.

d e   l ' u n   à   l ' a u t r e

Ce renku a été composé du 26 novembre 1998 au 20 juin 1999
par André DUHAIME (Aylmer, Québec) et Carol LEBEL (Chicoutimi, Québec)


Accompagné d'encres de Gernot NEBEL,
ce renku a été publié aux Éditions David


(Encre: Gernot Nebel)





jour de grisaille
observer du coin de l'œil
le nez des gens
ad                                              



nuit de tempête
demain des bonshommes de neige
dans le quartier
cl                                              



jeux dans la neige
souvenir des camarades
de mon enfance
ad                                              



en promenade
loin des promesses d'élections
mon chien et moi
cl                                              



rêver encore
d'un noël tout blanc et
d'un cellulaire
ad                                              



un poète est mort
dans ma bibliothèque
je cherche ses livres
cl                                              



sortir à quoi bon
ne pas sortir à quoi bon
stigmates d'automne *
ad                                              



marcher se taire
l'illusion dans le réel
se taire marcher
cl                                              



sur les trottoirs
les ombres d'anciennes amours
qui se croisent
ad                                              



triste soir d'hiver
toute la soirée à lire
d'anciennes lettres d'amour
cl                                              



cette cicatrice
je ne ressens plus de mal
qu'en la touchant
ad                                              



ces nuits si longues
où tous les silences
sont illisibles
cl                                              



recroquevillé
entre le sommeil et moi
il y a un monde
ad                                              



où suis-je
sur les enseignes-néons
un autre monde
cl                                              



une autre année
un nouveau calendrier
suspendu au mur
ad                                              



jours froids de janvier
au chaud je lis des revues
de jardinage
cl                                              



de l'été dernier
de la confiture de fraises
sur nos crêpes
ad                                              



trou de mémoire
inquiétant ou rassurant
lendemain de veille
cl                                              



les contours incertains
d'un moi sans lunettes
dans ce miroir
ad                                              



du miroir embué
un message illisible
de ma compagne
cl                                              



elle se retourne
son masque facial vert
sa voix
ad                                              



sur chaque visage
à chaque coin de rue un peu
de ses silences
cl                                              



la lèvre percée
du jeune homme qui mendie
sous l'abribus
ad                                              



néon clignotant
palmiers et danseuses nues
- 30 celsius
cl                                              



un peu de magie
envoyer un message
en deux clics
ad                                              



spleen hivernal
un ami au bout des doigts
ses mots ses rêves
cl                                              



vendredi de neige
un moineau vient se blottir
contre ma fenêtre
ad                                              



samedi soir
le bar est archiplein
on n'entend plus la vie
cl                                              



nuit et jour
les feux de signalisation
fonctionnent
ad                                              



sur mon bureau
la même page blanche
depuis des jours
cl                                              



au soleil d'hiver
un bouquet de chrysanthèmes
jaunes
ad                                              



des passants
nous regardent regarder
la télévision
cl                                              



le téléphone sonne
c'est du métro de paris
qu'on m'appelle
ad                                              



sourire du facteur
qui dépose une carte postale
dans ma boîte aux lettres
cl                                              



un peu d'eau
a coulé sur le plancher
pendant le bain
ad                                              



pause-café
ils parlent des téléromans
en grattant des lotos
cl                                              



salir de craie
le veston d'où l'on enlève
des miettes de pain
ad                                              



téléphone...
les rôties froides seront
pour le chien
cl                                              



lentement
le soleil se lève et monte
les ombres naissent
ad                                              



février
patiemment sous la neige
le jardin respire
cl                                              



sur mon bureau
et autour sur le tapis
encore du papier
ad                                              



un carnet neuf
un autre voyage
en restant ici
cl                                              



photos de vacances
entre leurs mains pâles
nos corps bronzés
ad                                              



récréation d'enfants
malgré le froid intense
un vieillard s'attarde
cl                                              



sculpter des tercets
se cacher ou se révéler
entre les ratures
ad                                              



flâner écouter
ce que fait et défait le temps
dans les yeux des autres
cl                                              



qui
de coltrane ou du grésil
accompagne l'autre
ad                                              



samedi soir
se laver se raser puis
rêvasser chez soi
cl                                              



le chant muet
de l'oiseau de verre
chevauchant la lune
ad                                              



partie de billard
impatient l'un veut jouer
l'autre veut parler
cl                                              



immobile
il n'y a plus d'abri
quand la porte s'ouvre
ad                                              



chambre
des mots s'ouvrent se ferment
quelque part l'espoir
cl                                              



la cinquantaine
encore plus de cheveux
que de bougies
ad                                              



pour son demi-siècle
seul chez lui avec ferré
et du vin
cl                                              



avec l'éternité
entre chaque cigarette
non allumée
ad                                              



en manque
en angoisse autour des mots
au soleil de mars
cl                                              



mercredi
maintenant c'est le soir
viendra la nuit
ad                                              



lueurs de l'aube
je pense à mon ami peintre
là-bas   loin
cl                                              



de vive voix
lui et lui et moi allons parler
de notre livre
ad                                              



par la poésie
mon quotidien chez lui
le sien chez moi
cl                                              



samedi saint
les journaux en désordre
sur le lit
ad                                              



lire dans un bistrot
du temps autour et devant
lundi de pâques
cl                                              



côte d'abraham
je reprend mon souffle
sous mon parapluie
ad                                              



dans une tour de verre
des gens confrontent des idées
au loin calmement le fleuve va
cl                                              



contre le soleil
s'est fait le voyage
du retour
ad                                              



en rêve
je cassais toutes les vitres
d'une maison abandonnée
cl                                              



une rue
une ville étrange
que je devrais connaître
ad                                              



quelqu'un s'arrête
écrit des mots dans un carnet
puis repart dans le printemps
cl                                              



