Époques 1

Le Dieu fleuve / Wilbur Smith---

C'est par la bouche de Taita, esclave eunuque, poète, architecte, inventeur, peintre, médecin et astrologue, que nous est racontée une des périodes les plus sombres de l'histoire de l'Égypte envahie par les Hyksos. S'ensuit un long exil jusqu'en Éthiopie. C'est avec ravissement que nous suivons les amours impossibles de l'officier Tanus et de la régente Lostris, les batailles, la traversée des cataractes, la découverte du cheval, la rencontre avec les habitants de Koush puis le retour au pays. Comme toile de fond, toujours, le Nil, source de vie. Comme toujours, Wilbur Smith dresse une fresque remarquable nous tenant en haleine durant plus de sept cents pages.

Wilbur Addison Smith a écrit plus de trente-cinq romans méticuleusement documentés lors de ses nombreux voyages. Ses livres sont publiés dans plus de vingt-cinq pays et de tirage atteint soixante-dix millions! Il est né en 1933, en Rhodésie du Nord (Zambie). Plusieurs de ses romans ont été portés à l'écran: The Dark of The Sun, Goldmine, Shout at the Devil, Wild Justice. Pour en apprendre plus à son sujet, consultez cet excellent site.

Allah n'est pas obligé / Ahmadou Kourouma---

Suite à un voyage en Somalie où il rencontre les enfants victimes de la guerre tribale, Ahmadou Kourouma décide de raconter leur histoire, en la transposant au Liberia et au Sierra Leone. Il donne la parole à un enfant soldat, Birahima, qui recourt abondamment à ses quatre dictionnaires pour expliquer aux « noirs indigènes sauvages d'Afrique » et aux « francophones de tout gabarit » le sens des mots « petit nègre » qu'il utilise. Si le ton est drôle parfois, l'envie de rire disparaît très vite devant ce portrait plus que cruel d'un continent où les rivalités entre les seigneurs de la guerre servent bien les intérêts des grandes puissances.
 

Né en 1927 en Côte d'Ivoire, Ahmadou Kourouma n'est pas connu comme romancier dans son propre pays, mais comme actuaire. Lorsqu'il prend sa retraite en 1994, il part à Abidjan pour devenir écrivain à plein temps. Ses romans Les soleils des indépendances, Monnè, outrages et défis et  En attendant le vote des bêtes sauvages lui ont valu plusieurs prix.

Les filles du Nouveau Monde/ Susan Richards Shreve---

Couvrant tout le XXe siècle, ce roman met en scène quatre générations de femmes. D'abord Anna, qui a quitté son pays de Galles pour devenir domestique dans une riche famille américaine. Puis sa fille Amanda, qui suivra l'homme de sa vie lors de la guerre 14-18, déguisée en reporter-photographe. Vient ensuite Sara, plus conventionnelle, qui sombrera dans l'alcoolisme pour tromper son ennui. Enfin, Eleonor, militant pour les défavorisés et qui connaîtra un fin tragique. Les difficiles relations mère-fille sont habilement tissées à travers l'histoire et l'Histoire.

Susan Richards Shreve est née en 1969. Auteure d'une dizaine de romans, elle a aussi publié, en collaboration avec Marita Golden, l'anthologie Skin Deep: Black Women & White Women Write About Race, ainsi qu'une douzaine de livres pour enfants et deux essais Outside the Law: Narratives on Justice in America et How We Want to Live: Narratives on Progress. Elle a été présidente de la Fondation PEN/Faulkner.

La guerre des autres/ Louise Simard --

1776. Des Allemands sont «loués» par la Couronne britannique afin de repousser les rebelles américains. Ces mercenaires, venus en toute bonne foi «libérer» un pays qui n'en a cure, livrés à la rigueur des hivers québécois et à l'hostilité des habitants, isolés par la langue et la culture, doivent livrer une bataille de tous les instants pour simplement survivre. Cet épisode de notre histoire nous est racontée à travers les destins de Johann, Karine, Georg et Karl.

Louise Simard est née à Montréal en 1950. Après des études en langue allemande et en création littéraire, elle collabore aux revues Châtelaine et Recherches féminines et au quotidien La Presse. De 1980 àn1986, elle est tour à tour journaliste, correctrice d'épreuves et responsable de la mise en page du Courrier Frontenac de Thetford-Mines. Finaliste du Prix du Gouverneur général du Canada, catégorie roman, pour La très noble demoiselle en 1992, elle a reçu le Prix Alfred-Desrochers pour Laure Conan, La romancière aux rubans en 1995 et le Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour Le Médaillon dérobé en 1996.

Pour qui sonne le glas/ Ernest Hemingway-

Robert Jordan a quitté son poste d'enseignant à l'université du Montana pour s'engager dans la guerre d'Espagne, du côté des républicains. Sa présente mission: faire sauter un pont stratégique. Pour ce faire, il rejoint une petite troupe de partisans. Il a trois jours pour préparer l'attentat, trois jours durant lesquels il rencontre l'amour, le courage, la lâcheté et la peur.

