.

T A N K A S


de Jean-Michel MAYOT



«Il me semble que je traverse une solitude sans fin pour aller je ne sais où... C'est moi qui suis tout à la fois le désert, le voyageur et le chameau.» ( Flaubert )





TANKA DU CIMETIÈRE
Tant de papillons
Au crépuscule volettent
Par-dessus les tombes
De leur douce trompe agacent
La nuque des pieuses nonnes



TANKA DE LA NUIT D'HIVER
Veillée en hiver
Le feu à l'âtre s'épuise
En ombres chinoises
Sous son abat-jour en fer
La lampe s'épanche en flaque



TANKA DE L'AMOUR
Crocus dans la neige
Vous m'arrosiez de lumière
Comme un vol d'oiseaux
La peur doucement fuyait
Tout en moi devenait ailes



TANKA DE LA FLEUR DU JASMIN
La première fois
Je l'ai vue au cinéma
La fleur du jasmin
Et les doigts qui se tendaient
Vers elle n'ont pu l'atteindre



TANKA DE L'ABSENCE
Au fond du café
Au bord d'une table sale
Une tasse fume
On en voit luire l'émail
Tout auprès du chat qui dort



TANKA DU TEMPS
Le sable écrasé
Sous la patte du chameau
Mesure le temps
Ainsi le flocon de neige
Les mains rouges dans les grottes



TANKA DU DEVOIR
Culotte bouffante
Gilet de crépon orange
Ainsi je parus
Frêle enfant sur un théâtre
Pris au cou à la lumière



TANKA DU VOILE
Quel ange se tait
Qui m'empêche de parler
Quel autre moi-même
Comme la nuit qui s'étend
Le vent sifflant sous les portes



TANKA DE LA LUNE TRISTE
Un air de tristesse
Est monté avec la nuit
Au coeur de la lune
Ils ne l'aiment pas ainsi
Les enfants de kibungo



TANKA DU SAMOURAÏ
Il fut une fois
Un samouraï vertueux
Amoureux du ciel
Du pur jade de son sabre
Pensa-t-il troubler la lune?



TANKA DE LA TERRE QUI TREMBLE
Sans nous prévenir
Sans un signe dans le ciel
La terre se fend
Le temps roule avec l'espace
Nous chasse de toute place



TANKA DU SECRET
Les bulles de pluie
Ne ressemblent pas aux larmes
Ni au ciel tes yeux
De l'oie sauvage qui crie
Rien n'allège le secret



TANKA DU LÉZARD
Je t'ai vu lézard
Vert courant dans l'herbe verte
Moi qui touche au ciel
Je n'ai pu saisir ton oeil
La tendresse de ton coeur



TANKA DU CARAVAGE
Cerises pendant
Après ses oreilles roses
Qui court dans les herbes?
Quel rêve de Caravage?
Quel faune qu'on dirait ange?



TANKA DE JUILLET
La chaleur s'étend
De tout son poids sur les roses
Leur chair alanguie
Juillet aux dents de métal
Y picore et les abeilles



TANKA DE L'INDIFFÉRENCE
Papillon de nuit
Il ne me rend pas visite
Il se jette aux lampes
Il ne semble pas t'entendre
Quand tu refermes la porte



TANKA DES ENFANTS
Les mouches parties
Voici les premières brumes
Le temps du silence
Mais les enfants dans les rues
Ils tournent avec le vent



TANKA DE L'AMOUR DÉFUNT
Je fus papillon
Je luisais parmi les pierres
J'étais amoureux
D'une fille et son cerceau
Un tableau de Chirico



TANKA DE SISYPHE
Ni ne pas savoir
Être mouche ou le silence
Ni la peur épaisse
Rien ne se dissout en nous
Pris aux lourds caillots des mots



TANKA POUR GUILLEVIC
J'ai vu Guillevic
Vieux déjà et décoré
Un jour gris de vent
Il nous chantait ses poèmes
Comme des pas dans la neige



TANKA POUR TES CHEVEUX
Des fils de lumière
Gluante encollent mes mains
Douceur et sourire
Je me pends à tes cheveux
Je n'atteins pas à l'aurore



TANKA POUR PRENDRE
Le ciel près de moi
Comme un animal c'est toi
Sans la mer ni rien
Ce que l'on ne peut pas prendre
Le vent alentour la neige



TANKA EN POUSSIÈRE
Sous le vent les feuilles
Dans les restes du soleil
D'automne chatoient
Par-ci par-là elles tombent
Et tournent dans la poussière



TANKA POUR L'AMOUR
Déjà l'hirondelle
Abandonne notre toit
Où elle a sa place
L'automne agite son cur
Mon amour et nous restons



