Bienvenue à l'Astronomie visuelle
ou
Astronomie d'Observation
Basée principalement sur l'observation aux jumelles

par Alain Dussault
Ce site est référencé à   et aussi

Référencé sur le site Educasource du Ministère de l'Éducation Nationale,
de la Recherche et de la Technologie.

Ce site est maintenant inscrit à Webencyclo, l'encyclopédie en ligne des Éditions Atlas

Introduction et Constellations circompolaires.
Cherche-étoiles et Recherche par Saut d'étoiles.
Coordonnées célestes, Temps Universel, Magnitude des étoiles.
Constellations d'Automne et d'Hiver.
Outils pour l'observation (Jumelles, Télescopes)
Comment choisir des jumelles.
Références pour l'observation (Cartes, Logiciels, Internet)
Lune, Soleil et Constellations du Printemps et d'Été.
Planètes (Jupiter, Mars, Vénus, Saturne et Mercure).
Objets célestes ou Ciel profond. Définition des différents objets.
Ce que l'on peut observer aux jumelles.
Couleurs des Étoiles et Étoiles variables.
Comètes, Nuage d'Oort. Éclipses
Météorites ou Étoiles filantes et Astéroïdes.

Autre site intéressant pour astronomie aux jumelles


Ces pages sont une adaptation à l'Internet, d'une serie de 10 cours que j'ai donné dans ma région.  À l'exception du chapitre sur le Cherche-Étoiles, vous ne trouverez pas d'images ou de photos ici.  En lieu et place, je vous suggère beaucoup de liens qui sont pertinents au sujet traité, où vous en trouverez.   Si vous ne connaissez rien en astronomie et aimeriez avoir une idée de ce loisir, suivez-moi et lisez chaque chapitre.


INTRODUCTION


L'astronomie est un passe-temps scientifique. Comme tout hobby technique, l'astronomie a son propre vocabulaire et ses définitions. Nous aborderons certain de ces termes au cours de chaque chapitre.

Comme tout passe-temps, il faut vous équiper d'un minimum d'outils pour pouvoir bien en profiter. Ces outils sont:

1- Le Cherche-étoiles. Nous apprendrons à bien l'utiliser au prochain chapitre.
2- Des jumelles, si nous en avons. Nous les verrons au quatrième chapitre.
3- Si vous possédez un trépied pour la photographie, il sera très utile aussi pour
    l'observation aux jumelles.
4- Si on veut aller plus loin, un Atlas du ciel et un télescope.


On le pratique à l'extérieur, lorsque le ciel est dégagé, pour faire de l'observation visuelle, et à l'intérieur lorsque c'est nuageux. À l'extérieur, on se sert de ses yeux, de jumelles ou d'un télescope pour observer. À l'intérieur, on se documente ou on utilise un ordinateur avec des logiciels spécialisés ou encore on fait des recherches sur Internet.

Comme vous êtes sur l'Internet vous trouverez sur le Web plusieurs sites intéressants qui vous renseignerons sur les différents aspects de l'astronomie. D'ailleurs tout au long de cette Initiation à l'Astronomie visuelle ou Astronomie d'observation, je vais vous référer des sites appropriés aux sujets traités. Malheureusement la majorité des sites sont en anglais.

Pour commencer, voici quelques liens de base, sur l'histoire de l'astronomie:


http://www.astro.uni-bonn.de/~pbrosche/astoria.html

http://www.astro.uni-bonn.de/~pbrosche/hist_astr/ha_general.html

Un site en français maintenu par des astronomes amateurs du Québec:

http://www.quebectel.com/astroccd

Pour de l'information supplémentaire sur des articles sur l'astronomie d'amateur pour débutant, dont plusieurs seront traités ici, le site de la revue américaine Sky&Telescopes:

http://www.skypub.com/

Dans les chapitres suivants, d'autres sites vous serons donnés.

On peut faire beaucoup de choses pour apprendre l'astronomie, si on possède un ordinateur. Il existe plusieurs logiciels qui sont soit gratuit (Freeware), soit à prix abordable, comme les Partagiciels (Shareware). Nous y reviendrons au 5ième chapitre.

On va ensemble apprendre à lire le Ciel, en le regardant avec de nouveaux yeux, et aussi avec des jumelles. L'astronomie va vous demander, au début, de la patience et de la persévérance.

