Titre

L’humain domestique vivant sous votre toit peut souvent adopter des comportements indésirables : il tentera de vous imposer le silence, de vous interdire de faire vos griffes sur le canapé du salon (comme si le canapé lui appartenait!). De plus, l'humain a tendance à négliger vos besoins immédiats pour des activités qu'il juge plus importantes : diriger une entreprise, s'occuper de sa famille... Aussi, convient-il de lui inculquer immédiatement certaines règles de base dont la première: le maître incontesté, c’est vous!

La baronne Rotschatte, Henri Turin

 

lettreUn bon dressage doit clairement fixer certaines limites précises : montrer à l’humain son territoire, apprenez-lui quelles sont les choses à ne pas faire… Ne le laissez jamais s’installer dans votre fauteuil ni boire le thé dans vos tasses! Le service à thé

 

 

Leçon 1 : Comment se faire comprendre


Curieux, moi?
La curiosité :
L'oeil tout rond, les oreilles dressées, demeurez silencieux.

L'amitié :

Dos rond, pattes de velours, oreilles pivotantes, simulez une perte d'équilibre sur des jambes amies et couronnez le tout d'un ronron appuyé...

Suis-je assez gentil?


La colère :

Soyez explicite! Coup de griffe sur la main qui veut vous caresser ou sur le mollet gainé de soie, pipi sur le sac à main, miaulement hystérique... Et, si tous vos efforts demeurent vains, ayez recours à la dépression nerveuse qui fait perdre des poils...

Sortez l'aspirateur!


lettreBien sûr, si votre humain vaque à certaines activités, il existe aussi les bons vieux trucs qui capteront son attention à tout coup! Il s'agit simplement de vous étendre sur "la chose" qui semble prendre plus d'importance que VOUS : son journal, le clavier de son ordinateur ou la manette du téléviseur.


S'il peut finir de lire son journal!

 

Leçon 2 : Punir votre humain




L'art d'être chat, Henri Turin


lettreParfois, en dépit de vos meilleurs efforts, votre humain résistera obstinément et ne cédéra pas à vos caprices. Dans de telles circonstances, n’hésitez pas à le punir! Attention, toutefois! Certaines punitions telles que faire vos griffes sur les plus beaux meubles de la maison, manger les plantes vertes sont susceptibles de représailles. Votre humain risque de ne pas comprendre et tenter plutôt de vous discipliner.

lettreVous avez donc avantage à adopter des méthodes plus subtiles. Par exemple, utilisez le bac à litière pendant que votre humain reçoit des invités à dîner (ou souper selon le continent :). Regardez fixement votre humain lorsqu’il s’adonne à des ébats amoureux. Choisissez le plus beau tapis pour simuler une crise de "boule de poils". Couchez-vous sur son oreiller quand il dort et lavez-vous bruyamment… si votre humain a le sommeil lourd, passez lui la patte sur le visage.

 

Leçon 3 : Récompenser votre humain

lettreHélas! Le monde félin est divisé sur le sujet des récompenses. Une école de pensée croit que les humains préfèrent un animal encore vivant avec lequel, tout comme nous, ils peuvent s’amuser. D’autres pensent que les animaux morts sont des récompenses beaucoup plus prisées.

lettreAprès mûres réflexions, et connaissant la psyché de l’humain domestique, nous en sommes venus à la conclusion suivante. Les animaux à sang-froid (les grenouilles, les serpents) ont avantage à être offerts complètement refroidis. Les animaux à sang chaud (les oiseaux, les rongeurs et le Poméranien de votre voisin) sont des récompenses beaucoup plus attrayantes si elles sont encore secouées de légers soubresauts… Expérimentez juste pour voir! Le visage ébahi de votre humain vous récompensera largement de vos efforts!
 
Dis-donc, c'est moi qui l'attrape!

 

La dame de coeur, Diane Éthier lettreN'oubliez pas toutefois que, si vous avez adopté un humain, c'est en grande partie pour qu'il vous donne de l'affection. Si son dressage a été bien mené, vous pourrez toujours lui solliciter un câlin. Ronronnez et votre humain sera aux anges, oubliant toute autre occupation pour vous abandonner ses genoux qui sont votre fauteuil naturel.

lettreQui sait? Peut-être aurez-vous la chance d'adopter un humain doué. Vous pourrez alors transcender les difficultés de langage et lui mener la conversation... tout comme savait le faire Colette. Nous savons d'une source anonyme que notre romancière préférée, en visite à New-York, aurait rencontré un de nos congénères. Ils se mirent tous deux à discuter à grands coups de miaous... bref, il paraît même qu'elle aurait confié à son compagnon humain "Enfin quelqu'un qui parle le français!"