INDEXHOMELIENSECRIREENGLISH

CHRYSLER Airflow 1934
AMPHICAR 1964
CADILLAC Touring 1926
CADILLAC Eldorado Brougham 1957-58
CADILLAC Convertible 1966
CITROEN Traction Avant
FERRARI 250 GT Lusso
PONTIAC Fiero GT 1988
IMPERIAL 1955-56
IMPERIAL 1962
IMPERIAL 1981-83
JAGUAR E Type
JAGUAR Mark II
LOTUS Europe Serie 1
MASERATI 3500 GT
MG Midget
MG TF 1500
MORGAN 4/4 Competition 1968
PIERCE ARROW Roadster 1929
ROLLS ROYCE Phantom II 1934
STANLEY Steamer 1924
STUDEBAKER Hawk
Les voitures américaines aérodynamiques

logo CHRYSLER
 
CHRYSLER & De SOTO AIRFLOW 1934
 
CHRYSLER Airflow Coupe 1934
De Soto Airflow 1934, le tableau de bord
CHRYSLER Airflow 1934, le tableau de bord
     
 

TECHNIQUE

MOTEUR:
6 cylindres en ligne, cylindrée: 241,5 ci ( 4 litres).
Carburateur Ball & Ball.
Compression: 6,2 : 1, puissance maxi : 100 ch SAE à 3400 t/mn.
Commande des soupapes: arbre à cames et soupapes latérales.
Installation électrique: 6 V.

TRANSMISSION:
Trois vitesses + overdrive + "roue libre" + embrayage automatique. Propulsion.

SUSPENSION:
AV: essieu rigide, ressorts à lames, amortisseurs à levier.
AR: essieu rigide, ressorts à lames, amortisseurs à levier.

DIRECTION:
Vis et galet.

FREINS:
AV & AR: tambours.

PNEUS:
6,50 x 16".

DIMENSIONS PRINCIPALES:
Empattement 293 cm.
Poids à sec: + de 1500 kg.

PERFORMANCES:
Vitesse maxi: 140 km/h.
Consommation d'essence: 15 l / 100km.

 
     
 

Lorsque Chrysler (Walter P. lui-même) décide de lancer en 1934 cette voiture révolutionnaire, il était alors persuadé que cette voiture serait un franc succès... Et il n'avait pas tort !

Las ! Les structures industrielles de l'époque sont fragiles... Dixit les historiens, car en fait ceci n'a guère changé ( voir les déboires de la "petite" Mercedes Classe A et la "minuscule" Smart du même constructeur: l'avenir nous dira s'il vaut mieux être prophète de nos jours !). En effet, la voiture, ou plutôt les, car Chrysler vendait le modèle Airflow sous sa marque et sous le label De Soto pour toucher un public plus large, eut du succès dès son lancement... C'était sans compter sur des problèmes industriels qui, d'une part firent des premiers exemplaires livrés des chefs-d'oeuvre de tracas de toutes sortes, ce qui retarda la sortie des voitures "fiabilisées" et découragea les acheteurs américains habitués à profiter dès l'achat de leur nouveau jouet ! Les ventes s'effondrèrent...

Parmi les premières "tout acier" des manufacturiers américains, cette voiture devait son petit nom à l'aérodynamique, ce qui pour n'être pas franchement nouveau avait au moins le mérite de mettre ce progrès à la portée du plus grand nombre, lequel en toute illogique "pré-marketing" lui préféra sa demi-sœur plus conventionnelle, la Chrysler "Airstream", ce qui ne fût pas le cas de De Soto qui vît ses ventes s'effondrer, l'Airflow étant son seul modèle...

Pauvre grand nombre ! Il ne savait pas à côté de quoi il passait... l'Airflow en effet, était plus qu'une voiture à l'esthétique originale, c'était une voiture moderne pourvue de nombreux aménagements de confort qui la démarquait nettement de la concurrence: rapport habitabilité-encombrement, ventilation de l'habitacle, passagers arrière installés en avant de l'essieu, avec pour effet de rendre ces places enfin confortables, et une infinité de petits raffinements qui en font une voiture "à part".

Sur la route, ce sont des automobiles exquises et raffinées, dorlotant les passagers avec leurs suspensions moelleuses, le grand espace habitable, l'ergonomie des commandes, la douceur de leurs mécaniques (huit cylindres pour les Chrysler, six pour les De Soto).

En 1935, l'Airflow se trouva estropiée par les génies qui la créèrent pour satisfaire la clientèle: capot disgracieux pour faire "classique"... C'en était fini, ce qui n'a pas empêché le naufrage !

Pourtant Walter P. Chrysler avait raison...

 


suivante
...

 


INDEXHOMELIENSECRIREENGLISH