TANKA DE L'OISEAU
Au miroir des yeux
Ni aux lacets du savoir
Ne se prend l'oiseau
Il chante ce qui s'échappe
Loin de nous comme est le ciel



TANKA DE LA FLAMME
La flamme qui lutte
Avec le bois vert se tord
Et s'efforce et peine
Mais l'âcre fumée l'enlace
Et de tout son poids l'affaisse



TANKA DU TRICOT
Tu détords la laine
Bleue et croise les aiguilles
Tu n'y penses pas
Yeux mi-clos tu vagabondes
Tu t'envoles sur la mer



TANKA DE L'ADIEU
Le sperme qui pleut
Arrose les vertes feuilles
Le dos des fourmis
Adieu mes amis dis-tu
Adieu nos millions d'enfants!



TANKA DE LA NOSTALGIE
L'été en allé
Demeurent les fruits du houx
Des glands sur les feuilles
Quelques mots dans un poème
La mémoire des oiseaux



TANKA DE L'OMBRE
Quand s'en vient la nuit
Les miroirs ne meurent pas
Ils portent nos ombres
Vers le pays de là-bas
Où s'endort au loin la mer



TANKA DES CANARDS
Canards sur la mare
Ils vont à la queue leu leu
Sous la pluie d'automne
De temps en temps ils cancanent
Quels coups portés au silence!



TANKA DU DÉLIRE
Ce sont les nuages
Et pas la lune qui glisse
Mais c'est toi qui ris
À la ronde des enfants
Quand le délire les prend



TANKA DU COQ AU CLOCHER
Voué aux clochers
Français le coq tangue au vent
Qui donc s'en soucie?
Des corneilles en habit
Ou des mouettes rieuses?



TANKA DU HASARD
Sur la page blanche
Nul poème n'est écrit
Elle traîne sans rien
Quand une araignée s'y pose
Tel un moineau sur la neige



TANKA DU MORT
Statue étendue
Ce mort que l'on a aimé
Rien ne la distrait
Ni la pluie à la fenêtre
Ni les pas du chat ni rien



TANKA DE L'ÉTANG
Sur le bol de terre
Du bord ébréché du bol
Une mouche penche
Vers ce qu'il reste de thé
Quel étang riche en reflets!



TANKA DU SILENCE
Le silence passe
Avec les nuages blancs
Là tout près de moi
Il rampe partout m'entoure
Se dissout dans la lumière



TANKA DE L'HIVER
Peupliers d'hiver
Vous êtes tout déplumés
Mais vous êtes là
Vos racines vous soutiennent
Dans la mémoire des feuilles



TANKA DU SPLEEN
Baudelaire semble
Mis en photo par Nadar
Sorti d'un naufrage
Ses yeux ne semblent plus voir
Exilés dans quelque effroi



TANKA DU SEIN
Fruit du chemisier
Le jeune sein à peau fine
Doucement frémit
Quand la main veut le cueillir
Comme un fruit parmi des branches



TANKA DE LA POÉSIE
Là où elle sourd
Parmi le cristal des arbres
L'ombre des mots roule
Soulève comme une neige
Des râles des chuchotis



TANKA DU JEUNE SEIN
Fruit du chemisier
Le jeune sein à peau fine
Doucement frémit
Comme un fruit parmi des branches
Quand la main vient le cueillir



TANKA DU CRÉPUSCULE
Comme en des draps roses
Le soleil adouci choit
Dans les plis du ciel
Quelques rares vols d'oiseaux
Y dessinent leurs secrets



TANKA DE LA POÉSIE
Là où elle sourd
Parmi le cristal des arbres
L'ombre des mots roule
Soulève comme une neige
Des râles des chuchotis



TANKA DE LA DORMEUSE
Près de moi tu dors
Comme la terre en hiver
Captive de l'ombre absente
Nulle lune ne t'éveille
Loin tu vogues loin de tout



TANKA DU DÉSIR
Quand te reverrai-je
Libellule sur la mare
Demoiselle ailée?
La neige brûle mes yeux
Et les corbeaux noirs croassent!



TANKA DU SOMMEIL
Le sommeil la mer
Se confondent sans la lune
Mon âme s'y perd
Enfoui sous les draps blancs
Leurs longues vagues m'emmènent



TANKA DE LA PRISE DE SANG
Bien qu'il soit à moi
Je ne l'ai pas reconnu
Mon sang dans le tube
Je me vis comme un pommier
Toutes ses pommes à terre



retour à la page d'accueil
retour en haut de la page



.