À vos premiers essais, dans l'observation visuelle, les premiers objets du ciel profond que je vais vous suggérer, ainsi que la façon de les localiser, vont vous paraître difficile au début, bien que ce seront des objets faciles à repérer. Bien entendu, la Lune est facile à voir et ne demandera pas beaucoup d'effort. Certaines planètes importantes, comme Jupiter, Mars, Vénus et Saturne, lorsqu'elles sont visibles, apparaissent à l'oeil nu comme des étoiles très brillantes, donc facilement repérable.

Comment distingue-t-on une planète, d'une étoile?


L'étoile scintille parce que la lumière qu'elle émet est affectée par les perturbations atmosphériques. La planète scintille moins parce qu'elle réfléchie la lumière du Soleil, dans un rayon de lumière plus épais et est donc moins affectée par les perturbations atmosphériques. Donc, en regardant ce que l'on croit être une étoile, durant un petit moment, si la lumière ne scintille pas ou très peu, c'est une planète. D'ailleurs, si on voit une étoile très brillante et que celle-ci apparaît bien avant les autres, c'est une planète. Si on observe une planète avec des jumelles, dans certain cas, comme Jupiter, on distingue très bien le disque. Une étoile même à très fort grossissement demeure toujours un point lumineux.

Pour bien profiter de ses soirées d'observations, et pour pouvoir distinguer à l'oeil nu plus d'étoiles ou d'objets, il faut choisir un site le plus noir possible, ou du moins un endroit où les lumières sont obstruées par un obstacle comme des arbres ou une maison.

En ce qui concerne la lumière de vos voisins, il vous faudra apprendre à vivre avec. Ou encore essayer de vous entendre avec eux pour qu'ils les éteignent les soirées propices à l'observation. Le meilleur moyen est de les inviter à partager avec vous vos expériences.

Bien que la pupille de l'oeil s'ouvre assez rapidement à la noirceur, la rétine de l'oeil va demander une adaptation qui va prendre de 20 à 40 minutes, pour que les produits chimiques qui la compose, s'acclimate à la noirceur. Si après l'adaptation requise, vous regardez un objet brillant, comme la Lune, la période d'adaptation de l'oeil va être à reprendre.

Il en est de même pour les jumelles ou le télescope. Ces instruments ont besoin aussi d'un temps d'acclimatation à la température extérieure. Ce temps est plus ou moins long, selon que le différentiel entre la température où est garder l'instrument et celle extérieure, est petit ou grand. En hiver, cela prend plus de temps qu'en été. Il est donc préférable de garder son instrument à l'extérieur, dans un cabanon par exemple, ou de le sortir au moins une heure à l'avance, avant de l'utiliser.

Pour passer d'agréables soirées d'observation, il est important de s'habiller plus chaudement que normalement pour la même température. La raison est simple, en observant, on ne bouge pas beaucoup. Il ne faut pas oublier les pieds.

Les Constellations.

Un autre site intéressant qui vous donne la mythologie et le folklore des constellations est:

http://www.hawastsoc.org/deepsky/

Il y a environ 2600 étoiles visibles à l'oeil nu dans notre ciel nordique. Les anciens les ont regroupés par des lignes imaginaires, que l'on appelle constellations et leurs ont attribués des noms selon qu'ils y voyaient une forme humaine, un animal ou un objet. Ces noms proviennent très souvent de la mythologie grecque.

On compte jusqu'à maintenant, 88 constellations. Celles-ci sont réparties en constellations australes, équatoriales ou boréales. Nous n'avons accès dans l'Hémisphère Nord qu'aux constellations boréales et équatoriales.

Apprendre à reconnaître les principales constellations, dans le ciel, est la base inévitable pour pouvoir bien s'orienter et, par la suite, trouver les divers objets intéressants.

Nous allons commencer par les constellations qui sont toujours visibles dans l'Hémisphère Nord, c'est à dire les constellations circompolaires. Ce sont la Grande Ourse, la Petite Ourse, le Dragon, la Girafe, Cassiopée, le Lynx et Céphée.

Je vais vous donner le nom latin entre parenthèses, parce que dans les principales revues spécialisées en astronomie, comme Sky & Telescope ou Astronomy, on indique que les noms latins sur les cartes.

Le catalogue des Objets Messier

Je vais souvent vous référer aux objets Messier. Messier était un astronome du 1800 siècle qui cherchait à découvrir des comètes. Dans ses recherches, il observait des objets célestes qui à première vue, ressemblaient à des comètes, mais qui n'en étaient pas. À chaque fois qu'il balayait le ciel aux mêmes endroits, les mêmes objets lui apparaissaient. Pour éviter de les confondre de nouveau, il les a répertorier dans un carnet. C'est devenu le catalogue des Objets Messier. Ce catalogue est le point de départ de tous les astronomes amateurs. Ils comprend 110 objets, dont la grande majorité sont observables aux jumelles. On les reconnaît sur les cartes du ciel par la lettre majuscule M, suivi d'un numéro, comme M45.

