Cabinets de curiosités


BENJAMIN, Walter, "Unpacking my library, a talk about book collecting", in Illuminations, Schocken Books, 1978, 5e édition, (1e édition : 1955), New York.

Benjamin raconte le moment où il déballe ses livres des boîtes où ils étaient depuis deux ans. Ses livres sont en désordre. Benjamin se considère comme un collectionneur de livres.

Voici en vrac quelques idées du texte :

  • La passion du collectionneur est lié aux souvenirs qu'évoquent les éléments de sa collection ?

  • Relation mystérieuse de possession des objets.

  • Les objets deviennent des instruments de mesure de la foi du collectionneur : on a qu'à observer comment le collectionneur manipule les objets dans leur boîte de verre. Alors qu'il les tient dans ses mains, il semble voir à travers eux jusqu'à leur passé le plus lointain.

  • Parmi toutes les façons d'acquérir un livre, la plus valable est de l'écrire soi-même. Les écrivains sont des personnes qui écrivent, non pas parce qu'ils sont pauvres, mais parce qu'ils sont insatisfaits des livres qu'ils pourraient acheter et qu'ils n'aiment pas.

  • Exemple du philistin qui admire la bibliothèque d'Anatole France et qui finit par lui poser la question commune : "Et vous avez lu tous ces livres Monsieur France ?" "Pas même un dixième d'entre eux ! J'imagine que vous n'utilisez pas votre porcelaine de Sèvres à chaque jour ?" = Idée que l'utilité est évacuée des objets de collection.

  • Pour un collectionneur de livres, la vraie liberté pour tous les livres est quelque part sur ses étagères : idée de possession du livre.

  • Que de souvenirs vous submergent ! (Lorsque Benjamin déballe ses livres). Rien ne met mieux en évidence la fascination de déballer ses livres plus clairement que la difficulté à freiner cette activité. Benjamin raconte avoir commencé à midi, il est passé minuit lorsqu'il termine de déballer la dernière boîte. (p.66)

  • De nombreux souvenirs défilent dans son esprit en déballant ses livres : de lieux, de personnes, de sentiments (solitude à Isetwald).

  • Benjamin en évoquant le plaisir de posséder les objets : Pour un vrai collectionneur, c'est la plus intime relation que quelqu'un peut avoir avec un objet. Les objets ne prennent pas vie via le collectionneur, c'est lui qui vit à travers eux.
    Gilles Thibault
    Montréal, janvier 2001