François Lavallée > L'auteur > Chansons > Je tiens bon

Je tiens bon
 

François Lavallée
1983-1984
Tout est sombre, s'assombrit, je tombe.
Mes jambes plient dans la poussière,
Ma tête tombe.
Mais la lumière...
Je la devine par mes yeux entrouverts;
Au fond du gris brouillard, de la lourde atmosphère,
Je tiens bon car je sais :
Je pressens le progrès.

Je suis nu, bousculé, encore.
L'orage rage, le vent m'entoure
Et bat mon corps.
Mais cet amour...
Je le devine, ce mystère de paix;
Le vent redouble mais je tiens bon car je sais
Que le train roule toujours
Et que la pluie me lave.

Le soleil, écrasant, toujours.
La sueur serre et goutte et suinte,
Mon souffle est court.
Mais l'ombre sainte...
Je la devine par mes yeux entrouverts;
Et toujours je tiens bon, car je sais que la Terre,
La Terre, pas à pas
Avance, elle sous moi.

Surveillé, épié, caché.
Membre d'un corps écartelé
Dans la fumée.
La liberté...
J'y crois encore, à Solidarité;
Même sous la matraque, je tiens bon car je sais
Qu'on se compte par milliers,
Des milliers qui tiennent bon.

 
Et un jour, je l'aurai,
Le temps, oui, je l'aurai;
Et vous ne m'aurez pas;
Non, ils ne m'auront pas.
 
Car je tiens bon, sous la tempête, dans le brouillard;
Dans la fumée, sous le soleil, je garde espoir.
Mes yeux fermés devinent encore et ne meurent pas.
Je respire mal, mais je respire et persévère.
Et mes pas, mes pas...
Et la lumière...

© François Lavallée pour tous les textes figurant dans le présent site
Voir la brève notice de droits d'auteur
Retour à la page d'accueil de François Lavallée
Retour à François Lavallée... L'auteur
Retour à l'index des chansons 

Réactions? Commentaires? Suggestions? Écrivez-moi!