après-midi
de crocus
et de pissenlits
ad                                              



chez le médecin
la plante de son bureau
fane doucement
cl                                              



ce regard
sur la goutte d'eau tombée
à côté du pot
ad                                              



d'un bac à déchets
un clochard sort en sifflant
le jour se lève
cl                                              



une jeune femme
passe à cloche-pied
sur la marelle
ad                                              



chicane d'oiseaux
dans le jardin zen
bouddha impassible
cl                                              



le balcon ombragé
où rester assis
à bavarder
ad                                              



dans la chaleur de mai
clapotis du bassin d'eau
je voyage
cl                                              



quand je dérive
c'est vers les années soixante
vers françoise
ad                                              



bleu matin printanier
un énorme chien promène
la fierté d'une fillette
cl                                              



chassé-croisé
des conversations des filles
autour du père
ad                                              



devant le bistrot
un vieux chien au regard triste
attend sous la pluie
cl                                              



le pas indifférent
d'un ample imperméable
avec baladeur
ad                                              



le temps d'un café
que serait ma vie avec
cette jolie serveuse
cl                                              



sans dérision
le journal jaunit
en marge
ad                                              



les journaux fabulent
un autre millénaire
j'agrandis mon jardin
cl                                              



son ventre grossit
son ombre ne le sait pas
encore
ad                                              



là-bas la guerre
des hommes aux ventres de bouddha
ici refont le monde
cl                                              



voyage de nuit
puis un matin sans réveil
qui n'en finit pas
ad                                              



tout autour l'aube
j'ouvre un livre de poésie
dans le parc désert
cl                                              



entre la page
et le paysage
l'image se cherche
ad                                              



au bar deux amis
regards ailleurs échangent
des banalités
cl                                              



j'avais oublié
cette photo de famille
retrouvée hier
ad                                              



pourquoi cette nuit chercher
la notice nécrologique
de mes parents
cl                                              



et les murs
que le temps travaille
et nos os
ad                                              



face au cimetière
une maison de retraités
en rénovation
cl                                              



j'ai écouté
battre le coeur
de mon fils
ad                                              



à pas lents je vais
le commencement du monde
bientôt quelque part
cl                                              



une chambre vide
canard et poisson jaunes
nos rêves veillent
ad                                              



aurore
sur le quai plusieurs pêcheurs
tous silencieux
cl                                              



deux autres dents
qui ne me viennent pas
de ma mère
ad                                              



flâner dans l'été
la fragilité de tout
sous la peau
cl                                              




.
