ni.vu.ni.connu
blogue bilingue en quete d'identite
Une version modifiée de cet article a été publiée le 12 avril 2002 par le magazine en ligne Largeur.com.

The Mirror Project, le site qui réfléchit.
par Martine Pagé


Nous nous y sommes tous faits prendre à un moment ou à un autre. Nous marchons sur une rue bordée de vitrines et tout à coup notre regard est attiré par notre propre réflexion. C'est bien nous, cette créature à la posture étrange? Non, cette vitrine ne nous rend assurément pas justice.

Les miroirs sont des surfaces fascinantes, nous renvoyant une image inversée de nous-même à la fois familière mais jamais assez fidèle à nos yeux. Source d'adoration ou de haine, ils nous laissent rarement indifférents, à un point tel que plusieurs sont tentés d'immortaliser leur réflexion en photographiant leur propre image dans un miroir. Heather Champ, une canadienne qui vit à San Francisco, s'intéresse depuis plusieurs années à ce type d'autoportraits. Elle est l'instigatrice du Mirror Project, un site Web qui rassemble des photographies de gens ayant capturé leur propre image sur une surface réfléchissante.

En 1990, alors qu'elle classe ses photographies personnelles, Heather Champ se rend compte qu'elle a spontanément saisi de nombreux clichés d'elle-même dans un miroir, seule ou avec des amis. Elle décide alors de les rassembler dans un même album mais ce n'est qu'en 1999 que cette designer de sites Web décide de mettre ses photographies en ligne sur son site personnel nommé Jezebel . D'autres photographes ont commencé à lui faire parvenir leur auto-portrait et Champ a décidé de créer un site consacré à ces images. Après un appel à l'aide lancé à la communauté Web, un programmeur montréalais lui donne un coup de main et le Mirror Project est officiellement lancé.

On retrouve maintenant plus de 5,000 photographies dans le Mirror Project et chaque jour de nouveaux internautes font parvenir leur auto-portrait à Heather Champ. Ils se photographient sur toutes sortes de surfaces réfléchissantes : appareils électroménagers, vitrines, ustensiles, CDs, lunettes, etc. Champ reçoit une centaine de photographies par semaine et consacre environ une heure par jour à ajouter ces images. La designer de sites Web explique ainsi son intérêt pour ces portraits: " Les gens se comportent différemment et ont moins tendance à sourire artificiellement quand ils prennent une photo d'eux-mêmes. On a donc davantage l'impression de voir les gens tels qu'ils se voient. Ces images servent aussi de véhicule pour capturer un moment dans le temps. En regardant chacun de mes autoportraits, je peux vous dire où j'étais et comment je me sentais à ce moment précis. "

Le plaisir initial associé au Mirror Project est bien sûr celui de chercher un auto-portrait parmi ses propres photographies et de le soumettre au site Web. Mais l'intérêt de ce projet va beaucoup plus loin que le simple désir narcissique de se voir sur le Web. Les miroirs se transforment vite en fenêtres et une visite sur le site permet d'observer en douce, tel un voyeur, des centaines d'univers.

Certaines photos ressortent du lot d'un point de vue artistique, alors que d'autres nous touchent par l'histoire qu'elles racontent. Les gens qui soumettent des photographies doivent y joindre quelques commentaires et c'est souvent là que l'image prend une nouvelle signification. Cette photo noir et blanc d'apparence banale montre la silhouette d'une femme dans le miroir d'une chambre d'hôtel. En lisant le commentaire, on apprend que l'auteure de la photographie a lutté contre l'insomnie et l'inquiétude en prenant des photos pendant qu'elle attendait des nouvelles de sa fille gravement malade.

Le Mirror Project se transforme en véritable musée dans sa section Galerie, pour laquelle Heather Champ a fait appel à des conservateurs invités (guest curators) qui sélectionnent une dizaine de photographies selon un thème de leur choix comme l'enfance, la ville, les coiffures, etc.

Elle n'est pas nouvelle cette manie de photographier sa propre réflexion et ce thème a probablement déjà été le sujet d'une exposition dans un musée quelconque. L'aspect collectif du Web et son accessibilité offrent ceci de nouveau qu'ils permettent de rassembler sur un seul site des photos provenant de partout dans le monde à un coût minimal, tout en créant une exposition permanente qui continue à s'enrichir de jour en jour.

On ressort d'une visite sur ce site plus conscient que jamais de l'intérêt de sa propre réflexion sur les surfaces brillantes qui nous entourent. Narcisse aurait sûrement adoré posséder une caméra numérique...
Veux-tu?
Déjà vu