Trucs et astuces pour apprendre le chinois
Accueil > Radio TV > Forum > Trucs > Opinions > Liens > FAQ


Texte 10. Jacques Fournet, Guadeloupe


clef01.gif (295 bytes) Grâce à la combinaison de ces trois dictionnaires, je n'ai pratiquement jamais eu d'échec dans mes recherches de caractères: Chinois-Français moderne Xiandai Han-Fa Cidian; ABC Chinese-English Dictionary; Zhonwen zi pu, Chinese characters, A Genealogy and Dictionary

N.D.L.R. Jacques Forget m'a fait parvenir des commentaires intéressants sur un logiciel, une grammaire et des dictionnaires mentionnés sur d'autres pages. Vous retrouverez ses commentaires ci-dessous. Comme je trouvais un peu exotique qu'un français apprenne le chinois en Guadeloupe, je lui ai demandé de bien vouloir partager son vécu pour le bénéfice des visiteurs de ce site. Ce qu'il a gentiment accepté de faire. Michel Parent.

 
Voici quelques informations sur ma démarche.

Bien que "métropolitain", je vis à la Guadeloupe depuis 1964. J'ai toujours été passionné par les langues. Durant mes études, j'ai appris l'anglais et l'allemand. Plus tard, à l'occasion d'un voyage en Scandinavie, j'ai appris le suédois, par Linguaphone, à l'époque avec des disques 78 tours, ce qui n'est pas difficile quand on a fait de l'anglais et de l'allemand. J'ai eu très tôt envie de voir à quoi ressemblaient les langues non européennes, en tout cas non indo-européennes. C'est ainsi que je me suis intéressé un temps, avec l'aide d'un stagiaire africain, au bambara, une langue du groupe mandingue, typiquement "agglutinante", ce qui est très dépaysant au départ. Par exemple "celui qui a le panier de poisson" devient "poisson-panier-possesseur".

C'est en 1970, lors d'un séjour à Paris, que je suis tombé par hasard chez Gibert sur une vieille méthode de Chinois, en anglais, qui devait dater de 1930. On y apprenait comment un européen devait s'adresser à ses serviteurs indigènes !. J'ai décidé de me lancer.

A l'époque, Assimil n'avait pas encore sorti sa méthode de chinois, et je me suis donc à nouveau adressé à Linguaphone : 30 leçons, en 30 disques 78 tours ! Avec une progression vertigineuse de difficulté, et pratiquement sans aucune véritable explication grammaticale. On mentionne qu'il ne faut surtout pas essayer de décortiquer la phrase chinoise, mais l'apprendre globalement ! On pense alors à Ingrid Bergman, dans l'Auberge du 7e bonheur, récitant l'évangile à ses convives sans comprendre ce qu'elle disait. Néanmoins, j'ai acquis un certain vocabulaire, et une prononciation assez correcte. Il y avait bien quelques bizarreries que je ne m'explique toujours pas : pourquoi le caractère hai/huan (haishi, haiyou, tuihuan...) était-il toujours prononcé huan ?. Et puis bien sûr, la méthode datait de plusieurs lunes avant la simplification, si bien que l'effort nécessaire à la mémorisation de plusieurs des caractères courants était important.

Plus tard,  j'ai acheté la méthode de DeFrancis (déjà lui !) pour «Intermediate Chinese Reader». Je n'étais déjà plus un débutant ! Excellente méthode, très fouillée, malheureusement en caractères classiques. De nos jours il existe peut-être  une version avec les caractères simplifiés? Plus tard encore,  j'ai acheté la méthode Assimil, qui a tout de même le gros avantage d'être en français, et que j'utilise toujours pour "réviser". Je ne m'étais jamais servi des cassettes. Ce n'est que tout récemment que je me suis mis à les écouter en conduisant. J'ai eu la bonne surprise de constater que je comprenais à peu près tout. Ce n'est pas pour autant, hélas, que je comprends le chinois à la radio ou à la télévision ! Mais, sur CNN, je ne comprends guère plus les américains et leur accent de canard, seulement les anglais !

Les instruments modernes, comme RichWin, et comme Internet, offrent des possibilités d'apprentissages extraordinaires, dont on n'aurait pas pu rêver il y a seulement 20 ans. On peut télécharger des articles de journaux ou d'autres textes et les traduire à tête reposée.

