ÉPREUVE UNIFORME DE FRANÇAISCégeps du Québec

 

Les critÈres d'Évaluation

 

Le Guide de correction utilisé pour l'évaluation des rédactions est disponibles dans son intégralité sur le site du MELS. On peut le consulter en cliquant ici.

 

Trois critères sont pris en considération et se subdivisent en 8 sous-critères :

• la compréhension des textes et la qualité de l'argumentation (sous-critères 1, 2 et 3)
• la structure du texte (sous-critères 4 et 5)
• la maîtrise de la langue (sous-critères 6, 7 et 8).

Les sous-critères 1 à 6 inclusivement sont évalués en fonction de trois aspects que l'élève doit maîtriser et font ensuite l'objet d'une évaluation qualitative dont la sanction se manifeste par des lettres (de A à F — voir l'échelle d'appréciation plus bas).

 

Les sous-critères 7 et 8 sont évalués sur un plan quantitatif, les erreurs de langue (fautes) étant comptabilisées.

 

Voici le détail des critères, de leurs sous-critères et des aspects considérés pour leur évaluation (certains aspects renvoient à des leçons explicatives données sur d'autres pages; il suffit decliquer sur le mot pertinent pour atteindre cette page) :

 

Les critÈres

 

I - COMPRÉHENSION DES TEXTES ET QUALITÉ DE L'ARGUMENTATION

Sous-critère 1 - Le respect du sujet de rédaction
L'élève traite de façon explicite tous les éléments de l'énoncé du sujet de rédaction.

  • La mention et l'interprétation juste des éléments essentiels de l'énoncé du sujet de rédaction.
  • Le développement approprié et cohérent de chaque élément de l'énoncé du sujet de rédaction.
  • La présence d'un point de vue critique.

 

Sous-critère 2 - La qualité de l'argumentation
L'élève développe un point de vue critique à l'aide d'arguments cohérents et convaincants et à l'aide de preuves pertinentes puisées dans les textes proposés.

  • La valeur des arguments en relation avec le sujet de rédaction ou le point de vue de l'élève et leur cohérence.
  • La pertinence des illustrations ou des preuves.
  • L'efficacité de l'explication.

 

Sous-critère 3 - La compréhension de textes et l'intégration des connaissances littéraires
L'élève fait preuve d'une compréhension juste des textes littéraires et de leur fonctionnement et il sait intégrer de façon appropriée dans son texte des connaissances littéraires.

 

II - LA STRUCTURE DU TEXTE

Sous-critère 4 - La structure de l'introduction et de la conclusion
L'élève rédige une introduction et une conclusion complètes et pertinentes.

  • La présence, la clarté et la pertinence des parties de l'introduction.
  • La présence, la clarté et la pertinence des parties de la conclusion.
  • La cohésion entre les parties et les phrases de l'introduction et celle entre les parties et les phrases de la conclusion.

 

Sous-critère 5 - La structure du développement, l'organisation et la construction des paragraphes
L'élève construit un développement cohérent et des paragraphes organisés logiquement.


III - LA MAÎTRISE DE LA LANGUE

Sous-critère 6 - La précision et la variété du vocabulaire

L'élève emploie des termes précis et variés.

  • L'emploi d'un vocabulaire précis et approprié à la situation de communication.
  • La variété du vocabulaire et la richesse de l'expression.
  • La clarté de l'expression.

La cote obtenue à ce critère est transformée en nombre de fautes.
Ainsi, A = 0 faute, B = 2 fautes, C+ = 3 fautes, C = 4 fautes, D = 6 fautes, E = 8 fautes, F = 10 fautes ou plus.

 

Sous-critères 7 et 8

Note : L'évaluation des critères de la syntaxe et de la ponctuation, de l'orthographe d'usage et de l'orthographe grammaticale est quantitative. Toutes les erreurs sont relevées comptabilisées et pénalisées.
Toutes les erreurs de syntaxe, d'orthographe grammaticale et certaines erreurs d'orthographe d'usage sont considérées comme des fautes. Cependant, les erreurs de ponctuation et certaines erreurs d'orthographe d'usage (les majuscules, les accents, les coupures de mots, les traits d'union, les abréviations et les unités de mesure, les signes et symboles mathématiques, les apostrophes et les contractions) sont considérées comme des demi-fautes. Il faut donc deux erreurs de ces catégories pour valoir une faute.

