L'HALLOWEEN ET LES SORCIÈRES DE SALEM

Nous sommes en Europe, en l'an 3,000 avant Jésus-Christ, chez un peuple appelé les Celtes. C'est bientôt le premier novembre, le début de la nouvelle année. Le 31 octobre, la veille du Nouvel An, les celtes célèbrent le festival de Samhain, le seigneur de la mort. Ce jour-là, les âmes des morts visitent leur ancienne demeure. Les fantômes, les sorcières, les chats noirs et les démons envahissent les rues des villages! C'est la grande nuit des sorcières. Évidemment, tout ça n'est qu'une histoire. Mais les Celtes y croyaient. De nos jours, nous savons que ces histoires de sorcellerie ne sont que des superstitions. Le 31 octobre, personne ne craint de voir des morts-vivants dans la rue! Nous nous déguisons et nous courons joyeusement l'halloween.

Mais avant notre siècle, les gens étaient plus superstitieux. Un grand nombre de phénomènes naturels ne trouvaient pas encore une explication scientifique. Parfois, ces phénomènes effrayaient les populations. Quand une catastrophe inexpliquée se produisait, vite on accusait les sorcières. Quelqu'un mourrait subitement ? C'était la faute des sorcières. Une sécheresse ruinait les récoltes ? C'était encore la faute des sorcières.

Jusqu'au XVe siècle, les gens ont pensé que des milliers de sorcières et de sorciers parcouraient l'Europe durant la nuit. Ils les imaginaient coiffés de crapauds, volant sur leurs balais vers des lieux incertains-où ils se rencontraient. Leurs enfants, disaient-ils, gardaient les troupeaux de crapauds, dans les champs !

L'Église et les gouvernements condamnaient la sorcellerie. Pendant 300 ans, les sorcières ont été pourchassé. Entre 300,000 et deux millions de personnes sont mortes brulées vives. On les soupçonnait de trop aimer "SATAN" Parfois , le seul fait d'être soupçonné de sorcellerie suffisait. On brûlait les accusés sans preuve.

Heureusement, la science a fourni des explications à bien des phénomènes imputés à la sorcellerie. Nous n'avons plus besoin de sorcières pour expliquer les maladies, les inondations, les sécheresses et toutes les catastrophes.

Mais les découvertes scientifiques ne se sont pas faites sans mal. Certaines ont mis en danger la vie des savants ! Ainsi, Copernic, le premier , a dit que la terre tournait autour du soleil ( et non l'inverse). L'Église s'est tout de suite opposée à cette idée. Plus tard, Galilée, autre grand savant, a construit une lunette qui lui a permis d'observer les planètes. "Copernic avait raison, a dit Galilée. La terre tourne autour du soleil." L'Église l'a condamné ! Pour éviter d'être exécuté, Galilée a dû se rétracter.

LES SORCIÈRES DE SALEM

L'Europe a eu ses sorcières. Les Etats-Unis aussi. Connaissez-vous l'histoire des "SORCIÈRES DE SALEM" ?
Nous sommes en 1692, à Salem, petite colonie rurale des États-Unis. Le pasteur Samuel Parris ramène chez lui une esclave nommée Tituba. Celle-ci connaît l"oteah, un culte magique des Antilles. Elle en parle aux enfants et aux domestiques des villageois.

Bientôt, les jeunes filles tombent malades. Elles entrent en transe; elles s"énervent et se roulent par terre. "La main du Diable est sur elles", dit le médecin.

Samuel Parris découvre les activités de Tituba. Aussitôt, elle est arrêtée avec deux autres femmes. Devant le tribunal, les jeunes filles accusent ces femmes. Elles disent que le double de l'une ou l'autre des femmes les mord et les pince!

C'est le début d'une chasse aux sorcières qui durera un an. De nombreuses femmes sont accusées. Pour prouver qu'il sagit bel et bien de sorcières, les jeunes filles simulent des crises durant les procès.

