Les rêves


Animaux

Corps humain, médecine et maladies


Grands scientifiques

Pays du monde

Phénomènes naturels

L'Univers

 

Tout le monde rêve, sans exception. Lorsque la fatigue se fait sentir, il est temps d’aller dormir! Le cerveau s’endort, passe du sommeil léger, puis évolue vers le sommeil profond. Au terme de ce premier cycle, qui dure en moyenne deux heures, le processus est renversé… La courbe des états du sommeil d’une nuit rappelle les montagnes russes. Les chercheurs ont remarqué que cinq ou six fois par nuit, après une phase de sommeil léger, le corps sombre dans un état semblable à la paralysie, tandis que les yeux et le cerveau semblent se réveiller : le sommeil paradoxal.

Cette étape du sommeil est unique. Durant cette période on dort comme au réveil. Le pouls s’accélère, la respiration peut devenir irrégulière. Le corps hormis quelques grimaces et de légers mouvements, pendant environ vingt minutes. Puis, le cerveau ralentit, le corps du dormeur bouge : l’alternance sommeil léger/profond commence. Durant cette partie du sommeil, nous rêvons. Si nous sommes réveillés, nous allons nous souvenir de notre rêve.

Les neurones du cerveau ne s’arrêtent jamais complètement, notamment pour garder en fonction les activités vitales, comme la respiration et la circulation sanguine. En s’arrêtant de fonctionner, les neurones de l’éveil lèvent le frein des réseaux du sommeil lent et du sommeil paradoxal, et vice-versa. Le sommeil paradoxal est réglé par des neurones se trouvant, pour la plupart, dans le tronc cérébral inférieur. Ces neurones envoient différents messages à l’organisation. Ils stimulent le cerveau et les mouvements oculaires. Ils organisent un blocage sensoriel. Ainsi, le sommeil paradoxal n’est pas troublé par l’agitation environnante et le dormeur presque immobile durant le rêve.

Les chercheurs estiment maintenant que le rêve serait le résultat d’un mode inhabituel de traitement de l’information par le cerveau antérieur. Le cerveau activé se croit réveillé et se met au travail alors qu’il est débranché sur le plan sensoriel. Si notre rêve est très auditif, la zone temporale fonctionne davantage et les zones situées à l’arrière du cerveau se chargent de l’aspect visuel du rêve. L’explication des mouvements rapides des yeux se fait car ils suivent l’action qui envahit notre écran interne. Les rêves sont différents pour chacun, car l’expérience, car l’expérience, les connaissances et les souvenirs antérieurs sont personnels. C’est ainsi que l’on croit que nos rêves sont liés à nos occupations et angoisses. La production des images demande au cerveau beaucoup d’énergie, d’oxygène et de glucose. Les étapes du sommeil qui séparent les épisodes de rêve permettent à l’organisme de refaire des réserves.

Des expériences ont démontré que la durée d’un songe dépend des réserves énergétiques disponibles. Ils peuvent durer jusqu’à 15 ou 20 minutes, selon le moment de la nuit.

Le sommeil est nécessaire à la santé physique et psychologique de l’être humain.

 

Retour à la page d'accueil

Pour répondre à notre sondage

Pour nous écrire

Sélection de liens intéressants