 

Sous-critère 7 - La syntaxe et la ponctuation
L'élève construit des phrases correctes et place adéquatement les signes de ponctuation.


Est considérée comme une erreur de syntaxe toute erreur relative à l'ordre des mots et à la construction des phrases.

La syntaxe
Qu'elles soient simples ou complexes, les phrases sont correctement construites, c'est-à-dire que tous les mots essentiels à la compréhension de la phrase sont présents, que l'ordre des mots est correct et que les éléments suivants sont bien employés : pronoms; forme, mode et temps des verbes; prépositions et conjonctions.

 

La ponctuation
Une erreur de ponctuation vaut une demi-faute. Les signes de ponctuation sont correctement utilisés. Le point termine la phrase; le point d'interrogation apparaît après une phrase interrogative directe; le point-virgule sépare entre elles les propositions liées par le sens; les deux-points amènent une citation, une énumération, une explication ou une définition. La virgule sépare des éléments juxtaposés, coordonnés et des accidents de discours, c'est-à-dire des ajouts aux constituants de base de la phrase ou des déplacements de ces constituants.


Sous-critère 8 - L'orthographe d'usage et l'orthographe grammaticale
L'élève observe l'orthographe d'usage et l'orthographe grammaticale.


Est considérée comme une erreur d'orthographe d'usage toute erreur à un mot qui fait l'objet d'une entrée au dictionnaire. L'erreur d'orthographe d'usage n'est comptée qu'une seule fois par texte, par mot mal orthographié. Certaines erreurs d'orthographe d'usage (les majuscules, les accents, les coupures de mots, les traits d'union, les abréviations et les unités de mesure, les signes et symboles mathématiques, les apostrophes et les contractions) sont considérées comme des demi-fautes.


Est considérée comme une erreur d'orthographe grammaticale toute erreur contrevenant à l'application d'une règle de grammaire. Cette erreur est comptée autant de fois qu'elle apparaît dans le texte.

 


L'Échelle d'apprÉciation


L'échelle d'appréciation permet de porter un jugement pour chacun des sous-critères relatifs au contenu et à l'organisation du texte ainsi qu'au sous-cirtère portant sur la qualité du vocabulaire (sous-critères 1 à 6). L'échelle comporte six niveaux qui vont de très bien à nul. Une cote est associée à chaque niveau:

 

Cote Valeur Signification
A Très bien
L'élève démontre qu'il maîtrise les trois aspects du sous-critère.
B Bien
L'élève démontre qu'il maîtrise deux des trois aspects du sous-critère et qu'un est plus ou moins maîtrisé.
C+ Assez bien
L'élève démontre qu'il maîtrise deux aspects du sous-critère et que l'autre n'est pas maîtrisé.
ou
L'élève démontre qu'il maîtrise un des trois aspects du sous-critère et que deux des aspects est plus ou moins maîtrisés.
C Suffisant
L'élève démontre qu'il maîtrise un aspect du sous-critère, qu'un autre est plus ou mons maîtrisé et qu'un troisième ne l'est pas.
ou
L'élève démontre qu'il maîtrise plus ou moins les trois aspects du sous-critère.
D Insuffisant
L'élève démontre qu'il maîtrise plus ou moins deux des trois aspects du sous-critère et que le troisième n'est pas maîtrisé.
ou
L'élève démontre qu'il maîtrise un des trois aspects mais non les deux autres.
E Médiocre
L'élève démontre qu'il maîtrise plus ou moins un aspect du sous-critère et qu'il ne maîtrise pas les deux autres
F Nul
L'élève démontre qu'il ne maîtrise aucun des trois aspects du sous-critère.