Colette

Titre

 

Dans son oeuvre Colette a exprimé tous les plaisirs
exquis, les sensations merveilleuses que peuvent
procurer les petits félins.

Ils traversent ses livres sur leurs pattes de velours et
du bout de leur nez rose...

 

 

lettreConfident des écrivains, le chat a laissé "sa griffe" au travers de leurs écrits, les favorisant par sa seule présence ou les inspirant, et devenant ainsi héros de roman, personnage principal d'un poème… Le monde de la littérature lui a toujours convenu et, il ne compte plus ses amis parmi les gens de lettres.

Le petit chat

C'est un petit chat noir effronté comme un page,
Je le laisse jouer sur ma table souvent,
Quelques fois il s'assied sans faire de tapage,
On dirait un joli presse-papier vivant.
Rien en lui, pas un poil de son velours ne bouge;
Longtemps, il reste là, noir sur un feuillet blanc,
A ces minets tirant leur langue de drap rouge,
Qu'ont fait pour essuyer les plumes ressemblant.


Edmond Rostand, Musardises.

Le petit effronté


lettreCette relation particulière a peut-être commencé avec Joachim de Bellay, amoureux de son chat Belaud qui, à sa mort, écrira : "Et j'ai perdu depuis trois jours. Mon bien, mon plaisir mes amours... À peu que le coeur ne m'en crève..." D'autres suivront cette inclination, le clameront avec plus ou moins d'éclat. Certains autres, toutefois, tel Ronsard et Jean de la Fontaine, ne se priveront pas de noircir la réputation du chat.

 

DicLivres.jpg (23225 octets)

lettreEn France, c'est Balzac qui relève le premier le défi de l'écriture féline. Il s'en donne donc à coeur joie en écrivant les "Peines de coeur d'un chatte anglaise". Pour l'auteur de la "Comédie humaine", les amours contrariées de Beauty et d'un jeune matou français dénommé Brisquet, sont l'occasion rêvée de railler les femmes de lettres et les moeurs bourgeoises de l'époque!

lettreAvec Émile Zola, la gent féline fait bien piètre figure… Dans le "Paradis des chats" paru en 1874, on peut voir le reflet de l'attitude de certains face au changement de comportement à l'égard des chats, qui deviennent des animaux de compagnie, choyés et gavés.

 

lettreMais quand on pense à l'écriture féline, nul ne peut ignorer Colette, grâce à qui le chat devient biographe de génie. Le chat, ou plutôt la chatte, est sans doute l'animal qui a le plus inspiré Colette. Ses amis ont vu d'ailleurs défiler auprès d'elle La Noire, Chatte grise, Jeune Bleue, Fanfare, Moune, Musette, La Bergère, Poucette, Fossette, La Toutouque, Domino, Belle Aude, et j'en passe!

lettrePendant la première guerre mondiale, alors que l'homme la déçoit par sa cruauté, Colette se réfugie dans la paix des bêtes. Son recueil, "La Paix chez les bêtes" met, entre autres, en scène un diablotin mémorable, Poum qui se fiche éperdument de la guerre qui fait rage. Ce chaton noir observe l'homme et l'analyse avec beaucoup de justesse et d'humour.

L'écrivain, Diane Éthier 1998


lettreAlors qu'elle est elle-même devenue très âgée, Colette devra faire piquer sa dernière chatte. Geste nécessaire qui la laissa inconsolable. Elle ne parlera désormais plus qu'avec beaucoup de retenue de sa Chatte Dernière : "Quand je cesserai de chanter la Chatte Dernière, c'est que je serai devenue muette sur toutes choses."


Moune

lettreMais c'est avec l'ère du traitement de texte que l'on voit nos amis à longues moustaches reprendre la plume ou si vous préférez, le clavier du micro-ordinateur. En France, c'est incontestablement Philippe Raguenaud et son complice le chat Moune (bien réel en plus!) qui remet le chat en vedette. Raguenaud et son chat Moune vivent une relation très profonde et chaque page de ses romans en témoigne. Je vous le recommande.
lettreE.jpg (1301 octets)t que dire de Peter Gethers, romancier et scénariste, avec son roman  "Le chat qui dînait chez Maxim". C'est un récit des plus amusants pour ceux qui aiment les chats et... ceux qui croient les détester. C'est aussi un récit émouvant où l'on ne peut que savourer l'évolution de la relation entre le maître et le CHAT. Norton, le Chat

Gouttière

 

 

 

lettreRemo Forlani, ardent défenseur de la cause féline, a également le don de nous émouvoir avec son écriture féline. Avec son roman Gouttière (1989), Forlani nous fait partager les joies et les tourments d'une "gouttière" dénommée Lucie qui, après bien des vicissitudes, connaîtra enfin l'amour passion qui donne envie de ne rien faire d'autre que de savourer son bonheur et de… ronronner.

Illustration du roman Gouttière Théophile Steinlen : "Chats"

Les chats répliquent!
Extrait "L'art d'être chat", Sylvie Chassé, Henri Turin



"Que serait un dompteur sans ses fauves,
un chevrier sans ses chèvres,
Ainsi en est-il de l'écrivain sans son chat
On a pas le droit d'être écrivain
si on ne possède pas un chat!

Cet humain peu exigeant et très disponible
sera obligé d'en passer par tous nos caprices.
Nous pourrons dormir sur ses notes
et autres paperasses,
donner des coups de pattes dans son stylo à encre
au moment de la signature d'un contrat ou
nous promener sur le clavier de son ordinateur..."


Le chat d'écrivain