François Lavallée > L'auteur > Circuit > L'avis de vacances dont je rêve

L’avis de vacances dont je rêve

 

François Lavallée
Article paru dans Circuit en hiver 1998-1999


         Généralement, mon avis de vacances ressemble à quelque chose comme ceci :
 

Veuillez prendre note que je serai en vacances du … au …. Si vous avez un besoin urgent de services de traduction pendant cette période, veuillez communiquer avec XXX, trad.a.

Au plaisir!

        Mais cette année, une curieuse envie sourd en moi. Celle d’écrire quelque chose comme ceci :
 

Cher client,

        Sans vouloir vous vexer, c’est avec un soulagement sans borne que je vous annonce que toute tentative de communiquer avec moi pour des motifs professionnels du … au … tombera dans le vide. Mon télécopieur sera sourd aux appels. Mon téléphone sera muet puisqu’il n’y aura personne pour l’entendre, et il n’y aura personne non plus pour surveiller avec angoisse la longueur et le nombre de fichiers téléchargés dans mon ordinateur par courrier électronique.

        Pendant cette courte période, je vivrai le vendredi à 16 h la même sérénité que le dimanche matin à 10 h, je laisserai glisser avec insouciance dans mes lectures toute phrase incomplète ou incompréhensible, les phrases ambiguës me procureront un plaisir sain, je me coucherai à une heure décente en laissant résonner dans ma tête les mots justes de Victor Hugo et non à une heure tardive en calculant le nombre juste de mots qu’il me reste à faire avant la fin de la semaine, je n’aurai pas besoin de savoir si les titres des documents cités dans un texte que je lis ont été traduits, les mots leader, proactif, alternatif, et cher en début de lettre, me seront tout à fait indifférents, je me vautrerai dans des textes écrits, rédigés, faits en français qui, comme un baume sur mes maux injustes, me rassureront sur les ressources infinies de cette langue, et je découvrirai comme par enchantement ce que je n’ose croire pendant le reste de l’année, à savoir que vous pouvez vous passer de moi.

        Si vous avez un besoin urgent de traduction pendant mon absence, vous pouvez toujours utiliser le traducteur d’Alta Vista et, surtout, parlez-en à vos amis. 

        À mon retour, c’est avec plaisir que je réapprendrai à dire oui en vue de rattraper le plus vite possible mes concitoyens baby boomers qui me font tous bye bye sur le seuil de la retraite. Et si ce temps d’arrêt a lui-même la faculté d’accélérer mon processus de vieillissement, et si la sagesse, à la faveur du passage des jours tranquilles, venait à s’instiller en moi et à me faire prendre conscience de l’importance relative des choses, peut-être trouverons-nous ensemble, à mon retour, une formule qui me permettra de ne pas avoir besoin si cruellement de me passer de vous pendant deux semaines l’an prochain. 

        Je vous en souhaite autant. 


© François Lavallée pour tous les textes figurant dans le présent site
Voir la brève notice de droits d'auteur


Retour à la page d'accueil de François Lavallée
Retour à François Lavallée... L'auteur
Retour à l'index des articles parus dans Circuit
 

Réactions? Commentaires? Suggestions? Écrivez-moi!