2000 | 2001| 2002

Hiver 2001/2002 cette période nous aura permis de réaliser la fabrication du puits de dérive et de la dérive en plus d’être à la recherche d’un nouveau chantier, sans compter le shopping de quincaillerie, passe-coque, tunnel de propulseur, douche de pont, etc… Cours de radioamateur et de code morse (certificat de compétence de base et de code morse obtenu, Angèle VA2AGQ et Daniel VA2PTO) et cours de radio VHF avec l’Escadrilles canadiennes de plaisance (certificat restreint d’opérateur maritime obtenu). Sans oublier l’immatriculation de notre ‘’navire’’ Et dire que c’est la saison morte…

 
Avril 2002

Le 15 avril 2002 ouverture du chantier par une semaine de soudure intensive,
(soudure interne de la coque) qui se termine par la mise en place du puits de dérive que nous avons préalablement fabriqué en atelier. Le 27 avril le déménagement, le transport du bateau n’est rien à comparer avec les allées et venues de la camionnette remplie de trucs. C’est fou de voir ce que l’on peut  conserver, la moindre bagatelle, le moindre gadget nous sera peut-être très utile un jour, pièces et accessoires de tout genre juste au cas où, sans parler de la remise.

Mai 2002

Nouveau chantier, pour des raisons pratico-pratiques nous installons notre ‘’navire’’ sur une remorque en prenant soin de faire la mise à niveau. Nous prenons le temps de bien nous installer et faire un ‘’petit’’ ménage dans notre bric-à-brac. Aussitôt fait, nous complétons les lisses de coque que nous n’avions pas pu faire à cause des soudures intérieures du cône d’étrave et du tableau arrière.

Juin 2002  

Nous complétons les lisses de pont et nous nous attaquons aux lisses de roof. Dû à notre porte de descente escamotable (à l’intérieur du roof), ces dernières  nous demandent un peu plus de temps. Nous complétons la conception et la  fabrication des pièces de la descente que nous aurons à installer pour compléter le roof.


Juillet 2002

Premier découragement, bien que nous sommes au chantier tous les week-ends nous avons l’impression de ne pas avancer, journées remplies de soleil sans nuages, à l’intérieur la chaleur est insoutenable (nous avons installé des ventilateurs mais les moteurs ne résistent pas) et à l’extérieur la température de l’inox est à un point tel que des gants sont nécessaires pour travailler, en plus du manteau de cuir et du masque à souder. En alternance, nous travaillons à
l’intérieur les jours de moins de 30° et à l’extérieur les autres jours. Nous sommes arrivés à compléter les soudures extérieures et intérieures de pont.

 

| Page d'accueil | Qui somme-nous? | Le bateau | La Construction | Album photo
| Partenaires | Liens | Courriel |