Gernot NEBEL est né en Autriche en 1936 et arrivé au Canada en 1956. Après des études post-secondaires à Vienne, il a obtenu une maîtrise de l'Université de Montréal. De 1974 à 1994, il a enseigné au Collège F.-X. Garneau, à Québec. Depuis, il se consacre entièrement à la peinture. Plusieurs voyages en Amérique latine et au Maroc, des voyages fréquents dans les pays européens et des séjours réguliers de travail en France ont marqué sa recherche en art visuel. Il est membre de VIDERE (Association d'artistes professionnels en arts visuels de Québec) et de RAAV (Regroupement des artistes en arts visuels du Québec). Depuis 1991, il a participé à des expositions solo (Québec, Allemagne, France et Maroc) et collectives (Québec et Mexique). Parmi d'autres réalisations dans le domaine du livre, il a illustré le recueil de poèmes Errances de Carol LeBel (Éditons Le Loup de Gouttière, 1994).


          QUELQUES RÉFLEXIONS SUR SON TRAVAIL

«Essentiellement, il s'agit d'un travail d'exploration et de recherche.
L'exploration se situe avant tout sur le plan de l'événement artistique et la recherche se concrétise dans le domaine technique.
Dans les deux cas toutefois, on doit parler plutôt d'une attitude et d'un comportement de disponibilité que d'une action qui se fixe un but et prend les moyens pour l'atteindre.
D'abord sur le plan technique, mon approche se traduit par l'interaction des média. Les encres, l'acrylique, même l'aquarelle et le fusain trouvent leur application au moment exigé. Là, les variations et les combinaisons sont illimitées car chaque médium, par ses particularités, contribue à la forme et au fond de l'image.
Les pigments de terre, particulièrement ceux de la Haute-Provence (Roussillon), ont ouvert des chemins riches en textures, Leur opacité favorise la technique de "grattage" et de "décapage" et permet ainsi la mise en lumière des couches antérieures.
L'événement artistique, qui est véritablement la raison d'être de l'exploration, peut se comparer au comportement du marcheur sur un terrain inconnu. Le chemin est à faire et, à la suite de la marche, la démarche se dessine.
En d'autres mots, en partant, il n'y a pas de but fixe. Il y a le désir de marcher avec l'espoir que les yeux soient ouverts. Bien sûr que notre vécu, notre histoire nous habitent et les comparaisons avec l'œuvre du passé nous guettent. Par contre, si l'état d'âme de l'enfance et la main de la maturité se manifestent, l'exploration et la réalisation de l'événement artistique sont possibles. Et alors, c'est ça le but: la visite au "non arpenté" et l'avènement du sentiment de la première fois.
Est-ce que cela veut dire qu'il n'y a pas de thème, pas de sujet? À priori non, à posteriori oui.
On peut constater qu'on ne peut explorer et visiter que son propre inconnu. Par conséquent, les thèmes et les sujets qui se révèlent, tout en étant variés, sont liés par une paternité définie. Ainsi, certains "sujets" comme la solitude, le désir de rencontre, les rythmes musicaux reviennent fréquemment.
La découverte a lieu quand une parcelle de soi-même se révèle, se dé-couvre.
Et c'est pour cela qu'on travaille.» (G.N.)


Gernot Nebel,
(résidence)
940, avenue Sir-Adolphe-Routhier,
Québec (Québec)
G1S 3P5
Canada
téléphone: (418) 681-3689
Gernot Nebel,
(atelier)
258, 2e rang,
St-Germain-de-Kamouraska (Québec)
G0L 3G0
Canada
téléphone: (418) 492-2950





.
Ce vers a été emprunté à Alphonse Piché,
décédé le 2 décembre 1998:

            Stigmates d'automne
            les feuilles mortes
            débris de soleil.


(Néant fraternel, Écrits des Forges/Koudhia, 1991)


retour à la page d'accueil
retour en haut de la page











.