Arbre généalogique


3152 
André Parent
N:

M: 
1596
Mortague, Perche
1616
France

1576
Pierre Parent
N:

M: 
1630
Charente-Maritime
9 fév 1654
Québec

3153 
 
Marie Coudray
N: 

788 
Jacques Parent
N:

M: 
25 nov 1657
Québec

1 fév 1677
Beauport

3154 
 
Jacques Badeau
N:

M: 
1615
Larochelle, Aunis
1631
Larochelle, Aunis

1577 
Jeanne Badeau
N:  1631
Beauport
394
descendants de cette personne
24
François Parent
N:

M: 
22 jan 1697
Beauport

28 nov 1719
Beauport

3155 
 
Anne Ardouin
N:  1615
Larochelle, Charente
 
Catherine Binet (1)
N:
 
20 déc 1698
Beauport

3156 
 
René Chevalier
N:  1600
Anjou, France

1578
René Chevalier
N:

M: 
1639
Isère, Anjou
9 jan 1656
Notre-Dame de Québec

3157 
 
Marie Lucre
N:  1602
Angers, France

789 
Geneviève Chevalier
N:  19 oct 1659
Québec

3158
 
Noel Langlois
N:

M: 
4 juin 1606
Alençon, Normandie
25 juillet 1634
Québec

1579 
Jeanne Langlois
N:  1 jan 1643
Montréal

3159 
 
Françoise Grenier
N:  1610
St-Léonard, Normandie
(1) fille de 790. François Binet né le 24 septembre 1672 à Québec (fils de 1580. René Binet né en 1637 à St-Jean, Poitiers, Poitou et marié le 19 octobre 1667 à Québec avec 1581. Catherine Bourgeois (fille de roi) née le 17 février 1633 à St-Gervais, Rouen) et marié le 1er février 1698 à Québec avec 791. Françoise Vachon née en 1675 à Beauport, fille de 1582. Paul Vachon né en 1630 à Lucon, Poitou et marié le 22 octobre 1653 à Québec avec 1583. Marguerite Langlois, née le 3 septembre 1639 à Montréal, fille de 3158 fiche 394


PIERRE2 PARENT,  fils d’ANDRÉ  PARAN et de Marie Coudray, est né entre 1610 et 1626 possiblement à MORTAGNE SUR GIRONDE, il est décédé le 05 08 1698 et inhumé le lendemain à BEAUPORT.  Il épousa JEANNE BADEAU (décédée le 27-11-1706 à Beauport),  fille de JACQUES BADEAU et ANNE ARDOUIN, le 09 02 1654 à BEAUPORT (dans la maison du SIEUR GIFFARD).

NOTES PARTICULIÈRES SUR PIERRE PARENT

Pierre Parent est arrivé au pays vers 1650. Il travailla dans la Seigneurie Notre-Dame des Anges à Beauport sous la responsabilité de son futur beau-père Jacques Badeau qui était métayer des Jésuites.

Le 16 juillet 1652, Jean de Lauson accorda des titres de concession à une dizaine d'habitants du Château-Richer. Parmi ceux-ci figure Pierre Parent qui a reçu un lot de 4 arpents (no 77) qui est situé près de la Rivière-aux-Chiens à la limite Est de Château-Richer. On note également que ces colons étaient probablement déjà installés sur ces terres depuis un certain temps pour se mériter ces concessions. (Cf la carte de CHATEAU-RICHER EN 1680).

Le 30 octobre 1653, Pierre Parent a vendu son lot à Mathieu Hubout des Lonchamps   qui l'a revendu à Jacques Le Sot et Jacques David dit Pontife le 3 décembre 1658. Le partage en deux terres de 2 arpents s'est fait le 29 octobre 1664. Le 21 novembre 1689, Marguerite, la fille de Jacques David, épousa Joseph Le Sot et ce dernier  réunit les 4 arpents le 24 juillet 1690. Pierre Parent a uni sa destinée à Jeanne Badeau le 9 février 1654 à Québec.

