INDEXHOMELIENSECRIREENGLISH
CHRYSLER Airflow 1934
AMPHICAR 1964
CADILLAC Touring 1926
CADILLAC Eldorado Brougham 1957-58
CADILLAC Convertible 1966
CITROEN Traction Avant
FERRARI 250 GT Lusso
PONTIAC Fiero GT 1988
IMPERIAL 1955-56
IMPERIAL 1962
IMPERIAL 1981-83
JAGUAR E Type
JAGUAR Mark II
LOTUS Europe Serie 1
MASERATI 3500 GT
MG Midget
MG TF 1500
MORGAN 4/4 Competition 1968
PIERCE ARROW Roadster 1929
ROLLS ROYCE Phantom II 1934
STANLEY Steamer 1924
STUDEBAKER Hawk
Les voitures américaines aérodynamiques
logo STANLEY
 
STANLEY Steamer 1924
 
STANLEY Steamer 1924
STANLEY Steamer 1924, la chaudière
Alain enlève la pression...
STANLEY Steamer " Gentleman Speedster dans une grange!
 
STANLEY Steamer 1924, le tableau de bord

TECHNIQUE

MOTEUR:
2 cylindres longitudinaux à double effet, cylindrée: 126 ci (env. 2 litres).
Solidaire du différentiel.
Puissance maxi: 20 ch ( équivalence supposée: 150 ch.).
Lubrification: injection d'huile dans la vapeur.
Chaudière à l'avant, dimensions: env. 58 cm de diamètre par 71 cm de haut.
Installation électrique: 6 V. Dynamo entraînée par le différentiel.

TRANSMISSION:
Directe. Propulsion.

CHASSIS et CARROSSERIE:

Châssis acier en échelle.
Carrosserie en aluminium sur châssis en bois.

SUSPENSION:
AV: essieu rigide, ressorts à lames, amortisseurs à levier.
AR: essieu rigide, ressorts à lames, amortisseurs à levier.

DIRECTION:
Vis et galet.

FREINS:
AR: tambours. Mécanisme externe (interne pour frein d'urgence).

PNEUS:
4,50 x 32".

DIMENSIONS PRINCIPALES:
Empattement 330 cm.
Longueur: 475 cm.
Hauteur: 203 cm.
Largeur: 172 cm.
Voies av. et ar.: 142 cm.
Poids à sec: de 2300 kg.

PERFORMANCES:
Vitesse maxi: 100 km/h.

PLUS DE TECHNIQUE SUR LES STANLEY

 
     
 

Parmi toutes les élucubrations de la préhistoire de l'automobile, voitures à ressort, à air comprimé, etc... Certaines créations se remarquent particulièrement, les voitures électriques en sont un exemple, elles n'ont d'ailleurs quasiment pas évolué depuis ces temps bénis !

La motorisation par la vapeur, elle, au tournant du siècle, bénéficiait de l'expérience de tout ce qui était auto-mobile au XIXème siècle et même avant (le "fardier" de Cugnot en étant un des plus célèbres exemples, la vapeur étant plus ou moins bien domestiquée depuis Denis Papin !): les "motorisations" à vapeur remplaçaient avec plus ou moins de bonheur ces bons vieux chevaux : locomotives et transports routiers s'installaient dans le paysage.

Rien d'étonnant à ce que beaucoup de fabricants se soient intéressés à ce mode de propulsion, d'autant plus que le moteur thermique était bruyant, salissant, nauséabond, peu fiable et difficile à utiliser ( les fameux "retours de manivelle" et les membres brisés sont encore dans toutes les mémoires !). Le moteur à vapeur, à l'époque, lui était de loin supérieur, même si "salissant" lui convenait parfaitement ! Pas besoin de boite de vitesses et tous ces engrenages bruyants, ces moteurs généreux en couple pouvaient s'en passer.

Il semble pourtant, et avec le recul, que l'évolution de ces moteurs stagnait, même si de temps à autre réapparaît un modèle modernisé, l'industrialisation à grande échelle des voitures à vapeur s'est arrêtée en 1927 avec les dernières Stanley.

Stanley était le plus prolifique des constructeurs farouchement attaché à ce mode de propulsion et de démonstrations en records (127.659 mph, soit plus de 205 km/h, en 1906 !), la clientèle était fidèle, séduite par la suprématie des Stanley sur ses concurrentes pétaradantes...

En effet, une petite demi-heure de bricolage suffisait pour être opérationnel ! Ceci si vous aviez arrêté la chaudière, car rien ne s'opposait, du moins en principe, à ce que vous laissiez le "pilot" (la veilleuse) allumé, et ainsi en remontant la pression, le départ était quasi-instantané. Le plus surprenant quand on roule en Stanley est l'absence de bruits mécaniques, si ce n'est les quelques clic-clics des pompes et autres bruits de roulement, de vent et le léger chuintement de la vapeur, le tout entrecoupé, par la seule volonté du "chauffeur", d'un petit coup de sifflet dans la plus grande tradition ferroviaire !

C'était vraiment la Belle Epoque !

 

 


INDEXHOMELIENSECRIREENGLISH