INDEXHOMELIENSECRIREENGLISH
CHRYSLER Airflow 1934
AMPHICAR 1964
CADILLAC Touring 1926
CADILLAC Eldorado Brougham 1957-58
CADILLAC Convertible 1966
CITROEN Traction Avant
FERRARI 250 GT Lusso
PONTIAC Fiero GT 1988
IMPERIAL 1955-56
IMPERIAL 1962
IMPERIAL 1981-83
JAGUAR E Type
JAGUAR Mark II
LOTUS Europe Serie 1
MASERATI 3500 GT
MG Midget
MG TF 1500
MORGAN 4/4 Competition 1968
PIERCE ARROW Roadster 1929
ROLLS ROYCE Phantom II 1934
STANLEY Steamer 1924
STUDEBAKER Hawk
Les voitures américaines aérodynamiques
logo IMPERIAL en 81-83
 
IMPERIAL 1981
 
IMPERIAL 1981
 2 IMPERIAL 1981, vue arrière
2 IMPERIAL 1981, vues de dessus
IMPERIAL 1981, vue avant
2 IMPERIAL 1981, vues de côté

TECHNIQUE

MOTEUR:
8 cylindres en V, alésage: 100mm, course: 80 mm, cylindrée: 318 ci (5,2 litres).
Injection électronique
Compression: 8,5: 1, puissance maxi : 130ch SAE à 4000 t/mn.
Commande des soupapes: arbre à cames central, poussoirs hydrauliques, soupapes en tête.
Installation électrique: 12V.

TRANSMISSION:
Automatique 3vitesses. Propulsion.


SUSPENSION:
AV: indépendante, triangles, barres de torsion, amortisseurs télescopiques.
AR: pont rigide, ressorts à lames, amortisseurs télescopiques.

DIRECTION:
Vis et galet, assistée.

FREINS:
AV: disques. AR: tambours, assistés.

PNEUS:
205 x 15".

DIMENSIONS PRINCIPALES:
Empattement 286cm.
Poids à sec: 1755kg.

PERFORMANCES:
Vitesse maxi: 180 km/h.
Consommation d'essence: 11 l / 100km.

 
     
 

La compagnie Chrysler n'en est pas à son coup d'essai lorsqu'elle persiste en 1981 en présentant son "nouveau" modèle Imperial…

Les finances de la compagnie ne sont pas au beau fixe, c'est vrai ! Lee Iaccoca, le génial président qui sortira la maison de cette situation a-t'il été responsable de ce faux pas? Sans aucun doute, puisque Chrysler éditera des versions "Frank Sinatra", grand copain dudit Lee..

Depuis toujours la concurrence de Cadillac et de Lincoln a toujours frustré les patrons de Chrysler, et malgré des ventes toujours marginales, ce fabricant s'obstinera à plagier ses concurrents, jusqu'à la parodie! C'est le cas des Imperial 81-83…

La recette? Très simple: vous prenez une voiture "amortie" par des années de bons et loyaux services (la "Cordoba"), vous modifiez la carrosserie pour plaire à la clientèle ciblée (une touche de Cadillac Seville, un brin de Lincoln…), vous récupèrez un des bons vieux moteurs que vous avez dans vos stocks (le très bon et très solide "318"), puis pour faire "moderne", vous lui installez un système d'injection électronique, le tout accomodé d'une touche de luxe (cuir et tous les gadgets électriques indispensables…).

Mais, car il y a un, voire plusieurs "mais"… D'abord, les acheteurs privilégiés des Imperial se retrouvent avec des voitures certes douillettes et confortables, presque économiques, et d'une finition flatteuse, mais d'une fiabilité douteuse: les pannes dues à l'injection électronique sont légion, la compagnie ne résoudra d'ailleurs jamais le problème… (Chrysler aura l'audace de proposer un "kit" carburateur, qui règlera tous les problèmes, pour la modique somme de $3.000… le prix de vente "toutes options était à l'époque de $ 22.000!).

Ensuite, les arguments typiquement américains dans le domaine du gadget sont loin d'être à la hauteur de ce que propose Cadillac pour le même prix avec sa Seville ou l'Eldorado, plus proche d'esprit avec ses deux portes (traction "avant", quatre roues indépendantes, quatre freins à disques, suspension pneumatique, climatisation automatique, phares automatiques, etc…), et de toute manière nettement plus performante.

Même si ce n'est pas vraiment une mauvaise voiture, les avatars que subissent les propriétaires terniront la réputation du constructeur pour quelques années…

Cette fin de race ne sera produite qu'à une dizaine de milliers d'exemplaires sur les trois ans de production: il était temps ! Ergonomie inexistante, technique avant-gardiste approximative, rapport habitabilité-encombrement relevant de la plaisanterie, vous l'aurez compris: le client-pigeon réfléchit quelquefois !

 

 


INDEXHOMELIENSECRIREENGLISH