.

L'OMBRE DES PLATANES



(anna)


Ce renku a été composé par
anna,   Philippe QUINTA   et   Monika THOMA-PETIT
(composé entre le 16 septembre et le 3 novembre 2007)








l'ombre des platanes
sur la route
gris sur gris
                              (a)





une grande feuille jaune
elle s'en sert comme éventail
                              (phil)





bourrasques d'automne
un homme retient de sa main
sa calotte
                              (m)





par la fenêtre de la chambre
les tuiles canal à l'infini
                              (a)





nuit d'été -
y aurait-il un trou
dans la moustiquaire
                              (phil)





sur la table du jardin
les errances d'une araignée
                              (m)





la ville expire
dans son souffle
tant de poison
                              (a)





vingt -trois ans après, le mel
de sa première compagne
                              (phil)





point final
elle met un terme à son blogue
pour tourner la page
                              (m)





l'amour dans mon ventre
est mort un certain mercredi
                              (a)





lui dire merci -
tous ces japanese death poems
qu'il nous traduit
                              (phil)





silence de midi - soudain
le tintement de l'angélus
                              (m)





les glaçons à la fenêtre
pendent à sa rondeur
la lune muette
                              (a)





sur la plaque de verglas
l'enfant lance son cartable
                              (phil)





elle attire les foules
échouée à Contrecoeur
la baleine
                              (m)





entre pas et pavés
le message secret s'envole
                              (a)





un vent fenouillé
nous mène par le bout du nez -
Chemin de Saint-Jacques
                              (phil)





équinoxe de printemps
les roselins chantent à tue-tête
                              (m)





de retour
leur long voyage
juste pour une nichée
                              (a)





entre deux sardines grillées
son regard humide s'envole
                              (phil)





24 heures plus tard
toujours dans la cuisine
l'odeur de poisson
                              (m)





presque dans les nuages
mon logement sous les toits
                              (a)





pluie d'orage -
même pas de quoi
laver la terrasse
                              (phil)





dans la fissure de l'asphalte
la noyade d'un scarabée
                              (m)





les réverbères tristes
leurs pénombres
éclairent la brume
                              (a)





sur sa paupière fermée
un nouveau grain de beauté
                              (phil)





après tant d'années
savoir ce que l'autre pense
sans même se parler
                              (m)





les feuillets s'accumulent
sans peintures sans écrits
                              (a)





lune d'automne -
seul l'agenda me dit
qu'elle est pleine
                              (phil)





matin glauque sous l'averse
champignons en ronds de sorcière
                              (m)





sous la mousse brune
le flop
de l'avant dernière saison
                              (a)





la queue folle du chiot
brise le gros pot de miel
                              (phil)





après le bain
un parfum d'amandes douces
sur sa peau
                              (m)





le jasmin dans toute la cour
le jardinier change de caprice
                              (a)





sa robe légère -
je lui indique un parterre
de pensées sauvages
                              (phil)





klaxons et décapotables
bondés, les cafés terrasses
                              (m)











anna ... Jeter un coup d'oeil sur Haïku Nomade.


Monika THOMA-PETIT est née en Allemagne et vit aujourd'hui à Montréal où elle enseigne et travaille comme consultante en éducation et comme traductrice. Membre du Groupe Haïku Montréal, de l'Association Française du Haïku et de Tanka Canada, elle publie haïkus et tankas dans différentes revues. En 2005, elle a remporté le prix "Vent" du concours Marco Polo, et en 2006 le prix "Originalité" du même concours. Avec Hélène Leclerc, elle a écrit un cycle de quatre renkus dont les deux premiers sont parus sur le site Haïku sans frontières. On peut la lire sur son blogue à l'adresse www.xanga.com/mohe.


Philippe Quinta est né à Perpignan à la fin de l'année soixante. Il a embrassé la profession d'instituteur, la poésie et sa première femme aux alentours de vingt ans. Il a redécouvert le haïku depuis 2001, et n'écrit plus que cela. Il a publié quelques livres chez divers éditeurs, le plus récent étant haïchats (La Renarde Rouge, 2006). Il a quelques projets d'édition (tankas, haïkus, encres, etc.) et des projets de bonheur avec ses quatre enfants et la femme qu'il aime. Le reste du temps, il jardine, s'intéresse aux oiseaux, à la faune marine, à son chien Tanka, et il tente bon an mal an de se préparer à la mort. Le haïku et sa foi en Christ l'y aident vigoureusement. Voir son blogue La lune et le cyprès.







retour à la page d'accueil
retour en haut de la page



.