En juin, elles ont accusé plus de 100 personnes. Elles exagèrent de plus en plus. Certaines accusent leurs parents, des juges et même l'épouse du gouverneur! Celui-ci, à son retour d'un voyage au Canada, apprend enfin ce qui s'est passé. Il met un terme aux activités du tribunal et accorde une amnistie aux derniers accusés. En un an, 200 "SORCIÈRES" ont été arrêté et 20 ont été exécuté.

Une pièce de théatre célèbre a été écrite sur cette histoire. Il s'agit des Sorcières de Salem, de Arthur Miller.

AU QUÉBEC :
DES SORCIERS AVANT TOUT

Dans l'histoire du Québec, les sorcières sont rares. On rencontrait plutôt des sorciers, qui n'étaient pas dangeureux. En Beauce, on était sorcier de père en fils.

Chaque village comptait au moins un sorcier. La population le consultait pour toutes sortes de raisons. Évidemment, le curé n'aimait pas ce "concurrent". Mais parfois, il faisait lui-même appel aux services du sorcier !

Voici trois formules magiques venues tout droit du sciècle dernier. Elles vous donneront une idée des méthodes de sorcellerie exercées au Québec, dans le passé.

- Pour le mal d'oreilles, de la fumée de pipe à tabac fort soufflée dans les oreilles.

- Pour faire un voeu, collez le bec d'une poule sur une grosse pierre. A partir du bec, écrivez sur la pierre, avec une craie blanche, ce que vous désirez. Lâchez la poule. Si elle reste en place pendant un moment, votre voeu sera exaucé.

-Pour guérir le mal de dents, il faut répéter cette formule : "Poil de rat, queue de souris, boîte de tomates, barbote à poil, vobiscum, passe à droite, passe à gauche, sacre ton camp."

La référence de ce texte vient de Biblio-Puce - Les logiciels de Marque inc. La grande nuit des sorcières par Suzanne Gagné.

LA VEILLE DE LA TOUSSAINT

La veille de la Toussaint, nom appliqué au soir du 31 octobre, précédent la fête chrétienne de Hallowmas, Allhallows, ou le Jour de Tous les Saints. Les observations donneraient à penser, que la veille de la Toussaint, un Druide de l'antiquité aurait cru que le soir du 31 octobre, Saman, le seigneur de la mort, appelait à lui des âmes spirituellement mauvaises. Le Druide a allumé de grands feux en cette veille de la Toussaint, apparemment dans le but de détourner tous ces esprits. Pour les Celts, la veille de la Toussaint, était le dernier soir de l'année et a été vu comme un moment propice pour examiner les portes du futur.

Les Celts ont cru aussi que les esprits des mort visitaient de nouveau leurs maisons terrestres ce soir-là. Conquérant ensuite la Grande-Bretagne, ils ont ajouté que la veille de la Toussaint caractérise chez les romains le festival de la moisson, tenu le 1 novembre en l'honneur de Pomona, déesse des fruits des arbres. La tradition Celtique des feux de la Toussaint a survécu jusqu'au temps moderne en Écosse et au pays de Galles.

Le concept des fantômes et des magiciens sont encore commun à toutes les observations de la veille de la Toussaint. La coutume des romains pour le festival de la moisson survit actuellement au Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Découlant de cette fête, des jeux impliquent les fruit, tel que croquer les pommes dans une baignoire d'eau. D'origine semblable, l'usage de potirons creux sculptés pour ressembler à des visages grotesques et a allumer des bougies à l'intérieur .

-------- ACCÈS VERS D'AUTRES PAGES--------

GENTES DAMES ET DAMOISELLES

CHEVALIER OU DAMOISEAU

LES TRADITIONS DU TEMPS DES FÊTES

POUR VOUS MES PETITS ENFANTS

DE BELLES GROSSES MASCOTTES

PAGE DE RÉFÉRENCE & D'ENTRAIDE

RETOUR VERS LA PAGE D'ACCUEIL