.


La montagne bleue
(aquarelle de Hans-Günther Thoma)



Ce renku de 36 versets
a été composé en août et septembre 2005
par
Hélène Leclerc et Monika Thoma-Petit.







au-delà du fjord
au-delà champs et collines
la montagne bleue
                                    (M)




infinie la Voie lactée
au-dessus de l'estuaire
                                    (M)




flâner à l'ordi
soudain un ciel étoilé
écran de veille
                                    (H)




jour de pluie au centre-ville
un pigeon sous un arbuste
                                    (H)




premiers frimas
sur l'herbe du matin
la lune s'attarde
                                    (M)




cueillir les dernières tomates
pour un peu de ketchup vert
                                    (M)




ouvrir un livre
une feuille d'automne tombe
sur le plancher
                                    (H)




de nouveau seule chez moi
sa présence dans un poème
                                    (H)




jaloux il pose
sa patte sur ma page blanche
un haïku de chat
                                    (M)




prudemment il sort ses griffes
pour quêter une caresse
                                    (M)




murmurer
en visitant une église
odeur d'encens
                                    (H)




un arbre dans un grand vent
silence derrière la fenêtre
                                    (H)




patiner
sur le canal Rideau
au clair de lune
                                    (M)




une pincée de cardamome
pour les biscuits de Noël
                                    (M)




en revoyant
une vieille boîte en métal
mon enfance
                                    (H)




une corde à danser noircie
accrochée dans le grenier
                                    (H)




dans le pré fleuri
des milliers de sauterelles
à chacun de mes pas
                                    (M)




avant d'enfiler les shorts
se faire les jambes
                                    (M)




au fond de la classe
vingt-et-une cabanes à sucre
aux crayons de cire
                                    (H)




reflet rose sur l'immeuble
se retourner pour voir
                                    (H)




sans le moindre bruit
les moutons se promènent
sous mon lit
                                    (M)




pire qu'un loup l'aspirateur
les dévore un par un
                                    (M)




appel au secours
l'ouragan Katrina
balaie l'Amérique
                                    (H)




des maisons comme des îles
un homme pleure sur un toit
                                    (H)




près du pont couvert
quelques framboises tardives
et des moustiques
                                    (M)




photo vieille de trente-quatre ans
et nous deux si jeunes
                                    (M)




le temps passe
toujours sans nouvelle de lui
écrire une lettre
                                    (H)




affaissée près de la route
une grange abandonnée
                                    (H)




en rentrant le bois
saluer la lune d'automne
qui se lève à l'est
                                    (M)




déjà parties vers le sud
les outardes de la baie
                                    (M)




Fête du travail
le soleil s'arrête un peu
sur le divan
                                    (H)




dans mon tablier d'usine
moi mes souliers de Félix
                                    (H)




pieds nus dans l'aube
la rosée entre les orteils
flairer le temps
                                    (M)




nez de griottes et champignons
rond en bouche, robe écarlate
                                    (M)




toutes parfaites
les fleurs de cerisier
The last samourai
                                    (H)




des rayons chauds transpercent
ce qui reste d'un banc de neige
                                    (H)





          HÉLÈNE LECLERC
Née à Valleyfield en 1972, Hélène Leclerc a grandi à Saint-Hyacinthe et habite aujourd'hui à Drummondville. Après avoir fait des études collégiales en langues et en arts plastiques, elle a étudié en arts visuels à l'Université Laval. Elle s'intéresse à l'écriture poétique depuis une dizaine d'années. Elle confectionne elle-même la reliure de son petit recueil de pensées poétiques Fenêtre sur l'intérieur (2005). Elle a participé au renku collectif Le Marronnier (2005). On retrouve de ses haïkus dans la revue Arcade (no 64, automne 2005).


          MONIKA THOMA-PETIT
Monika Thoma-Petit est née en 1948 en Allemagne. Elle y a complété une maîtrise en lettres allemandes et en théologie. Depuis plus de trente ans, elle vit à Montréal où elle enseigne, donne des ateliers de formation pédagogique, rédige du matériel didactique, fait des traductions et collabore régulièrement à la revue Présence Magazine. Elle écrit pour le plaisir, est membre de l'Association Française du Haïku et a collaboré au recueil Dire la flore (Éditions David, 2004). Dernièrement, elle a participé à l'écriture du renku Le Marronnier sous la direction de Micheline Beaudry.


          HANS-GÜNTHER THOMA
Hans-Günther Thoma est né en 1922 à Cologne et vit à Neuss sur le Rhin (Allemagne). Ses intérêts et son talent pour le dessin, la photographie et l'aquarelle se manifestent dès l'école, et il les développe en autodidacte tout en gagnant sa vie comme retoucheur en héliogravure. Depuis sa retraite, il se consacre davantage à l'aquarelle et, suite à un apprentissage auprès de l'aquarelliste rhénan Walter Urbach, il expose à Neuss et à Düsseldorf. Au cours de quelques voyages au Québec, il a peint des paysages de Charlevoix, du Saguenay, des Cantons de l'Est et des environs de Montréal.




retour à la page d'accueil
retour en haut de la page



.