Le Père Alphonse-Marie Parent, cssr, dans la biographie très détaillée qu'il fit de Pierre Parent de Beauport, mentionne que " à la date du 14 avril 1660, le P. Paul Raguenau,  procureur, signa chez Audouart l'acte par lequel il "baîllait à Pierre Parent, habitant de N.-D. -des-Anges, à titre de cens et rente seigneuriale non rachetable par chacun an au jour et feste de St-Jean l'évangéliste, 16 perches
désertées et en labour, proche la carrière en quaré, moyennanbt 2 minots de blé froment pur, bon et marchand".

Bien qu'une inscription trouvée au terrier de la seigneurie Notre-Dame-des-Anges mentionne qu'en 1754 les Jésuites possèdent toujours une carrière sur la terre de Jacques et Pierre Parent et pour laquelle Simon Parent, fils de Jacques, paie une rente de 10 sols par an, il n'en demeure pas moins vrai que cette carrière est exploitée par Pierre Parent et Jeanne Badeau depuis 1660. Plusieurs contrats nous indiquent qu'ils fournissent la chaux et la pierre nécessaires à la construction de maisons sises à Québec. Jeanne était une femme d'affaires, c'est connu. C'est elle qui a signé le contrat de mille livres avec le Séminaire le 15 octobre 1675, et celui avec les Ursulines (rue du Parloir) le 4 février 1688 où elle s'engageait à fournir la chaux, la pierre de taille et la pierre commune pour la maçonnerie de leur monastère qui avait été détruit par le feu en 1686.  Du côté nord du monastère, il existe encore aujourd'hui un mur intacte fait avec "la pierre de Beauport".

De 1670 jusqu'à 1912, sauf une rupture de quelques années au début du XIXe siècle, la carrière des Jésuites fut exploitée par plusieurs générations de Parent. C'est en effet, en 1912, que la carrière est acquise par Elzéar Verreault qui l'a vendue à Ciment Québec en 1967.

Par la suite, il s'est installé avec son épouse sur une modeste concession en la Seigneurie de Beauport. Il y eurent 18 enfants. Il y fit si bien, qu'en 1679, lors de ses noces d'argent, son domaine s'était multiplié par vingt.  Lors du recencement de 1681, sous le régime français, Pierre Parent avait 4 domestiques (ou engagés) sur sa ferme: Maturin Cardin, 55 ans, Clément Mongol (Mauger) 38 ans, Élie Charouin 26 ans, Jacques Delaunay, 38 ans. De plus on a dénombré 4 fusils, 1 pistolet, 8 bêtes à cornes, 24 brebis, 100 arpents en valeur. En plus d'être cultivateur, Pierre Parent exerçait le métier de boucher En plus de s'occuper d'élevage, il exerça la profession de marchand de viande, de cuirs, de pierres et de chaux.

Pierre Parent fut inhumé à Beauport le 6 août 1698, laissant à ses héritiers une exploitation si prospère, avec un cheptel rare à l'époque, de plus de quarante têtes, que ses enfants allaient jouer un rôle social de premier plan dans la jeune colonie.

Son dernier fils Antoine, après avoir vécu de longues années à Beauport et à l'Ange-Gardien, alla se fixer ensuite au Nord de Montréal, au bord de la rivière des Mille Iles, et devint procureur fiscal de l'Ile Jésus, i.e. si l'on veut, représentant du Seigneur de l'Ile auprès du tribunal seigneurial, un poste de haute responsabilité.

Les descendants de Pierre Parent se sont multipliés dans toute la province de Québec et dans les autres provinces canadiennes, mais principalement dans les régions du bas-du-fleuve, de Québec, Beauport, Dorchester, St-Vallier, Montréal, etc... Il faut noter également que plusieurs de ses descendants ont fait souche aux Etats-Unis.