Historique
Programmes
Kobujustsu

Le programme technique canadien de karaté Chito-Ryu contient toutes les exigences pour les passages de grade de la ceinture jaune (Go-kyu) à la ceinture noire (Shodan). Différents éléments sont évalués lors des passages de grade. Ces éléments sont divisés en Waza, Renzoku-waza, Kihon, Kata, Bunkai, Ukemi et Kumite. Différentes aptitudes sont également évaluées graduellement selon le grade du karatéka: la translation horizontale, la rotation, la translation verticale et la vibration.

Waza

Waza signifie technique. C'est l'ensemble des techniques que le karatéka devrait connaître à son niveau. Elles sont divisées de la façon suivante:
  • Dachi : Position de base
  • Tsuki : Coup de poing direct
  • Geri : Coup de pied
  • Uke : Bloquage
  • Uchi : Coup indirect

Renzoku-waza

Renzoku-waza signifie enchaînement de techniques. C'est une série prédéfinie de techniques développée pour déterminer le niveau de maîtrise du karatéka. Ces enchaînements font intervenir une ou plusieurs des aptitudes décrites plus haut. Plus le grade augmente, plus les enchaînements sont difficiles et plus ils font intervenir d'aptitudes différentes.


Kihon

Les kihons sont des katas d'exercices. Les différents kihon du Chito-ryu sont les suivants:
  • Ni-ju-ichi-ko
  • Kihon-dosa-ichi, ni, san, yon, go
  • Seiken-no-migi / hidari
  • Zenshin-kotai
  • Shi-ho-wari
  • Empi-kihon-dosa
  • Shime-no-dosa
  • Tai-sabaki
  • Kihon-kata-ichi, ni, san

Kata

Le kata est une chorégraphie simulant un combat contre un ou plusieurs adversaires. Le syllabus du Chito-ryu contient 12 katas officiels: Shi-ho-hai, Nisei-shi (sho/dai), Rohai (sho/dai), Seisan, Bassai, Chinto, Sanshin, Sochin, Tenshin, Sanshiryu, Kusanku et Ryusan.

Shihohai: Le Salut aux quatre directions. Ce kata était démontrée lors des cérémonies officielles. Il fut enseigné à O'Sensei par Hanashiro Chomo Sensei (1869-1945) du Shorin-ryu (Shuri-Te). C'est le premier kata officiel et il est exigé pour le passage de la ceinture orange.
Seisan est d'origine chinoise et se nomait shi-san-shi ce qui veut dire 13. O'Sensei modifia le second kanji pour que le nom du kata signifie "Bonne posture". On trouve deux origines à Seisan, la première qui date de la moitié du XIXème siècle fut transmise par Higashiona Kanryo et Uechi Kanbun. L'autre, plus ancienne, remonterait à Matsumura Sokon et aurait été transmise par Itosu Anko. On retrouve des versions de Seisan dans le Naha-Te et dans le Shuri-Te. C'est Aragaki sensei qui l'aurait enseigné à O'Sensei. Ce kata est exigé pour le passage de la ceinture verte.
Niseishi signifie "24 mouvements". Il peut aussi se prononcer Nijushiho mais la version Chito-ryu est très différente des autres versions. L'origine du kata est inconnue. Ce kata est exigé pour le passage de la ceinture bleue.

