François Lavallée > Le père de famille > Mon voyage de pêche

Il y a quelques années, Robert Gillet, animateur populaire à la station de radio CJMF de Québec, avait lancé un concours pour la Fête des pères. Pour participer, il fallait écrire un texte racontant une histoire de pêche.

Or, non seulement j'abhorre la pêche, mais cela m'a rappelé que je ne m'identifie à aucun des clichés qui accompagnent habituellement la Fête des pères : je ne joue pas au golf, je ne cuisine pas au barbecue et je ne suis pas vraiment intéressé à recevoir un banc de scie en cadeau.

De plus, le sujet de ce concours me paraissait un peu ironique. En effet, quand un père part à la pêche, que ce soit seul ou avec ses amis, on peut supposer qu'il ne le fait pas en tant que père.

Ces réflexions ont inspiré chez moi le texte suivant, que j'ai envoyé pour le concours. Je n'ai pas gagné. Nul doute parce que les gagnants étaient tirés au hasard...


Mon voyage de pêche

        Chouette! Un concours pour la Fête des pères! Quoi?? Raconter un voyage de pêche? Zut! Moi qui n’ai jamais fait ça de ma vie. Me faire manger par les mouches pour planter la pointe d’un hameçon dans le palais d’un poisson, très peu pour moi.
        Mais après tout, c’est peut-être l’occasion ou jamais. Tous les pères pêchent. Y a qu’à voir les publicités du début du mois de juin. C’est pas tout de changer des couches. Il faut s’assumer comme homme.
        Et paf! Me voici donc à la pourvoirie, attirail loué, embarcation, tout. Fin de semaine de pêche en solitaire. Mais attention : il me faut aussi une aventure. Pour que je puisse la conter à Robert. Je me demande si les histoires inventées comptent. Enfin, on verra ce qu’on verra. L’air est frais, le soleil se lève, l’avenir est à moi.
        Six heures du mat’. Voilà une heure que ma ligne flotte. Le lac semble aussi vide que noir. De la mélasse. Au point que je me demande s’il est plus épais que moi. Je ne dois pas avoir le tour. Il faut dire que même après une heure, je ne peux pas dire que je suis à l’aise avec une canne à pêche dans les mains.
        Pourquoi ne m’a-t-on jamais donné ni équipement de pêche ni bâtons de golf pour la Fête des pères? Personne ne lit les circulaires par chez nous? Je lance ma ligne à nouveau. Ça ne doit pas être bien sorcier.
        Les mouches dansent en équipes à la surface de l’eau. Je me demande ce que fait Alexandre. A-t-il gagné sa partie de soccer hier soir? Que son père ne soit pas là pour l’encourager, ça n’a pas dû changer grand-chose au score final. Et puis, les autres parents étaient là. Je me demande si Bertrand a déjà pêché.
        Oh! Ça bouge! Sapristi! Je crois bien que ça a mordu! Je tire… c’est un gros! Ça y est! Je m’accomplis! Est-ce que je dois m’aider un peu pour tomber à l’eau? Y a-t-il un film dans mon appareil photo? Est-ce qu’un gros poisson suffira? Oups… zoup! Il m’a échappé. Dommage. Mais ça arrive. On réappâte et on recommence. Bzz.
        C’est l’heure de la collation. Je pense à Marie-Luce qui entre dans la cuisine, les perles de sueur au front, les genoux brun et roux. Elle a soif. « C’est-tu l’heure de la collation? » Oui, ma chouette. Mais pour aujourd’hui, demande à maman; papa chasse le brochet. La truite arc-en-ciel. Il ne pleuvra pas aujourd’hui. Je n’avais pas pu entendre la météo hier, il y avait trop de bruit à la maison. Ici, c’est tranquille. Bizarrement tranquille. Une tourterelle triste répète sa courte mélopée.
        Décidément, je ne dois pas être dans un bon spot. Essayons un peu plus loin. Rame, rame, ra-ame donc… Cet air que Laurent aime tellement que je lui chante avant de se coucher. Mais ce soir, il entendra Isabeau s’y promène, la chanson de maman.
        Maman. Auprès de ma blonde. Elle va peut-être louer un film ce soir. Ou se coucher tôt. Petite soirée tranquille. Elle n’aura peut-être pas le temps de faire la promenade avec les trois enfants.
        Bon; avec tout ça, le soleil commence à baisser, et je n’ai toujours rien attrapé. Pas de gros poisson. Pas d’aventure. Pas d’histoire de pêche à raconter à Robert.
        Je ne dois pas être un bon père.
 


© François Lavallée pour tous les textes figurant dans le présent site
Voir la brève notice de droits d'auteur


Retour à la page d'accueil de François Lavallée
Retour à François Lavallée... Le père de famille
Retour à François Lavallée... L'auteur
 

Réactions? Commentaires? Suggestions? Écrivez-moi!