Le « Assis ! »

 

1.       Allez dans la salle de bain avec une revue, un bol de bonbon et…le chiot; fermez la porte et assoyez-vous sur le siège. Prenez la revue et faites semblant de lire; ignorez totalement le chiot. Attendez qu’il cesse de sauter sur vous dans le but d’attirer votre attention, qu’il s’en fatigue un peu et qu’il pause ses quatre pattes au sol. Au moment précis où il pause ses quatre pattes au sol C/B.

 

2.     Après lui avoir donné ce bonbon revenez à votre lecture et ignorez encore le chiot. Surveillez–le avec votre vue périphérique (ne le regardez pas directement) et aussitôt que le chiot commence à s’asseoir (et il le fera car vous êtes sa plus grande attraction dans cette très petite pièce et il s’ennuie quand vous l’ignorez) cliquez au moment où il fait le mouvement pour s’asseoir.  Vous voulez marquer clairement dans sa mémoire que « s’asseoir » est ce qui vous fera cliquer et donner un bonbon, rien d’autre.

 

3.     Vous pouvez aussi faire ce même exercice mais cette fois-ci pour apprendre  l’exercice  « couché ».

 

4.     Pratiquez cet exercice dans des lieux différents : dans le salon en regardant la TV,  dans la cuisine en préparant le café, dans la salle de lavage, dans la salle de bain quand vous-vous maquillez, dans la chambre, sur le balcon, dans la cour arrière.  Ajoutez très graduellement des distractions (personnes, voitures, oiseaux, etc…)

 

5.     Prolongez le temps où il gardera la position en cliquant juste une ou deux secondes plus tard et ajoutez des secondes très graduellement. Prolongez le temps et ajoutez une distraction en reculant d’un pas avant le C/B.

 

Ne dites rien. N’attirez pas l’attention du chiot en lui parlant ou en faisant des gestes. Laissez le clicker parler. C’est ce qu’il fait. Si vous parlez, faites des gestes ou une expression vous enseignerez au chiot à surveiller les messages de votre corps pour lui dire quoi faire ensuite. Le chien est maître pour lire le langage du corps et le ton de la voix. Vous, le professeur, devez être « invisible » et laisser le clicker être le « pont »; évitez un regard vers le plafond, un haussement d’épaules, un doigt levé ou le pincement des lèvres.

 

C’est l’une des meilleures méthodes pour obtenir un comportement fiable et prolongé (assis-reste, couche-reste, debout-reste, etc…) Neutralisez simplement le langage gestuel et laissez parler le clicker à votre place

 

Dianne Chrétien

Mars 2001

clickbonbon-owner@yahoogroups.com