Le Devoir



La télévision fait une entrée sportive à Montréal

a télévision a fait une entrée sportive hier soir à Montréal. Son premier spectacle — la deuxième joute qui était disputés entre les Cubs de Springfield et les Royaux de Montréal.

Depuis plusieurs jours, les journaux annonçaient ce début de la télévision et les Montréalais, en bons saints Thomas, ne semblaient pas vouloir y croire. Hier soir, ils ont vu… et cru.

La joute avait été annoncée pour 8 h 30 environ. Pourtant, dès 7 h 30, les curieux ont commencé de se grouper autour des vitrines des magasins où les récepteurs de TV étaient en montre et diffusaient en ce moment la « mire de réglage » que Radio-Canada télévise depuis quelques semaines.

Un peu après huit heures, les écrans ont transporté cet auditoire au stade et l’ont gardé jusqu’à la fin de la partie. Il n’y eut qu’une interruption, attribuable à ce qu’on dit à une panne de l’émetteur du Mont-Royal.

De l’avis de plusieurs qui ont déjà suivi la télévision aux États-Unis et même en Europe, les images étaient de qualité professionnelle. Pour téléviser le base-ball, Radio-Canada avait installé son car de reportage rue de Lorimier. Ce car alimentait trois caméras juchées sur le toit du Stade, des deux côtés de la tribune des journalistes. De là, l’image se rendait par micro-ondes à l’édifice Radio-Canada et enfin à l’antenne de la montagne.

Cette joute marque le début des émissions dites « expérimentales » de Radio-Canada. Ces essais se poursuivront désormais jusqu’au début du service régulier qu’on a fixé à la première quinzaine de septembre.

La journée d’hier fait époque à plus d’un point de vue. C’était tout d’abord la première émission de télévision en direct jamais réalisée au Canada. Ensuite, c’était l’aboutissement de plusieurs années d’études et de recherches que Radio-Canada poursuit depuis la fin de la guerre.

Pour septembre, on nous promet des émissions régulières et variées d’une durée moyenne de trois heures par jour et dans une proportion de 2 pour 1 en faveur du français.

À l’issue du spectacle d’hier soir, le directeur de la télévision à Radio-Canada, M. Aurèle Séguin, fondateur de Radio-Collège, s’est dit satisfait de l’expérience et confiant dans l’avenir du service.


Premier horaire télé

TÉLÉVISION

Poste CBFT


(Canal 2) — Émissions d’essai,
Mardi, 5 août (1952) :
8.00–8.15 : « Trio des Petits ».
8.15–8.30 : « Interview Joe Louis »
(kinescope).
8.25–11.00 : Baseball (Stadium).

Mercredi, 6 août (1952) :
5.30–6.00 : Films : «Dadet Roussel-
le », « Le Constable », « Le grand
voyage d’André ».
8.00–8.30 : « Ma Mère L’Oye », Ra-
vel.
8.25–11.00 : Baseball (Stadium)

Voici la première gille-horaire de la Société Radio-Canada avant sa mise en ondes officielle. À partir du 5 août 1952, Le Devoir commence de publier l’horaire des « émissions d’essai ».

Il est à noter que la société portait le nom de CBFT pour Canadian Broadcasting French Television (c’est-à-dire : Télédiffusion française canadienne). Ce nom sera éventuellement francisé en Société Radio-Canada, puis en SRC pour redevenir la Société Radio-Canada en 1997 (la ministre Sheilla Copps préfère, en effet, que les Québécois prennent conscience que la SRC est la société de radio et de télédiffusion du Canada).

Photo de l’horaire (obtenu sur microfilm de mauvaise qualité) :


ChronologieSourcesCourrierIndexIndexIndex Géo

Dernière mise à jour : 30 décembre 1999, 11h00