Directions économiques

Nous mandatons nos gouvernements de s’assurer du control canadien de tous les aspects de notre économie et de nos besoins sociaux, culturels, énergitiques et matériaux. Pour cette raison, nos administrateurs seniors en administration nationale et provinciale seront des citoyens canadiens nés au Canada . Autant que possible et de façon juste, ces personnes seront bilingues (Anglais-Français) afin de refleter et respecter le bilinguisme canadien. L’anglais et le français nous enrichissent culturellement et facilite nos relations avec plus de la moitié des pays du monde.

Nous imposons une limite de 15% sur la propriété étrangère en parts en toute compagnie faisant affaire en notre pays. Ces étrangers limiteront donc leurs profits d’opération à 15% du profit net réel déclaré de ces compagnies à chaque année d’opération au Canada. Ces compagnies fourniront des informations complètes au gouvernement fédéral, et provincial concerné, et au publique, sur leurs opérations, chiffres d’affaires, profits, gérance, sources d’approvisionnement, noms des propriétaires et pays source de la maison maître de la compagnie à tous lea ans..

Nous imposons la même limite de 15% de propriété aux Canadiens en des compagnies faisant affaire en les pays étrangers pour respecter les droits des citoyens concernés et des gouvernements concernés. Cette limite s’applique même aux Canadiens faisant affaire en propriété étrangère.

Règle générale, le gros commerce international devrait être entre gouvernements.

Le commerce international privé sera selon les règles, lois, régulations et limitations décidé par les gouvernments nationaux, l’ONU et les organisations internationales.

Nous ne permettrons pas la spéculation sur les devises nationales car ces pratiques tyrannisent les gouvernements et les nations du monde. Le transfer d’argents nationaux à la grande échelle est un devoir et responsabilité de gouvernement et non de spéculateurs privés. Cette règle s’applique aussi pour l’échange de minéraux entre les pays du monde et de produits et sources énergitiques.

Le gouvernement national du Canada vendra les biens étrangers des compagnies nationalisées par le Canada au gouvernement concerné en le pays où ces compagnies ont des propriétés. Cette pratique fera aussi parti de notre aide étrangère de développement et de bon voisinage.

Le commerce internationale de l’eau est une responsabilité nationale. Ce sera limité par la nécessité, par nos besoins, par la protection de l’environnement et par le bon voisinage avec nos voisins.

Le commerce internationale en énergie est une responsabilité de gouvernement national seulement et de gérance publique national seulement. L’énergie est un bien collectif publique. Les besoins présent et futur des Canadiens et de nos communautés doit être prioritaire à tout commerce international ou entente internationale. Il doit tout de même être possible de vendre de l’énergie à nos voisins du sud ou autre et ce à des prix équitable pour les Canadiens et nos clients.

Nos gouvernements ont le devoir d’être aussi intéressé par les petits projets en énergie que les projets de grande envergure. Le développement de sources d’énergie propre sera prioritaire en tous temps autre qu’en temps de crise nationale ou régionale. Pour la protection de l’environnement, il sera illégal de faire des changements de grande envergure du cours d’eau des rivières tel il a été fait en la region de la Baie James au nord du Québec. Nos infrastructures en énergie sont des biens publiques sous gérances publique. Les compagnies en électricité, incluant les réservoirs d’eau qui ont été privatisé seront nationalisé immédiatement et sans compensation monétaire à ceux qui les ont acheté. Ces ventes étaient un vol et un grand crime partout au monde où elles ont eut lieu. Les maîtres pipelines tel Trans-Canada Pipelines, etc qui servent à transporter du gaz naturel, de l’huile, etc seront nationalisées prenant en considération l’investissement de nos governments en ces infrastructures en terme de subventions, de prêts subventionnés, d’excuses pour ne pas payer d’impôt ou peu d’impôts, de terrains publiques donnés pour ces pipelines, etc car tous ces bénéfices étaient des investissements publiques qui doivent être recouvert.

La technologie existe pour le développement de l’énergie électrique par les mers et la marée des mers. Notre gouvernement national, en coopération avec les provinces concernées doit créer et gérer les institutions nécessaires à cette fin. Aussi pour tout autre développement énergitique, minérales où autre en nos mers et région côtières.

Chaque gouvernement provincial et territorial aura des programmes en place pour créer des emplois, des initiatives économiques et des services au publique à l’intérieur de leurs limites territoriales. Le gouvernement fédéral coopérera avec les gouvernements concernés en ces initiatives. Tous les gouvernements ont le devoir de promouvoir l’unité canadienne par une société juste, responsable et des services publiques de société de première classe, juste et équitable.

Notre économie sera une économie mixte de moyenne et petites entreprises publiques et privées; et d’état pour l’entreprise de grande envergure et par des services publiques et privés aux citoyens et à la société. L’agriculture sera encouragée du plus petit fermier, de la ferme familliale limitée, aux fermes collectives privées et publiques et fermes d’État. Cela afin de répondre aux besoins variés de notre population et pour s’assurer que les fermiers ne vivent jamais plus en misère et où en dette.

Une ferme de paysan et une ferme familliale aura au maximum 1000 acres de superficie. Une ferme collective privée où publique aura au maximum 5000 acres de superfiicie et une ferme d’État aura au maximum 10,000 acres de superficie.

La raison primaire de production et de distribution de biens d’une entreprise, privée ou publique, est la fourniture de biens et services à la population canadienne, à l’État et la société. La production de biens et services pour l’exportation sera un bénéfice secondaire qui profitera aux Canadiens, à l’État et aux compagnies concernées.

Vidéotron sera la propriété du gouvernement du Québec et des fonds de pension de ses employés.

*****************************