François Lavallée > Le traducteur

English
FAQ on Translators
My résumé
Le traducteur
La FAQ sur les traducteurs
Qu'est-ce qu'un traducteur agréé?
Est-il obligatoire d'être traducteur agréé (membre de l'OTTIAQ) pour exercer ce métier?
Quel est l'avantage de faire appel à un traducteur agréé?
Combien de langues un traducteur doit-il parler?
Un traducteur est-il un « parfait bilingue »?
Comment trouver un bon traducteur?
Mon curriculum vitae

Humour


Articles publiés dans Circuit, revue de l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Le traducteur averti, guide de traduction dont je suis l'auteur. 


La FAQ sur les traducteurs

Qu'est-ce qu'un traducteur agréé?

C'est un traducteur membre de l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (OTTIAQ).

Est-il obligatoire d'être traducteur agréé (membre de l'OTTIAQ) pour exercer ce métier?

Non. L'OTTIAQ est un ordre à titre réservé, c'est-à-dire que seuls ses membres peuvent s'annoncer comme « agréés  », mais une personne non membre peut exercer le même métier sous le titre de « traducteur » simplement.

Quel est l'avantage de faire appel à un traducteur agréé?

Pour devenir agréé, le traducteur doit se soumettre à certains contrôles, notamment justifier d'un baccalauréat spécialisé en traduction ou d'une longue expérience pertinente. Le traducteur agréé bénéficie également d'un encadrement et d'une formation continue, outre qu'il doit se soumettre à un code de déontologie. Une personne qui fait appel à un traducteur agréé sait que celui-ci a déjà subi tous ces contrôles. De plus, en cas de faute professionnelle, le client a un recours s'il a fait affaire avec un membre d'un ordre régi par le Code des professions du Québec.

Quelle est la différence entre un traducteur et un interprète?

Un traducteur traduit à l'écrit. Un interprète travaille à l'oral. Ce sont deux spécialités distinctes. Beaucoup d'interprètes font de la traduction, mais l'inverse n'est pas vrai.

Combien de langues un traducteur doit-il parler?

Deux suffisent. C'est même le cas le plus courant au Canada. Qui plus est, les traducteurs travaillent généralement « dans un sens » seulement, c'est-à-dire que les francophones ne traduisent que vers le français, et les anglophones vers l'anglais. Cette règle souffre cependant plusieurs exceptions : certaines personnes sont formées pour traduire également vers leur langue seconde.

L'agrément à l'OTTIAQ ne vise qu'un couple de langues, dans une direction à la fois. Pour être agréé « français-anglais  » et « anglais-français », il faut se soumettre à deux évaluations de dossier distinctes.

Personnellement, je ne traduis que de l'anglais au français, et je ne suis agréé qu'à ce titre. Je peux lire assez couramment l'allemand et l'espagnol, mais je n'estime pas avoir la compétence et les ressources pour traduire à partir de ces langues... et encore moins vers ces langues!

Un traducteur est-il un « parfait bilingue »?

Pas nécessairement, si on entend par « parfait bilingue » une personne qui est tout à fait à l'aise dans les deux langues, à l'oral comme à l'écrit. Un traducteur francophone est seulement tenu de comprendre parfaitement un texte écrit en anglais et de le rendre dans un français impeccable. S'il ne vit pas dans un milieu anglophone, il se peut qu'il ne soit pas aussi à l'aise pour converser en anglais.

Comment trouver un bon traducteur?

Outre demander des références à d'autres personnes faisant déjà affaire avec des traducteurs, on peut consulter le répertoire en ligne de l'Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec (cliquer sur Répertoire dans l'index de gauche). Ce répertoire vous permet de sélectionner la combinaison de langues et le domaine de spécialisation de votre choix.

N'oubliez pas qu'il vaut toujours mieux s'adresser à un traducteur qui traduira vers sa langue maternelle.


Retour à la page d'accueil
Retour à François Lavallée - Le traducteur
 
Questions? Commentaires? Suggestions? Écrivez-moi!