Les migraines


Animaux

Corps humain, médecine et maladies


Grands scientifiques

Pays du monde

Phénomènes naturels

L'Univers

 

Les migraines (ou céphalée) sont des maux de tête insupportables pour le malade. Elles frappent soudainement et durent relativement longtemps. Découvrez ici qu'elles en sont les causes et leur remède.

Quand les migraines surviennent-elles ?

Les migraines surviennent dans 90 % des cas entre la l'âge de 30 et 60 ans. Il peut toutefois arriver que de jeunes enfants soient victimes de ces très douloureux maux de tête.

On distingue aujourd'hui deux grands types de migraines. La première forme, la plus fréquente, est appelée migraine commune. Elle est le plus souvent localisé sur les côtés de la tête au début de la crise, mais elle peut ensuite s'étendre à l'ensemble du crâne. Le malade ressent alors des pulsations douloureuses régulières rappelant les battements cardiaques.

L'autre forme de migraine est dite avec aura. De nombreux symptômes (tel que des troubles de l'humeur, irritabilité, asthénie, somnolence, tendance dépressive ou, au contraire, euphorie) précède la crise plusieurs heures avant que celle-ci n'éclate. Lorsque la migraine est installée, l'aura disparaît.

Des symptômes courants peuvent aussi indiquer qu'une migraine va survenir. Citons de la phonophobie, de la photophobie, de l'irritabilité, d'une difficulté de concentration, d'une pâleur du visage ou d'une saillie anormale des vaisseaux temporaux. Tous ces symptômes sont associés aux deux types de migraine.

Plusieurs stimuli peuvent déclencher une migraine. Parmi eux, l'alcool, le stress, certains aliments (comme le chocolat et les œufs), la fatigue. Quelques fois, la chaleur, le froid ou le vent, peuvent aussi être des facteurs déclenchant d'une migraine. Les menstruations et la période d'ovulation auraient aussi un certain rôle dans la provenance des migraines féminines.

Les chercheurs croient que chaque individu possède un seuil de résistance à la céphalée. Selon les facteurs déclenchant, ce seuil de tolérance serait plus ou moins élevé. La baisse de ce seuil ferait apparaître la crise, tandis qu'un traitement préventif, qui consisterait à élever ce seuil, réduirait le nombre de crises. On peut donc considérer que la migraine est une hypersensibilité du cerveau à certains stimuli.

Qu'est-ce qui différencie une migraine d'un simple mal de tête ?

En 1988, l'International Headache Society (IHS), a établi des critères de diagnostiques de la migraine commune (sans aura). Les voici :

  1. Cinq crises au moins répondant aux critères 2 à 4 ci-dessous.

  2. Crises de céphalées durant environ de quatre à soixante-douze heures (s'il n'y a aucun traitement).

  3. Céphalées ayant au moins deux des caractéristiques suivantes : unilatéralité, pulsations, caractère modéré ou sévère, aggravation par les activités physiques de routine telles que monter ou descendre des escaliers.

  4. Au cours des céphalées, au moins l'une des manifestations suivantes : nausée et/ou vomissement, photophobie, phonophobie.

Hypothèses sur l'origine de la migraine

Il existe trois hypothèses sur l'origine de la migraine. Nous traitons ici seulement des deux plus importantes car seuls ces deux-là sont les plus probables.

La première hypothèse, l'hypothèse vasculaire, est née il y a une trentaine d'années, suite à l'observation du caractère impulsif de la migraine. Selon cette théorie, après une phase de vasoconstriction qui débute dans la région postérieure du crâne, une vasodilatation apparaît, qui s'étend à l'ensemble du crâne à la vitesse de 2 mm par minute. Sa progression est superposable à l'apparition de la céphalée. Les anastomoses qui font communiquer les artères et les veines s'ouvrent brutalement, laissant le sang des artères passer dans les veines. Selon certaines expériences sur des animaux, il semblerait que le fait de fermer les anastomoses arrête l'évolution de la migraine.

L'hypothèse biochimique, affirme que la migraine naît lorsqu'une substance, la sérotonine, est libérée pendant la phase de vasodilatation artérielle. Cette substance joue un rôle important dans la perception de la douleur et l'action porte particulièrement sur les vaisseaux sanguins à destinée encéphalique. Les médicaments basés sur cette théorie agissent en bloquant les récepteurs de la sérotonine situés sur les vaisseaux irriguant le cerveau. Ils sont parmi les plus efficaces.

Les mécanismes à l'origine des migraines sont excessivement complexes. C'est pourquoi ils n'ont pas tous étés identifiés jusqu'à nos jours. Il n'existe donc aucun remède miracle qui pourrait soulager l'atroce douleur dont souffrent les malades…


Pour mieux comprendre...

Photophobie:

Crainte pathologique de la lumière, symptôme lié à certaines affectations oculaires ou cérébrales.

Anastomoses:

Communication naturelle entre deux conduits. Il s'agit dans ce cas-ci des artères et des veines.

Sérotonine:

Substance sécrétée notamment par l'hypothalamus, qui joue un rôle de vasoconstricteur et de médiateur du système nerveux au niveau des synapses.

Vasoconstricteur:

Qui réduit le calibre des vaisseaux.

Médiateur:

Substance élaborée par une fibre nerveuse et dont la libération, lors de la stimulation de celle-ci, provoque une réponse de la cellule effectrice.

 

Retour à la page d'accueil

Pour répondre à notre sondage

Pour nous écrire

Sélection de liens intéressants