Cabinets de curiosités
 cabinets of curiosities | wunderkammer
introduction


Monde végétal
On collectionne les plantes pour deux raisons. D'une part pour l'intérêt qu'on voue à la botanique, stimulé par la découverte du Nouveau Monde, et d'autre part pour leurs caractéristiques fabuleuses (qualités médicales et croyances qui leur sont associées). La botanique à l'époque est essentiellement descriptive et se limite à la collection de plantes.

L'élaboration d'un système de classification des plantes est pratiquement absent. On se contente dans les traités de les placer par ordre alphabétique. L'intérêt pour les plantes est en général partagé par tous les curieux. Au cabinet de curiosités est souvent associé un jardin. Les plantes sont plus faciles à conserver que les animaux: on peut tenter de reproduire dans son jardin les conditions climatiques propres à leur survie ou encore les faire sécher. La plupart des cabinets de curiosités au XVIIe siècle contienne un herbier.

Une des particularités de ces collections de plantes est qu'elles constituent chez certains amateurs la première ambition encyclopédique; c'est-à-dire posséder entièrement toutes les plantes. Cet objectif est d'autant plus réalisable qu'à l'époque le nombre de plantes connues par les plus érudits des botanistes oscillent entre 5000 et 10,000. Aujourd'hui les botanistes en connaissent environ 600,000. D'autres collectionneurs se limitent aux plantes exotiques, en particulier les plantes odoriférantes. Les fleurs constituent également un objet de collection. L'amateur tente en général de créer une variété rare ou inédite.

Parmi les plantes recherchées pour leurs propriétés extraordinaires on retrouve la mandragore. Elle est constituée de racines rappelant des formes humaines. On croit qu'elle provient du sperme et des liquides résiduels des pendus et autres condamnés à mort. C'est pour cela que l'on pense qu'elle combat l'infertilité des femmes.


Rose de Jéricho (jérose ou anastatique)
Nîmes, muséum d'Histoire naturelle.


La rose de Jéricho est la seule plante que l'on retrouve dans pratiquement tous les cabinets de curiosités. On croit que cette plante s'ouvre pendant la nuit de Noël et lorsque les femmes accouchent. La présence de la rose de Jéricho favoriserait en effet les accouchements. On la nomme rose de Jéricho à tort puisqu'il ne s'agit pas d'une rose et qu'elle ne provient pas de Jéricho. Ce sont des moines qui l'ont baptisé ainsi en se basant sur les Écritures: «J'ai grandi comme (...) des plants de laurier-rose à Jéricho». (Siracide, 24,14). Toutefois il est vrai que la fleur s'ouvre lorsqu'on la met dans l'eau.

 

 

Accueil
Introduction
Qu'est-ce qu'un cabinet de curiosités?
Contenu des cabinets
  Naturalia
      Monde minéral
      Monde végétal
      Monde animal
  Artificialia
Représentations de cabinets
      Cabinets de curiosités
      Théatres d'anatomie
Bibliographie
Notes de lecture