Menu
Accueil :: Bienvenue :: L'auteur et ses oeuvres :: Étude de Cadavres :: La langue :: La narration :: Le discours :: Vérifiez vos connaissances :: Liens :: À propos de ce site
Étude de Cadavres

 

Résumé du roman
 

"Cadavres" raconte un épisode tiré de la vie de Raymond Marchildon, le narrateur et personnage principal du roman. Par un soir pluvieux du 31 décembre, il abandonne sa mère qu'il vient d'assassiner d'une balle en plein visage dans le fossé d'une route reliant Saint-Nazaire et Saint-Barnabé, quelque part entre Québec et Montréal.

Suite à cet événement, Raymond contacte sa soeur, connue sous son nom d'artiste Angèle Pontbriand pour qu'elle lui donne un coup de pouce financier. Actrice sans véritable talent, Angèle est pourtant la vedette principale d'une télésérie policière à succès intitulée Cadavres, comme le roman. Absente de la vie familiale depuis une dizaine d'années, elle accepte de venir accompagner son frère pour affronter tous les cadavres à venir.

Et des cadavres, il y en aura plus d'un. Le roman avance au rythme des morts : et d'un, et de deux, et de trois, et de quatre...Au total, il y en a neuf, des chapitres, et des cadavres.

 

 

 

Retour au menu

Les personnages secondaires
 

Au fur et à mesure que l'histoire se poursuit, d'autres personnages plus paumés les uns que les autres font leur apparition dans le déroulement de l'action :

- Paulot et Paulette, un père et sa fille qui se sont retrouvés par hasard dans un club de danseuses.

- Jos Louis et Rocky, les durs à cuire du groupe de motards les Satan's Own.

- L'agent Pilon de la Sûreté du Québec qui voudrait révolutionner le monde de la télévision québécoise.

- Un prêtre aux allures de vedette holywoodienne.

- Le Ministre des Finances, le supposé sauveur des Marchildon.

 

 

Retour au menu

Le contexte de parution du roman
 

Au Québec, le domaine littéraire des années 1990 a été témoin de l'essor d'un genre jusque là peu exploré : Le roman policier.

Le roman policier au Québec est unique en son genre : il manifeste une distance par rapport aux formules toutes faites auxquelles on a parfois tendance à réduire un genre comme le roman policier (un détective doit découvrir le mystère entourant un meurtre, le lecteur découvrant les indices en même temps que l'enquête se déroule).

Ce qui se fait en matière de suspense, de meurtre et d'énigme au Québec joue beaucoup sur la dérision et l'humour, et s'éloigne des traditions des classiques. En effet, il n'est pas rare que les récits ne comportent ni mystère, ni enquête, ni détective et certains d'entre eux révèlent même d'emblée non seulement l'assassin, mais aussi les origines et les raisons qui ont mené au crime.

Grâce au roman "Cadavres" publié en 1998, François Barcelo a été le 1er auteur québécois à publier dans la Série noire de la prestigieuse maison d'édition française Gallimard.

Vu son contexte de publication, le roman est destiné à un marché francophone qui s'étend au-delà du Québec.

 

 

Ce contexte de publication aura-t-il un impact sur l'usage de la langue dans le roman ?

Retour au menu