Pierrot

Ce petit garçon aux yeux discrets
Que le professeur trouvait distrait
Un enfant à demi souciant
Timide et plutôt fuyant
Celui que l'on oublie facilement
Celui qui n'est déjà plus un enfant
Parce que né dans un foyer stressant
Où la bière remplaçait les aliments
Où le vol servait de ravitaillement
Où les mauvais coups étaient valorisés
Les craintes, les peurs et la bonté dénoncées
Tromper était signe d'adresse
Se faire prendre, signe de faiblesse

Pierrot

Cet adolescent que l'on juge rapidement
Que l'on comprend mal si souvent
Ce crâneur au coeur sensible
Que la tristesse rend impassible
Que l'oubli rend susceptible
Qe le rejet rend impossible

Ce Pierrot d'aujourd'hui
Homme de 30, 40 ou 50 ans
C'est un homme à demi
Un homme qui se croit fini
C'est un homme malheureux
Celui qui tend la main...
Seul, je ne suis rien
Celui qui, une perle au coin de la paupière
Vient avouer toute sa misère
C'est un Enfant de Dieu en détresse
C'est celui que BonSecours accueille avec tendresse
Celui que la fraîcheur d'un sourire
Permet souvent de croire en l'Avenir.

Jeannine Nantais, c.s.c. (BonSecours, 2001)

PAGE D'ACCUEIL

POÉSIE