Fusillade à l’Assemblée nationale

e Caporal Denis Lortie quitte la base militaire de Carp (près d’Ottawa) pour, prétend-il, régler un problème de divorce. Il fait irruption le Mardi 8 mai 1984 au parlement de Québec vers 9 h 45, ouvre le feu sur la réceptionniste, rencontre sur son passage un messager qu’il tue d’une autre rafale, aboutit dans un fumoir où il ouvre encore le feu sur des gens venus assister à une commission parlementaire, en cherchant le Salon bleu il entre dans la cafétéria mais rebrousse chemin quand il s’aperçoit de son erreur; enfin il se dirige vers le Salon bleu de l’Assemblée nationale.

Dans le Salon bleu, il tire de toutes parts, les quelques employés présents dans la salle se jettent par terre. Bientôt arrive le sergent d’armes et directeur de la sécurité à l’Assemblée nationale, René Jalbert, qui lui parle, le calme et finit par le convaincre de laisser partir les gens dans le Salon bleu. Il établit un lien de confiance assez grand pour que Denis Lortie accepte de l’accompagner jusqu’à son bureau. En quelques heures, soit vers 14 h 22, Denis Lortie se rend pacifiquement à la police.

Le Lundi 11 mai 1987, après deux longs procès, il sera reconnu coupable de meurtre au deuxième degré. Il est condamné à la prison à perpétuité ; il sera libéré sous condition en décembre 1995.

Bilan de la tragédie :

Pour son acte héroïque, René Jalbert reçoit :


ChronologieSourcesCourrierIndexIndexIndex Géo

Dernière mise à jour : 29 décembre 1999, 23h20