Arbre généalogique


4696 
 
N: 

2348
Gilles Fournier
N:

M: 
1599
Coulmer, Normandie
1618
Coulmer, Normandie

4697 
 
 
N: 

1174 
Guillaume Fournier
N:

M: 
1619
Coulmer, Normandie
20 nov 1651
Québec

4698 
 
 
N: 

2349 
Noelle Gagnon
N:  1597
Coulmer, Normandie
587

 

Jacqueline Fournier
N:

M: 
10 avril 1659
Québec
5 juin 1673
Québec

4699 
 
Renée Roger-Royer
N:  1574
Tourouvre
586
descendants de cette personne
292
 
Jean Prou
N:
5 juin 1647
Saumur, France

4500 
 
Louis Hébert (apothicaire de la reine)
N:

M: 
1575
St-Honoré, Paris
13 juin 1602
Paris

2350
Joseph Guillaume Hébert
N:

M: 
1604
Paris
1634
Québec

4501 
 
Marie Rollet
N:
1580
Paris

1175 
Françoise Hébert (sage-femme)
N:
 
27 jan 1638
Québec

4502
 
Pierre Desportes
N:

M: 
1594
Lisieux, Normandie
1619
Lisieux

2351 
Marie-Hélène Desportes
N:
 
7 juillet 1620
Québec

4503 
 
Françoise Langlois
N:
1599
Clavados, Lisieux

Louis Hébert est né à Paris en 1575, il épouse la parisienne Marie Rollet en 1601. Louis Hébert est apparu pour la première fois en 1606, à Port-Royal, en Acadie. Il repart l’année suivante pour revenir en 1610, mais les Anglais s’emparent de l’Acadie et en chasse les Français. Il est fait prisonnier par les Anglais à l’Île des Monts Déserts. Puis, Port-Royal est détruit en 1613. Une fois de plus Hébert est contraint de retourner en France.

À l’hiver 1616-17, il renoue connaissance avec Samuel de Champlain qui lui obtient un contrat avec la compagnie de traite de fourrures pour la Nouvelle-France. Hébert vend sa maison et son jardin à Paris et amène sa femme Marie et ses trois enfants, Anne, Guillemette et Guillaume Hébert.

Pendant bien des années, Hébert est le seul, outre Champlain lui-même à cultiver la terre et vivre de ses récoltes. Louis Hébert ne compte pas de descendants portant son nom.

Son fils Guillaume Hébert héritier de la moitié des fiefs paternels, épouse le 1er octobre 1634, à Québec, Hélène Desportes, fille de Pierre Desportes et Françoise Langlois, soeur de Marguerite Langlois, mariée à Abraham Martin. Pierre, Françoise et Hélène sont retournés en France, après la prise de Québec, par Kirke, le 24 juillet 1629. Hélène Desportes est revenue à Québec, un peu avant son mariage, en 1634. Après la mort de Guillaume Hébert, le 23 septembre 1639, elle se remarie en 1640, avec Noël Morin et parmi les enfants de ce couple, deux filles Morin sont liées à cette généalogie.

Donc, la seule descendante de Guillaume Hébert, le fils de Louis Hébert et Marie Rollet, c’est Françoise Hébert, née en 1638. Elle s’est mariée le 20 novembre 1651, à Guillaume Fournier, originaire de Coulmer en Normandie, né vers 1619. Il devient en Nouvelle-France, co-seigneur de Saint-Charles, il décède en 1699, à Montmagny.

Deux filles se marient les premières, Marie Fournier, en 1670, avec Pierre Blanchet et Françoise Fournier, en 1686, avec Jacques Boulay. Ensuite le fils Jean Fournier se marie à Marie-Jeanne Roy(Le), en 1687. Finalement, Simon Fournier, en 1691, épouse Marie-Catherine Rousseau, dont deux de leurs filles viennent se greffer pour nous donner aussi un peu de sang du premier colon d’Acadie et de la Nouvelle-France, soit Geneviève Fournier, en 1713, avec Pierre Gagné et Marie-Madeleine Fournier, en 1715, avec Étienne Fontaine.

L’ancêtre Louis Hébert meurt le 25 janvier 1627, à la suite d’une malencontreuse chute qu’il fait sur la glace. Il est inhumé au cimetière des Récollets. Marie Rollet se remarie en 1629, avec Guillaume Hubou. Elle décède le 27 mai 1649, à Québec.

Champlain écrit de lui qu’il a été " le premier chef de famille résidant au pays qui vivait de ce qu’il cultivait, " donc, le pionnier . . . de nos pionniers.