Deux exceptions notables, M40, qui est une étoile double, et M73, un groupe de 4 étoiles qui n'apparaissent nébuleux que dans des télescopes de piètre qualité, comme ceux de l'époque de Messier.

Le site de référence, sur le catalogue Messier est:

http://www.faaq.org/clubs/straymond/docs/messier.pdf

Vous pourrez obtenir un poster des différents objets Messier. Une mise en garde, les photos des objets Messiers ont été obtenues à l'aide de télescope puissant, et ne représentent pas ce qui vous est accessible aux jumelles ou dans de petits télescopes.

Les Constellations Circompolaires
Les descriptions qui vont suivre, vont être succincte puisque vous pouvez obtenir plus de détail aux sites web suggérés précédemment.

La Grande Ourse (Ursa Major)
La Grande Ourse est très facile à localiser par sa forme caractéristique de casserole. Les deux étoiles du bord du chaudron nous servent, à trouver l'étoile Polaire.

La Grande Ourse contient plusieurs objets Messier, mais la majorité sont difficiles à voir et à repérer aux jumelles. Il y a entre autre, les objets Messier, M81 et M82, une paire de galaxies, dans le même champ. M97, la nébuleuse planétaire dite du Hibou et M101 de magnitude 8, une galaxie spirale.

Il n'y a qu'un objet facilement accessible aux jumelles dans la constellation de la Grande Ourse, et à l'oeil nu pour ceux qui ont encore de bons yeux, il s'agit de l'étoile double Mizar et Alcor. Ces étoiles marquent le pli dans le manche de la casserole.

La Petite Ourse (Ursa Minor)
De forme similaire à la Grande Ourse, mais renversée, la queue de la Petite Ourse est l'étoile Polaire. Cette constellation ne contient pas d'objet accessible aux jumelles.

Au départ pour s'orienter dans le ciel, on commence par repérer la Grande Ourse. L'on se sert des deux dernières étoiles du bout de la casserole pour repérer l'étoile Polaire. En mesurant cinq fois la distance entre ces deux étoiles et ceci dans leur prolongement.

L'étoile Polaire, indique presque le Nord céleste. Elle est présentement à 0.8 degré du pôle nord céleste. C'est sa grande qualité et son grand intérêt.

Le Dragon (Draco)
Vous aurez de la difficulté à repérer cette constellation, parce qu'elle serpente à travers d'autres constellations. Sa queue est située entre la Grande Ourse et la Petite Ourse. Sa tête est près de la Lyre et de Hercule.

Il n'y a pas d'objet visible aux jumelles dans cette constellation. Seulement 4 de ses 12 étoiles sont assez brillantes pour aider l'observateur à s'orienter.


La Girafe (Camelopardis)
On n'y voit aucune étoile brillante, ni d'objet visible aux jumelles. C'est à la frontière de la Girafe et de Persée que se situe le radiant des Perséïdes, une pluie de météorites en août. Quand il parle de la Girafe, les astronomes disent volontiers qu'elle se trouve là où il n'y a rien.


Cassiopée (Cassiopeia)
Cassiopée se situe à l'opposée de la Grande Ourse. Elle est facilement repérable par sa forme en W ou en M, selon son orientation dans le ciel. La région de Cassiopée est riche en objets célestes observables aux jumelles ou au télescope. Cette constellation contient deux objets Messier. Il s'agit des objets Messier M52 et M103. Ces deux objets sont des amas ouverts.

Le Lynx (Lynx)

Ces étoiles d'éclat faible, situées sous la Grande Ourse, furent rassemblées en constellation par Hévélius en 1690. Comme il n'y a aucune étoile brillante dans cette région, ceux qui veulent la voir, doivent posséder des yeux de Lynx.

Céphée (Cepheus)
Dans cette constellation on peut remarquer 5 étoiles de moyenne brillance. Il n'y a pas d'objet céleste visible aux jumelles.

Chapitre suivant, Le Cherche-Étoiles et recherche par Saut d'étoiles

Retour au haut de la page

Retour à la page principale

Mon adresse e-mail est: aldusad@hotmail.com

Vous êtes le ième visiteurs, depuis le 6 octobre 1997.
Dernière mise à jour le 11 septembre 2011.