Page modifiée le 26 mai 2003.

Je tiens à féliciter Nathalie Simard d'avoir eu le courage de livrer publiquement son témoignage sur les abus sexuels dont elle fut victime dans son enfance. Je suis certaine que son témoignage aidera beaucoup d'autres victimes à se libérer de cet enfer du silence.


Pour tous les enfants abusés de la terre.
Vous n'étiez coupables de rien, vous étiez des victimes.


Madame Ringuette poursuit son frère !
Page modifiée le 7 mai 2003.


En 1998 j'avais débuté différentes pages sur différents sujets. L'une des pages qui a reçu le plus de visiteurs est celle-ci, la page inceste. Je ne croyais pas recevoir autant de courrier de personnes ayant subi l'inceste dans leur enfance. Des femmes et des hommes m'écrivaient le cauchemar qu'ils vivaient toujours après toutes ces années. Je ne suis pas une psychologue alors, je les écoutais et je dirigeais ces personnes vers des ressources adéquates pour qu'elles puissent s'en sortir. Ce qui revenait le plus souvent à part le fait que ces personnes n'en avaient jamais parlé avant, c'est que c'était la victime qui se faisait souvent mettre de côté par sa famille quand elle osait parler. Le coupable demeurait toujours impuni et la plupart du temps n'avait aucun remord pour le mal qu'il avait fait à sa victime.



Voici un extrait de cette page de 1998.

Pour tous les enfants abusés de la terre.
Vous n'étiez coupables de rien, vous étiez des victimes.


     Ca fait déjà presque cinq ans que je suis présente sur Internet.
J'en ai entendues des conversations sur l'inceste,  la pédophilie  et
les abus de toutes sortes. Bien sûr il y a aussi la violence physique
et mentale que bien des adultes ont connue dans leur enfance.        

     Ce qui revient le plus souvent,  c'est  que toutes ces personnes
n'en  avaient jamais parlé avant.  La plupart  étaient  devenues  des
adultes et tous gardaient ce secret et n'avaient jamais dit qui avait
volé  leur enfance.  Maintenant  la plupart  de ces  personnes savent
qu'un jour ou  l'autre  une victime parlera.  Elle parlera en premier
pour se guérir des souffrances  accumulées durant toutes ces  années.
Elle parlera aussi pour  protéger  les  autres  enfants qui voisinent
celui qui a fait d'elle une innocente victime. Elle  parlera même  si
ça fait plus de cinq ans, dix ans, trente ans ou quarante ans et plus
qu'un abuseur a volé  ce qui devrait  être son  plus beau  souvenir..
son enfance.                                                         

     Ceux qui liront cette page et qui sont eux-mêmes des victimes du
genre, sauront qu'il existe sur Internet plusieurs intervenants comme
des psychologues.Peut-être qu'ils sont prêts à vous écouter si jamais
vous vouliez parler. Ils sauront où vous diriger pour qu'enfin  cette
"loi du silence" tombe.   
Je veux aussi dire aux abuseurs, aux pédophiles et aux personnes qui usent de la violence de demander aussi de l'aide.
Fin de l'extrait de la page de 1998.



Maintenant en 2003, ça fait presque dix ans que je suis présente sur Internet et un jour j'écrirai possiblement sur tous ces cas de personnes qui sont venues se confier à moi. Il serait bon de montrer que souvent c'est la famille de la victime qui veut cacher tout le mal qu'a fait subir l'un de ses membres à un autre membre qui n'était pour la plupart du temps qu'un jeune enfant encore à l'âge de l'innocence.

Le 7 mai 2003 cette nouvelle passa à la télévision. Un juge accordait à une femme du Québec d'environ 70 ans le droit de poursuivre son frère qui avait abusé d'elle dans son enfance. La loi ouvrait une brèche pour permettre de lever la prescription dans le temps pour ce genre de poursuites.

Espérons qu'un jour les gens comprendront qu'il faut laisser parler les personnes qui ont été victimes d'un agresseur qui était un membre de leur propre famille. Ces agresseurs par leurs agissements ont souvent détruit la vie de leurs jeunes victimes. Il serait temps que ces personnes, hommes et femmes, puissent s'exprimer ouvertement comme l'a fait Madame Ringuette. Voici ce vidéo qui peut montrer autant aux hommes qu'aux femmes qu'il ne faut pas demeurer prisonniers de son enfance. Vous n'étiez coupables de rien, vous étiez des victimes. Il est enfin temps que les coupables apprennent tout le mal qu'ils ont fait subir à leur(s) victime(s) et à leur entourage immédiat !

Pour ceux qui croient toujours que ce sont des jeux d'enfants. Suivez ce lien !

Le 7 mai 2003 nous pouvions voir à la TV cette nouvelle mise en vidéo.
Suivre ce lien pour voir la page du vidéo.

Si vous désirez m'écrire, adressez votre courrier à Danielle Fournier (j'utilise aussi l'initiale F)
à l'adresse: dff@videotron.ca