Bassai signifie "Traverser la forteresse" et il a été enseigné par Kyan Chotoku. C'est le plus ancien kata d'Okinawa; il daterait du XIVème siècle. Il est composé de mouvements courts et vis avec des pivots sur place. Ce kata développe la force intérieure, l'esprit de décision et la puissance. Il existe dans le Tomari-Te et le Shuri-Te de Itosu Sensei. Ce kata est exigé pour le passage de la ceinture brune.
Chinto tire son nom d'un expert chinois de Quan-fa qui vécu à Tomari au milieu du XIXème siècle. Les idéogrammes chinois veulent dire Grue sur un rocher, ce qui rappelle son origine du Bai-he-quan, le style de la grue blanche. À Okinawa, il se traduit par "Combattre contre l'est ou lever du soleil". On y retrouve une alternance entre les temps calme, dans la stabilité, et les mouvements explosifs sur des rotations. Il aurait été transmis de Matsumura à Kyan, Aragaki et Itosu. O'Sensei l'aurait appris de Kyan Chotoku sensei. Il l'aurait modifié pour éliminer les répétitions ce qui fait que la version Chito-ryu du kata est beaucoup plus courte que dans les autres styles. Ce kata est exigé pour le passage de la ceinture noire.
Sochin signifie "Force tranquille" et a son origine dans le Tomari-Te. Il fut enseigné par Aragaki sensei. Il est exigé pour le grade de Nidan
Tenshin fut développé par O'Sensei et est uniquement pratiqué dans le style Chito-Ryu. Son nom signifie "Pivot du corps". Le kata est caractérisé par des rotations et esquives vives suivies de contre-attaques rapides. Il est exigé pour le grade de Sandan.
Rohai prend son origine dans le Bai-he-quan, le style de la grue blanche, et son nom signifie "la marque du héron". Il provient du Tomari-Te et du Shuri-Te de Itosu. Il est exigé pour le grade de Sandan.
Sanshiru se traduit par "36", nombre très significatif dans la culture orientale. Le 3 se rapporte au passé, présent et futur. 36 = 6X6; le premier 6 est pour oeil, oreille, nez, langue, corps et esprit, le second pour couleur, voix, toucher, goût, odorat et justice. Il prend son origine dans le Bai-he-quan, le style de la grue blanche et il fut transmis par Higashionna et Uechi sensei. Ce kata provient du Naha-Te. Il est exigé pour le grade de Yondan.
Ryusan signifie "Montagne du Dragon" mais O'Sensei employait également la traduction de "3 dragons". Il apprit ce kata de Hanashiro Chomo qui l'aurait appris de Go Kenki, expert chinois de Bai-he-quan, le style de la grue blanche. Il est exigé pour le grade de Godan.
Kusanku tire son nom d'un expert de Shaolin-si Quan-fa du nord de la Chine (Ku-Shan-Ku ou Kwang-Shang-Fu). Il fut transmis à Chatan Yara et à Sakugawa Shungo qui le transmis à Matsumora Kosaku et Matsumura Sokon. O'Sensei l'appris de Kyan Chotoku qui l'avait appris du petit-fils de Chatan Yara ainsi que de Matsumora Kosaku du village de Tomari. Il est exigé pour le grade de Rokkudan.
Sanchin est le premier kata appris par O'Sensei de Aragaki sensei. C'est un kata d'exercice très exigeant permettant de développer un corps et un esprit fort. Le nom signifie les "trois combats". Certains disent que ce sont des combats contre le corps, l'esprit et l'âme. Soke Sensei suggéra que c'était le ciel, la terre et la personne et que cet ensemble devait être en harmonie pour fonctionner correctement. C'est un kata du Naha-Te.

Bunkai

Les bunkais sont l'application des katas. Il y a aussi des bunkais non-reliés aux katas: Tehodoki-no-waza, Ju-ni-ko, Henshuo et Ju-go waza (Chito-Ryu nage-no-kata). Ils renferment des techniques de projection et des clés articulaires. Les bunkais officiels sont les suivants:
  • Tehodoki-no-waza (ceinture orange)
  • Tai-sabaki (ceinture verte)
  • Niseishi bunkai (ceinture bleue)
  • Ju-ni-ko (ceinture brune)
  • Henshuo (shodan = 1 à 10, nidan = 1 à 20, sandan = 1 à 28)
  • Ju-go-ko (Chito-ryu Nage-no-kata) (yondan)

Il existe également des bunkais avancés: Hanten, Rinten, Ju-ni-shi, Seiken-no-tori.

