École de danse Mario Ménard

Les bienfaits de la danse...

La danse de loisir est un excellent moyen d'allier sport et plaisir. C'est souverain pour le souffle, l'équilibre, l'énergie, la confiance en soi et… le moral !

• Dansez, maintenant !

N'hésitez pas : dansez ! Vous travaillerez en même temps tonus musculaire, souplesse des articulations, coordination, sens de l'équilibre et du « bon geste », systèmes circulatoire et cardio-respiratoire…

Les articulations se délient, le risque de chute diminue. Sur le plan physique, la danse de loisir s'assimile presque à un vrai sport - idéal pour tenir l'arthrose à distance !

• Le goût de plaire

La danse élimine le stress, entretient le goût de plaire et de prendre soin de soi, aide à cultiver les relations amicales ou amoureuses. Elle réapprend l'écoute et l'attention, à la musique mais aussi à son partenaire.

Activité de choix pour la mémoire, elle implique de retenir les pas de base et les enchaînements. Bref, moral et confiance en soi en profitent !

Les différentes danses, quelles qu'elles soient, « danse de salon » ou même rap, permettent de remodeler la silhouette : pratiquez deux fois par semaine, et vous verrez se redessiner les muscles, fondre les centimètres superflus.

Les épaules et la tête se redressent, et parfois c'est jusqu'au regard des autres qui change : une posture plus assurée donne aux danseurs une autorité nouvelle.

Il n'y a pas d'âge pour se lancer sur les pistes de danse. Mais pour en ressentir tous les bienfaits, il faut un peu de persévérance. Compter deux à trois mois pour assimiler le b.a.ba du tango, par exemple.
 
D'autres danses (salsa ou modern jazz, par exemple) demandent un apprentissage technique exigeant avant de pouvoir bouger librement et en rythme.

Un cours sérieux commence toujours par une demi-heure d'échauffement, afin d'éviter blocages, crampes, courbatures ou entorses ! Activité de loisir et de plaisir, la danse exige d'être en bonne condition physique.

Elle peut même être déconseillée si vous avez des problèmes de pieds, de genoux, de hanches, si vous souffrez de hernies discales, ou en cas d'affection cardio-respiratoire, par exemple.

Demandez conseil à un médecin, avant de vous lancer d'un pied léger !

A retenir :
alt

Activité de plaisir, la danse de loisir est très recommandée pour le tonus musculaire, la souplesse des articulations, la coordination, le sens de l'équilibre et du « bon geste », les systèmes circulatoire et cardio-respiratoire.

alt

Danser est aussi bon pour le moral (cela déstresse, entretient le goût de plaire et de cultiver des relations) et la mémoire (il faut retenir les pas et les enchaînements).

alt

Sans forcément faire perdre du poids, danser aide à remodeler la silhouette et à perdre des rondeurs superflues.

alt

Il n'y a pas d'âge pour commencer à danser et pratiquement pas de contre-indications. Si vous avez des problèmes de pieds, de genoux, de hanches ou de colonne vertébrale, ou si vous souffrez d'une affection chronique, demandez conseil à votre médecin.

Olivier Calon, Marie-Françoise Husson - Août 2005

Les bienfaits de la musique

La musique peut :
v     aider à mieux gérer la douleur,
v     améliorer l’humeur,
v     accroître la mobilité des gens atteints de la maladie de Parkinson,
v     réduire le besoin des sédatifs et des analgésiques,
v     diminuer les nausées engendrées par la chimiothérapie,
v     écourter le séjour des malades en milieu hospitalier,
v     réduire l’anxiété,
v     abaisser la pression artérielle,
v     atténuer la dépression,
v     augmenter la concentration et la créativité,
v     favoriser le pouvoir auto-guérisseur.
  
Il n’existe pas de musique particulière pouvant provoquer l’ensemble de ces bienfaits.  Tout dépend de l’individu.  Si une musique lui est familière, correspond à son goût musical, fait appel à ses souvenirs, à ses sentiments et à des associations heureuses, elle peut alors livrer pleinement ses mérites.
 
Il y a des gens qui tirent profit de la musique classique, d’autres préfèrent la musique populaire, d’autres encore penchent vers le jazz, etc.

"Ici et là dans le domaine de la santé"
Le journal de Québec, 1999-12-24

Très très intéressant

Une étude révèle que les séniors qui pratiquaient la danse sont nettement moins touchés par la dégradation de leurs fonctions intellectuelles que ceux qui pratiquaient toute autre activité. Pour se prémunir de la démence sénile ou de maladies dégénératives telles que la maladie d'Alzheimer, danser semble donc réellement efficace.

L'étude

Des chercheurs en neurologie du Collège de médecine Albert Einstein, aux États-Unis, ont étudié le lien entre la pratique d'activités de loisir et l'apparition de la démence. La démence sénile (ou sénilité) est une dégradation des facultés intellectuelles apparaissant chez les personnes de plus de 70 ans.
L'étude a porté sur 6 activités de loisir (lecture, écriture, mots croisés, cartes, discussions, musique) et 9 activités physiques (natation, vélo, danse, groupes d'exercice, jeux d'équipe tels que le bowling, marche, ménage, babysitting) en attribuant notamment des points en fonction de leur fréquence de pratique passée (quotidienne, plusieurs fois par semaine, une fois par semaine, mensuelle ou jamais). Les sujets étaient âgés de plus de 75 ans.

La danse, plus efficace que les mots croisés

Parmi les activités physiques étudiées, la danse est la seule qui diminue considérablement le risque d'apparition d'une démence sénile. Pratiquée régulièrement, elle réduit ce risque de 76 % ! Deux fois plus que la lecture. Les autres activités physiques n'ont pas indiqué d'impact important. À la différence de la plupart des autres pratiques physiques, la danse implique un effort mental et des interactions sociales significatives. L'association des stimulations intellectuelles et sociales semble donc être la raison pour laquelle les danseurs réguliers sont davantage prémunis. La seule activité physique n'a pas d'effet protecteur démontré contre la sénilité, bien qu'elle soit clairement bénéfique à la santé.

Parmi les activités cognitives, la lecture, les jeux de société et jouer d'un instrument de musique sont associés au plus faible risque de démence. Le risque de maladie d'Alzheimer et de démence vasculaire est 47 % plus faible pour ceux qui jouent aux mots croisés quatre fois par semaine que pour ceux qui y jouent une seule fois par semaine.

Les danseurs, plus intelligents

Si la danse peut aider à mieux vieillir, elle a également un effet immédiat, à tout âge, sur l'intelligence. Selon Howard Garder, psychologue du développement de l'université de Harvard, il existe 9 formes d'intelligence. L'intelligence corporelle-kinesthésique est l'une d'elles. Il s'agit de l'intelligence du mouvement. Les danseurs sont comme les athlètes ou les chirurgiens, ils sont corporels intelligents, ce qui signifie qu'ils ont plus de capacité à manipuler des objets et de grandes aptitudes à utiliser leur motricité. Ils peuvent mettre les choses ensemble, et même inventer, avec une grande facilité. En plus de la gestion efficace des objets, ils ont de meilleures capacités pour l'équilibre, la coordination, la vitesse, la force et la souplesse. Les grands danseurs sont souvent de grands athlètes. En outre, ils ont plus de facilité à transmettre leurs sentiments et pensées à l'aide de mouvements corporels, ainsi qu'à apprendre en imitant les actions d'une personne.