François Lavallée > L'auteur > Mordicus
Mordicus
 
Une idée devient fausse à partir du moment où l'on s'en contente
- Alain 
En 1994, j'ai fondé avec mon bon ami Jean-François Giguère un journal appelé Mordicus. Notre but était simplement de nous donner un prétexte pour écrire (« donner libre cours au plaisir d'écrire et d'exprimer ses convictions », pouvait-on lire dans l'encadré de présentation), mais il en est sorti des morceaux assez intéressants. Le journal, tiré à une trentaine d'exemplaires1, était simplement distribué à nos parents et amis. Ayant tous les deux de jeunes enfants, une femme et une profession accaparante, nous avons décidé de laisser tomber Mordicus en 1995 pour privilégier une autre de nos passions communes, la musique. Voici toutefois les textes que j'ai écrits pour Mordicus.
 
Numéro 1, août 1994
        Ni chaud ni froid?
        L'enfant qui chantonnait (fable)

 
Numéro 2, septembre 1994

       Trompeuse science-fiction
       Asphyxie par immersion (fiction)
 
Numéro 3, octobre 1994

       Les joueurs de hockey, ces incompris
       Le convive silencieux  (fable)
 
Numéro 4, novembre 1994

       Quatuor Orléans, si vous saviez...
       Nos lunettes d'approche
 
Numéro 5, décembre 1994

       Le Père Noël existe-t-il?
 
Numéro 6, janvier 1995

       Les deux frères (qui étaient Balance) (fable)
 
Numéro 7, février 1995

       L'escalier
       Poussière (fiction)
 

1Et non une quinzaine, contrairement à ce que l'indiquais dans la version antérieure de la présente page et comme me l'a si justement rappelé mon co-rédacteur Jean-François.
 


© François Lavallée pour tous les textes figurant dans le présent site
Voir la brève notice de droits d'auteur
Retour à la page d'accueil de François Lavallée
Retour à François Lavallée... L'auteur
 
Réactions? Commentaires? Suggestions? Écrivez-moi!