Soulèvement de Pontiac

es sauvages de la province avait fait leur soumission aussitôt après la conquête ; ceux des grands Lacs et des territoires de l’Ohio, plus nombreux et mieux organisés et aussi plus jaloux de leur liberté, décidèrent de faire échec à la domination anglaise. Pontiac, de la famille des Outaouais, et dont les talents de meneur d’hommes atteignaient presque au génie, profita de l’état d’esprit de ses congénères pour tenter un soulèvement général. Il prit l’initiative d’un mouvement, dont le but était de rejeter les Anglais à l’est des Alléghanys et d’assurer aux siens, par une confédération de toutes les tribus sauvages, la libre et entière possession des territoires des grands Lacs. Le projet ne manquait pas de grandeur et sa réalisation pouvait avoir de graves conséquences pour l’avenir de l’Angleterre sur ce continent.

Au mois de mai 1763 Pontiac, à la tête de milliers de sauvages, ouvrit les hostilités et s’empara assez facilement de tous les forts depuis Michillimakinac jusqu’à Pittsburg. Ils massacrèrent ou amenèrent en captivité les garnisons et les réfugiés vaincus. Ils échouèrent cependant devant le fort de Détroit, défendu par [le général Henry] Gladwin à la tête de quelques soldats et de centaines de Canadiens réunis dans le fort. Les sauvages assiégèrent ensuite le fort Pitt. Le colonel [Henry] Bouquet, chargé de la conduite générale de la guerre, accourut pour dégager la place. L’ennemi vint à sa rencontre à Bushy Run et subit la plus sanglante défaite de toute la campagne. L’année suivante, Bouquet prit à son tour l’offensive et porta la guerre en territoire indien, d’où il ramena un grand nombre de prisonniers. Pontiac n’ayant pu soutenir ses premiers succès, les diverses tribus firent leur paix les unes après les autres, et, en 1766, tous les sauvages d’Amérique avaient enterré la hache de guerre. Cette guerre fut marquée de part et d’autre par de grandes cruautés : Bouquet offrit une prime pour chaque chevelure apportée au camp, et le défenseur du fort Pitt, Ecuyer, suggéra de « couper par morceaux les femmes et les enfants des guerriers qui attaqueraient le fort ».



ChronologieSourcesCourrierIndexIndexIndex Géo

Dernière mise à jour : 30 décembre 1999, 0h17