Spiritualité

Itinéraire des Exercices pauliniens


Mois de septembre et octobre 2018

"Nous marchons avec Jésus Christ de trois manières: dans la voie des commandements…" (DF 100)


La deuxième étape étant terminée, Gloire au Fils, guidés par notre bien-aimé Fondateur, voici que nous entrons, au début de cette nouvelle année de vie spirituelle-apostolique, dans la troisième étape, Gloire à l'Esprit Saint. C'est toujours don Alberione qui nous prend par la main pour relire et revivre en synthèse le chemin que nous avons parcouru au cours des dernières années.

Le Fondateur nous rappelle qu'avec Jésus Christ, nous avançons sur trois voies: la voie des commandements, celle de la vie religieuse, celle de l'apostolat. La première sur laquelle nous nous arrêtons en cette période est "la voie des commandements: vie chrétienne". Il s'agit d'un soulignement qui semblerait naturel mais auquel il importe toujours de réfléchir. Déjà dans DF (p 83-84), don Alberione a été bien explicit : "L'état des commandements, c'est le laïcat, nécessaire pour tous, étant donné qu'il y a deux moyens de salut: la foi et les œuvres. La voie des commandements nous oblige et nous presse tous. Jésus Christ a dit: Observe les commandements (Mt 19,17). La loi naturelle contient les commandements, à l'exception de la partie positive du troisième. Par conséquent, les commandements nous obligent tous, immédiatement, toujours, précisément parce qu'ils sont promulgués avec la création de l'homme, et écrits dans le cœur. Même les païens sont coupables de leur transgression" (Saint Paul).

Par la suite, en s'adressant aux Sœurs de l'Institut Reine des Apôtres, il ajoutait: "Cependant, pour aller au paradis, nous ne devons pas tous passer par le même chemin. Il y a spécialement deux voies, bien distinctes. Et c'est la voie du bon chrétien, la voie de ceux qui vivant, en famille, accomplissent leurs devoirs, ont la foi, observent, pratiquent le culte chrétien en fréquentant les sacrements de la confession et la communion, en participant à la messe, etc.". L'année suivante, il affirmait aux Sœurs Disciples: "Avant de désirer la perfection, il faut que l'âme évite le péché et observent les commandements de Dieu. Chaque commandement a une partie négative, interdit quelque chose, et une partie positive, il commande quelque chose. Lorsque nous sommes arrivés à l'observance des commandements, alors, l'Esprit fait entendre sa voix à certaines âmes: Si tu veux être parfait, viens et suis-moi! À la fin, en parlant aux prêtres et aux disciples pauliniens lors du rassemblement à Ariccia (1960), il précisait: "L'abandon, en partie, des aspirants ou pire, des profès, dépend en premier lieu du manque de fondement qu'est la foi et la pratique des dix commandements. Celui qui n'observe pas la loi naturelle ne sera pas un bon chrétien et encore moins un prêtre ou religieux. Veiller à ce qu'il y est le fondement humain, l'observance des commandements; alors, avoir confiance, parce qu'on pourra y construire un édifice solide et haut".

Il est évident que personne d'entre nous ne peut se soustraire à une vérification rigoureuse de la solidité des fondements de son propre édifice humain-spirituel: tous les commandements sont-ils observés pleinement?

Par conséquent, l'orientation pour vivre les exercices "pauliniens" en cette période pourrait être:

¢ Je me souviendrai que, dans l'étape Gloire au Père, le Fondateur m'invite à un long examen sur les commandements, en précisant: "Ici, il importe de faire passer tous les commandements pour voir comment on les a observés. Pour devenir chrétiens, religieux, prêtres, il faut d'abord être des hommes" (DF 20). Je me référerai à la version complète des commandements - Ex 1-17, ou bien Dt 5,4-21 - et dans l'adoration eucharistique, je me confronterai avec chacun d'eux durant quelques jours de suite. Je ne négligerai pas de prendre quelques notes.
Nous savons que l'Esprit grandit en nous quand nous demeurons dans la paix, c'est-à-dire dans la bienveillance envers chaque créature, dans l'humilité, en goûtant les choses créées, dans l'amitié avec notre fragilité, dans la patience envers nous-mêmes et les autres, dans la gratitude silencieuse jusqu'aux larmes. L'acquisition de l'Esprit est le but le plus important de l'existence humaine, une vraie mission en faveur de l'Église entière, tout comme la prière d'intercession".

Comme supplément au livre dont est tirée la pensée citée ci-dessus (et que je conseille de lire intégralement parce que très paulinien, il y a une proposition d'examen de conscience à partir des commandements que je trouve très intéressant. J'ai pensé que cette pièce jointe vous fera plaisir.

Je vous souhaite un cheminement intense, éclairé par l'Esprit qui soutient notre vie avec bienveillance.

En communion profonde, don Guido