L'Univers de J.R.R. Tolkien

J.R.R. Tolkien

Ses principaux ouvrages

La Terre du Milieu

Les Anneaux du pouvoir

Istari - Les Mages

Dès que les premières ombres de Sauron se firent sentir sur la Terre du Milieu, apparurent les Istari, ceux que les humains appelèrent les Mages. Ils avaient l'apparence d'humains, âgés, mais vigoureux. Les années les marquaient à peine et ils vieillissaient lentement malgré les soucis dont ils étaient chargés. Ils avaient une grande sagesse et de grands pouvoirs. Ils venaient de l'Extrême-Occident, au-delà des Mers ; bien que cela ne fut su, et de longue date, que du seul Círdan, Gardien du Troisième Anneau et Maître des Havres gris, qui les avaient vus prendre pied sur le rivage des pays de l'Ouest. Des émissaires des Valar, voilà ce qu'ils étaient, mandés par les Seigneurs d'Occident, dans leur haute sollicitude pour les destinées de la Terre du Milieu, qui, lorsque l'ombre de Sauron se ranima, eurent recours à ce moyen pour lui résister.

De cet ordre on en ignore le nombre ; mais ils étaient cinq de leurs chefs qui vinrent au Nord de la Terre du Milieu, où l'espoir était le plus vivace. Le premier qui arriva avait grande allure et noble maintien, les cheuveux de jais et la voix très suave, et tous le tinrent comme le Premier de son Ordre. Le Blanc messager fut connu plus tard parmi les Elfes sous le nom de Curùnir, le Maître des Stratagèmes, et dans le parler des Hommes du Nord, sous le nom de Saroumane.

Il en vint d'autres : deux vêtus de bleu outremer qui se rendirent à l'Est, mais jamais ne revinrent, et un qui portait un habit couleur terre, Radagast, qui se prit d'amour pour toutes les bêtes et les oiseaux qui foissonnaient en Terre du Milieu.

Et le dernier vint, qui parut le moins considérable de tous, plus petit que les autres et plus âgé d'aspect, et il avait les cheveux gris et la vêture grise, et il s'appuyait sur un bâton. Mais dès leur première rencontre aux Havres Gris, Cìrdan devina en lui une sagacité extrême et une force d'âme peu commune ; et il l'accueillit avec révérence, et lui remit le Troisième Anneau, Narya-le-Rouge. Les Elfes le nommèrent Mithrandir, le Gris Pèlerin, car il était toujours par monts et par vaux, et n'amassa point de richesse, ni ne rassembla de gens à sa suite, mais ne cessait de parcourir le pays de l'Ouest, du Gondor, à l'Angmar, et du Lindon à la Lorien, secourable à tous en temps de besoin. Il avait l'esprit chaleureux et curieux de toutes choses (et l'Anneau Narya avivait en lui ces dispositions) ; car il était l'Ennemi de Sauron, opposant au feu qui dévore et désole, le feu qui soulage la détresse et attise l'espoir défaillant.

"Nombreux sont mes noms en divers pays. Je me nomme Mithrandir parmi les Elfes, Tarkûn chez les Nains ; Olórin, je fus, dans ma jeunesse à l'Ouest dont la mémoire s'est perdue, Incánus au Sud, et Gandalf au Nord parmi les hommes. À l'Est, je ne vais point."

- Gandalf
Contes et légendes inachevés

L'univers de J.R.R. Tolkien
Biographie de J.R.R. Tolkien | Ses principaux ouvrages
La Terre du Milieu | Les Istari
Les Anneaux du Pouvoir | Poèmes et chansons
Quiz | Les films

Site réalisé et maintenu par Mithrandir
Dernière mise à jour : 1999-01-06
© Tous droits réservés

Poèmes et chansons

Quiz sur la Terre du Milieu

Les films sur l'oeuvre de Tolkien

Retour à la page d'accueil
Page d'accueil