Lettres d’internautes
Lettre de Bart Gauvin

Original anglais Traduction française
Date: Fri, 6 Feb 1998 08:19:29 -0600
From: "Bart Gauvin" <Gauvinb@Autobahn.mb.ca>
Subject: English readers
Date: Vendredi, 6 février 1998 08:19:29 -0600
De: "Bart Gauvin" <Gauvinb@Autobahn.mb.ca>
Suject: Lecteurs anglophones
I would like to let you know that I was dissapointed with your site as there was not any options for English. I know that Jacques Cartier is French but I was interested in his history, and thought that I would educate myself in this area. I thought that you would be interested in sharing your History with the rest of the world. J’aimerais te faire savoir ma déception de constater que ton site n’offre aucune version anglaise. Je sais que Jacques Cartier est Français, mais j’étais intéressé à connaître ce que l’Histoire disait sur lui et espérais me renseigner sur le sujet. Je me disais que tu serais peut-être intéressé à partager ton Histoire avec le reste du monde.
Bart Gauvin Bart Gauvin


Original anglais Traduction française
Dear Mr. Gauvin, Cher M. Gauvin,
Thank you for taking the time to write me a note. I am also disappointed that you have no knowledge of French. French was once the world’s most important languages (think of the countless words of French origin in English, like « science, table, plant ») and our language is still spoken by approximately 70 million people as their mother tongue and understood my many million more. Merci de prendre le temps de m’écrire une missive. Je suis moi aussi déçu de constater que vous n’avez aucune connaissance de la langue française. Le français fut déjà l’une des langues les plus importantes du monde (pensez seulement aux innombrables mots anglais d’origine française, comme « science, table, plant ») et notre langue est toujours parlée par près de 70 millions de gens comme langue maternelle et comprise par plusieurs millions d’autres gens.
What’s even worse is that you write me from Manitoba, Canada, a country that is allegedly bilingual. As a Francophone I speak English. Why don’t you speak French ? Where is Canada’s bilingualism ? It’s a shame. What’s more, your name is Gauvin, a typically French name (I mean many people in France are named Gauvin). Manitoba was once half English, half French, but because of Sir Wilfrid Laurier’s lousy policy, he accepted to abolish the French language in Manitoba when the province was created. Have you ever heard of a young exquisite man named Louis Riel ? Mais ce qui est pire c’est que vous m’écriviez depuis le Manitoba, au Canada, un pays qui est soi-disant bilingue. Comme francophone, je parle anglais. Pourquoi ne parlez-vous pas français ? Où est le bilinguisme canadien ? C’est honteux. Qui plus est, votre nom, Gauvin, est typiquement français (j’entends : de nombreux Français s’appellent Gauvin). Le Manitoba fut déjà moitié anglophone, moitié francophone, mais à cause des politiques exécrables de Sir Wilfrid Laurier, la langue française fut abolie du Manitoba lors de sa fondation. Avez-vous déjà entendu parler d’un jeune homme exquis du nom de Louis Riel ?
You imply that I don’t want to be understood. That is not true (a hundred million people understand French). French is a very accessible language and my site should be an incentive to make you feel like learning the language of one of the greatest cultures of the world. I myself take pride in the fact that I know French, English, Spanish and German very well (almost like native languages) and can understand Portuguese and Italian fairly well (I don’t make many mistakes when I write in these languages) ; plus I can understand Latin, Russian and Czech with a dictionary. If I can do it, so can you ! Vous laissez entendre que je ne veux pas être compris. Cela est inexact (quelque cent mille personne comprennent le français). La langue française est très accessible, et mon site devrait vous inciter à apprendre la langue d’une des plus grandes cultures du monde. Moi même je m’enorgueillis de parler français, anglais, espagnol et allemand très bien (presque comme des langues maternelles) et je peux comprendre le portugais et l’italien assez bien (je ne fais pas beaucoup de fautes quand j’écris ces langues) ; de plus, je comprends le latin, le russe et le tchèque avec un dictionnaire. Si je puis le faire, vous aussi vous le pouvez !
But the most important reason why my site is in French is that most visitors come from Québec and Europe. Mais la raison la plus significative pour laquelle mon site est en français c’est que la plupart des visiteurs viennent du Québec et de l’Europe.
Furthermore, I can’t imagine myself translating my web site. It would take me ages, for if you printed all the pages, you would get approximately 200 pages in print. I will therefore not translate the equivalence of a book for a few Internet users. Especially not for someone whose French should be decent, to say the least ! En outre, je ne peux m’imaginer traduire moi-même mon site inforoutier. Je mettrais un temps fou à y arriver, car si vous imprimiez toutes les pages de mon site, vous obtiendriez approximativement 200 pages imprimées. Voilà pourquoi je ne traduirai pas l’équivalent d’un livre pour une poignée d’internautes. Certainement pas pour quelqu’un dont le français devrait être à tout le moins respectable !
I recommend that you either learn French or write me a question in English which I could then answer to the best of my knowledge. It happened once with an American user and she was pleased to get an answer. Je vous recommande donc que vous appreniez le français ou que vous me rédigiez une question en anglais à laquelle je pourrais répondre au meilleur de ma connaissance. C’est ce qu’une Américaine a déjà fait et s’est réjouie de la réponse.
Thank you for writing anyway. And the best of luck in your future French classes. Merci de m’écrire quand même. Je vous souhaite la meilleure des chances dans vos futurs cours de français.
P.S. « dissapointed » is spelled « disappointed ». P.S. « dissapointed » s’écrit « disappointed ».
Claude Routhier, Montréal. Claude Routhier, Montréal


Réaction de Jean-Luc Gouin :

Bonjour Claude,

J’admire votre patience lorsque vous prenez la peine de répondre à des commentaires de ce genre. Repartie intelligente de surcroît.

C’est invraisemblable de constater combien les anglophones, une massive proportion de ceux-ci en tous les cas, estiment que toute information devrait être accessible sur-le-champ dans leur langue. Comme si… toute autre langue était un idiome dialectal, voire d’une autre planète. Comme si… une documentation autre qu’anglaise était pratiquement une insulte à l’intelligence de l’humanité. Comme si… un chien était outré qu’il puisse y avoir des chats, des papillons et des hommes dans « sa » propre maison : la Terre…

Pareille condescendance face au « Non-moi » me renverse littéralement. À chaque fois ! C’est parfois de l’arrogance, quoiqu’il s’agisse le plus souvent d’un illettrisme de l’esprit . « To say the least… »

La grande faille des « forts » (ici, en l’occurrence, au sens économique et linguistique du terme), comme l’avait si bien vu Hegel, c’est qu’ils sont aveugles à la puissance de renversement que constitue « l’inférieur », lequel grandit et se renforce précisément dans ce climat d’adversité. Alors que ces premiers s’amollissent en déliquescence. Irréversiblement.

La puissance absolue est un traître implacable. Le premier symptôme en est l’ignorance de ce qui ne relève pas de mes intérêts propres et immédiats.

Jean-Luc Gouin
Lac-Beauport (Qc)
8 février 1998


ChronologieSourcesCourrierIndexIndexIndex Géo

Dernière mise à jour : 29 décembre 1999, 19h58