François Lavallée > L'auteur > Mordicus > Les deux frères (qui étaient Balance)
François Lavallée > L'auteur > Fables > Les deux frères (qui étaient Balance)

Les deux frères (qui étaient Balance)

 

François Lavallée
Fable parue dans Mordicus en janvier 1995
        Dans les signes du zodiaque,
        On raconte que la Balance
        Est celui de l’ambivalence.
        Mais dans le calme du bivouac,
        On en apprend souvent bien plus,
        Et c’est ainsi que j’ai connu
        Une histoire bien singulière :
        La folle histoire des Deux Frères.

Tous deux étaient Balance et ils ne s’aimaient guère.
Disons-le franchement : entre eux, c’était la guerre.
            Et comme arme particulière,
Chacun savait user des faiblesses de l’autre
Tout en s’attribuant un air de bon apôtre.

C’est ainsi qu’un bon jour, le premier, amusé,
Voyait l’autre lorgner un buffet bien garni
Dont il ne savait trop s’il devait abuser.
Il voyait défiler, sur son front dégarni,
Chacune des idées du frangin aux abois.
            Or, il savait être rusé,
            Et faire flèche de tout bois.
            Il savait aussi déguiser
            Un conseil espiègle ou sournois
            En un avis sobre et sérieux
            Au point que même le bon Dieu
            Eût été prêt, sur l’impression,
            À l’absoudre sans confession.
Il susurra donc au visage de carême
Sur le ton sentencieux de la sagesse même :
            « Mieux vaut manger et être obèse
            Que de s’asseoir entre deux chaises. »

L’autre ne fut pas dupe. Il aurait sa vengeance.
Déjà le lendemain, au chalet de leur père,
Il voyait près du lac tourner son congénère,
Hésitant à tel point qu’il était presque en transe.
Un bout d’orteil dans l’eau, aussitôt retiré,
Et puis plongé encore et encore enlevé
Eut tôt fait d’inspirer au gourmand de la veille
La phrase qu’il cherchait pour remettre son change
            À celui qui jouait les anges.
Ce n’était ni hasard, ni chance, ni merveille :
L’esprit de repartie s’apprenait au foyer.
Bref, notre homme lança à l’autre rigolo :
            « Mieux vaut plonger et se noyer
            Que de nager entre deux eaux. »


© François Lavallée pour tous les textes figurant dans le présent site
Voir la brève notice de droits d'auteur
Retour à la page d'accueil de François Lavallée
Retour à François Lavallée... L'auteur
Retour à l'index des articles parus dans Mordicus 

Réactions? Commentaires? Suggestions? Écrivez-moi