Ernerst Hemingway est né en 1899, à Oak Park (Illinois). À 19 ans, il entre comme reporter au Kansas City Star, puis s'engage comme ambulancier sur le front italien. Il devient ensuite correspondant du Toronto Star au Moyen Orient avant de s'instaler à Paris et de commencer à écrire des romans. Il parcourt l'Europe, l'Afrique et les États-Unis. En 1936, il s'engage comme correspondant de guerre auprès de l'armée républicaine en Espagne puis participe au même titre à la guerre 39-45. Il reçoit le Prix Nobel de littérature en 1954. Malade, il se tue en 1961 avec un fusil de chasse. Il avait connu tous les succès; onze de ses romans avaient été portés à l'écran. Pourtant,il se sentait terriblement seul dans sa quête de l'absolu. Il avait fait sienne la phrase du théologien anglais John Donne: «Nul homme n'est une île en soi. Nous faisons tous partie d'un continent et chaque fois que tu entends sonner le glas, ne demande pas pour qui il sonne, il sonne pour toi».

Irlande, nuit froide / Deirdre Madden --

Cate, Helen et Sally ont grandi dans la ferme paternelle, au sein d'une famille aimante, à l'abri des premiers troubles qui secouent l'Irlande du Nord. Après l'assassinat «par erreur» de leur père, Cate part travailler à Londres. Puis elle revient chez elle, porteuse d'une nouvelle bouleversante. Ce sera l'occasion pour chacune des trois soeurs de se révéler l'une à l'autre. Le roman alterne entre les scènes d'enfance teintées de tendresse et les scènes d'aujourd'hui, où se côtoient violence, haine et incompréhension.

Deirdre Madden est née il y a une quarantaine d'années, dans le village de Toomebridge, non loin de Belfast. Elle accorde ici une entrevue.

Le journal de Catherine W. / Pierre Billon --

Durant le dernier conflit mondial, la Suisse est restée neutre. Ce qui n'a pas empêché certains de ses ressortissants de prendre partie, clandestinement, pour l'un ou l'autre clan. Le journal de Catherine W. raconte la vie d'un petit village romand paisible, du moins en apparence. Catherine, une petite fille de douze ans, à la fois espiègle, candide et cinglante, y surprend bien des secrets et nous les livre avec beaucoup de verve.

Pierre Billon est né en Suisse en 1937. Il s'est consacré au journalisme, à la radio et à la télévision avant de devenir éducateur spécialisé. En 1962 il s'établit au Canada, enseigne à l'Université de Montréal puis dirige des revues pédagogiques chez Fides. Il travaille ensuite au ministère de l'Éducation du Québec avant de se spécialiser dans le secteur des affaires culturelles et des communications à Ottawa. Le journal de Catherine W. a été porté à l'écran sous le titre original du roman L'ogre de Barbarie. Pierre Billon est également l'auteur du best-seller L'Enfant du cinquième Nord.

Comme neige au soleil / William Boyd --

La Grande Guerre ne devait durer que quelques mois, la fureur belliqueuse fondre comme neige au soleil. Mais que ce soit dans le château de Stackpole (Angleterre) ou au fin fond de l'Afrique, la famille Cobb sera cruellement éprouvée. Cette guerre bel et bien meurtrière se déroule toutefois dans un climat tout à fait incongru. William Boyd donne à son récit un ton très particulier, où le cocasse se dispute avec l'horreur de la situation.

William Boyd est né au Ghana en 1952. Il a étudié à Glasgow, à Nice et à Oxford, où il a également enseigné la littérature. Un recueil de nouvelles, La Chasse au lézard, ainsi que ses romans Les Nouvelles Confessions, Brazzaville Plage, Un Après-midi bleu, Un Anglais sous les tropiques, l'ont consacré comme l'un des écrivains les plus doués de sa génération.

La Terre promise, Remember! / Noël Audet --

Pour raconter certains moments importants de l'histoire du Québec, l'auteur de L'Ombre de l'épervier a choisi que son héros remonterait le temps grâce à son porcelet philosophe Remember et qu'ils feraient tous deux connaissance de leur ancêtres respectifs. Si l'histoire de la famille Doucet à travers les époques et l'espace, de Jacques Cartier à Lucien Bouchard, de la Gaspésie à Sainte-Julie en passant par Saint-Michel-de-Bellechasse est fort intéressante, les passages avec la monture porcine m'ont plutôt ennuyée.

Noël Audet est né à Maria, Baie des Chaleurs, en 1938. Il quitte la Gaspésie en 1952 pour poursuivre ses études à Rigaud puis à Québec. Après avoir obtenu un doctorat en lettres à la Sorbonne, il enseigne tout en collaborant à la revue Voix et Images, au cahier Culture et Société du journal Le Devoir puis à Lettres québécoises. Il est également directeur littéraire de la collection Littérature d'Amérique aux Éditions Québec/Amérique. Noël Audet a reçu le Prix Arthur-Buies (1988), le Prix Mérite culturel gaspésien (1989) ainsi que le Prix du public au Salon du livre de la Côte-Nord (1998). Il est reconnu pour mêler habilement humour, fiction et réalisme. Il a publié des recueils de poésie et de nouvelles, plusieurs romans dont le très populaire L'ombre de l'épervier dont on a tiré une série télévisée, ainsi qu'un essai, Écrire de la fiction au Québec.