Ukemi

Ukemi signifie chute. Les différentes techniques de chutes dans le Chito-Ryu sont les suivantes:
  • Mae-ukemi
  • Yoko-ukemi
  • Ushiro-ukemi
  • Zenpo-kaiten
  • Koho-kaiten
  • Kaiten Guruma

Kumite

Le kumite, ou combat, est divisé en deux grandes familles: le yakusoku-kumite, qui signifie assaut conventionnel, et le Jiyu-kumite, qui signifie assaut libre.

Yakusoku-kumite

Dans ce type de combat, on convient à l'avance du type et du nombre d'attaques, ainsi que du type de contre-attaque. Ce type se divise en quatre classes: Tanren-kumite, Kihon-kumite, Yakusoku-jiyu-kumite et Oyo-kumite.
Tanren kumite (Tanren = forger à répétition)
Gohon-kumite Assaut prédéterminé sur cinq pas. C'est une succession en ligne de cinq attaques identiques. Après le cinquième bloquage, la contre-attaque est faite sur place. C'est la première étape du combat. Elle permet de découvrir le rythme et la distance efficace en combat. Le gohon-kumite est exigé pour le passage de la ceinture jaune. Il est utilisé pour développé l'aptitude Sen.
Sanbon-kumite Assaut prédéterminé sur trois pas. C'est une succession en ligne de trois attaques identiques. Après le troisième bloquage, la contre-attaque est faite sur place. C'est la seconde étape du combat. Le sanbon-kumite est exigé pour le passage de la ceinture orange.
Kihon kumite
Kihon-Ippon-kumite L'attaque, le bloquage et la contre-attaque sont prédéfinies. L'attaque se fait en avançant d'un pas et le bloquage en reculant d'un pas. Il est exigé pour le passage de la ceinture verte.
Yakusoku-jiyu-kumite
Jiyu-ippon-kumite Le partenaire attaque de manière et au niveau convenu et l'autre bloque et contre-attaque. Les partenaires sont libres de bouger comme ils veulent et reprennent leur distance d'attaque tout de suite après l'engagement. Il est exigé pour l'examen de ceinture bleue.
Oyo-Kumite
Bunkai-kumite Exercice d'application d'une partie de kata ou de certaines techniques. Il est exigé à chaque grade.
Kumite-kata Kata de combat effectué à deux ou plusieurs partenaires.

Jiyu-kumite

C'est le combat libre, non-prédéfini. Il en existe plusieurs formes: Renshu-kumite, Shiai-kumite, Bogu-kumite et Shinken-shobu.
Randori C'est un combat souple rythmé. Les saisies et les balayages sont interdits.
Renshu-kumite C'est le combat d'entraînement. Les conventions sont définies par les deux partenaires et on ne combat pas pour être départagé par un arbitre. Il est interdit de toucher l'adversaire mais les coups doivent être portés avec technique, efficacité te distance.
Kyogi-kumite C'est la compétition sportive. Les règles sont établies et un arbitre décide de l'issue du combat.
Bogu-kumite Assaut entre deux combattants revêtus de protections (Bogu). Il permet de rechercher la frappe réelle sans danger pour le partenaire. Il est exigé pour les examens de ceinture brune et plus.
Shiai-kumite (ou Shinken Shobu) C'est le combat réel.

Plusieurs aptitudes sont développées lors du kumite et selon le grade du karatéka.
Sen C'est l'initiative d'attaque. C'est la première qualité que doit développer un karatéka.
Go-no-sen C'est l'initiative dans la défense. Lorsque l'adversaire a pris l'initiative (sen), on se défend en bloquant ou en esquivant et on contre-attaque par la suite.
Tai-no-sen C'est l'initiative mutuelle. On attaque en même temps que l'attaquant.
Sen-no-sen C'est la prise de l'initiative d'attaque en anticipant l'action de l'adversaire.