Récemment, une collègue de l'INRA qui s'occupe de plantes ornementales, avait commandé des photocopies d'articles concernant des plantes nouvellement décrites en Chine. Elle fut tout étonnée de constater que ces articles étaient en chinois, seuls les noms des plantes étaient en latin. Elle s'est adressée à moi, en tant que botaniste et "sinologue". Grâce aux trois dictionnaires dont j'ai déjà parlé (voir ci-dessous), je n'ai pas eu beaucoup de difficultés à en faire la traduction. D'autant plus qu'il s'agissait du même style télégraphique que nous connaissons en occident pour la description des plantes. Les seuls problèmes un peu épineux concernant les noms propres : le chinois n'a pas de majuscules! En général, lorsqu'on n'arrive pas à traduire de façon satisfaisante un groupe de caractères, c'est qu'il s'agit d'un nom propre, et il faut alors trouver lequel. Heureusement, le dictionnaire de DeFrancis est riche en noms propres, de même que le dictionnaire incorporé à Richwin. C'est ainsi que j'ai pu trouver que "Xilibasi", complètement incompréhensible, signifiait "Célèbes", île d'Indonésie (Sulawesi en indonésien).

Quant à l'exotisme que vous évoquez, il y a mieux. Le seul professeur de chinois que je connaisse ici à la Guadeloupe, est un Zaïrois qui a fait ses études à Shanghai! Je n'ai pas assisté à ses cours qui, si j'ai bien compris, étaient pour des débutants.

Vous avez peut-être entendu parler de ces naufragés chinois, candidats à l'immigration clandestine aux États-Unis, recueillis par les gardes-côtes français en novembre dernier lors du cyclone Lenny ? Je suis scandalisé de la façon dont ils ont été traités ici à la Guadeloupe, de la part d'un peuple qui se prétend pourtant "accueillant". Certains se sont enfuis, et se sont noyés...

Pour terminer sur une note moins triste,  j'ai rencontré un jour, en allant à la plage, une demi-douzaine de ces chinois. En les croisant, je leur ai lancé "Nimen hao !". Ils ont ri, et m'ont répondu "Ni hao !". Mais le dernier, en passant à ma hauteur, m'a dit "ça va ?".

 Cordialement,

Jacques Fournet, Guadeloupe.
Juillet 2000

INRA, Centre Antilles-Guyane


Quelques aventures avec Richwin
Richwin est excellent, mais le service clientèle laisse un peu à désirer: j'avais acheté en janvier 98 Richwin 97 pour Internet, et je n'ai jamais reçu accusé de réception de mon enregistrement. Plus grave: ce logiciel donne satisfaction sous Windows 3.1 et sous Windows 95. Mais il ne fonctionne pas sous Windows 98. Comme j'avais un nouvel appareil sous Windows 98, je me suis adressé à Richwin, qui m'a simplement proposé de me vendre un autre logiciel, sans me proposer une mise à jour, ni même un prix préférentiel. Je trouve que c'est un peu léger !

Des commentaires sur une grammaire et trois dictionnaires
Le Memento grammatical du chinois moderne est excellent. Seul défaut : la prononciation pinyin des exemples n'est pas donnée. En outre, si l'analyse grammaticale est subtile, elle l'est parfois un peu trop, et certaines phrases pourraient être parfois analysées plus simplement. En revanche, des  développements très utiles, souvent négligés ailleurs, comme par exemple sur les particules, les interjections, certains verbes auxiliaires (neng, keyi, keneng, hui), etc.

Un dictionnaire en français:
Chinois-Français moderne (Xiandai Han-Fa Cidian).
Cosmos Books, Hong Kong 1978, 18.000 entrées, 766 pages.

Bien que de Hong Kong on y utilise les caractères simplifiés avec une table de correspondance pour la forme traditionnelle à la fin. Pour la recherche on y utilise seulement le nombre de traits et la direction du premier trait. Il n'est pas question des radicaux, mais c'est parfois intéressant quand le radical n'est pas évident. Un plus : le spécificatif des noms est souvent indiqué, malheureusement pas systématiquement.

Deux dictionnaires en anglais (on ne peut guère l'éviter) :

1. La référence "incontournable" est le monument admirable de John DeFrancis:
ABC (Alphabetically Based Computerized)  Chinese-English Dictionary, University of Hawaii Press, 1996, 71486 entrées: 3478 monosyllabiques et 68908 polysyllabiques, 897 pages.

Un reproche : les caractères qui n'apparaissent jamais seuls, ni en première syllabe, ne sont pas listés dans les entrées monosyllabiques. Il compte plusieurs appendices d'une grande utilité :
Basic rules for Hanyu Pinyin orthography
Analytic summary of transcription systems
Wade-Giles/Pinyin comparative table
PY/WG/GR/YR/ZF comparative table
Radical index of traditional characters
Kangxi radical chart
Kangxi radical index
Stroke order index of characters with obscure radicals
Radical index of simplified characters
Simplified/Traditional Radical conversion chart
Cass radical chart
Cass radical index

2. Rick Harbaugh , parallèlement à son excellent site zhongwen.com, a sorti en 1998: Chinese Characters: A Genealogy and Dictionary, Zhonwen zi pu, Far Eastern Publications, Yale University, 545 pages

Malheureusement basé sur les caractères traditionnels1 dont l'auteur est un farouche défenseur, mais le caractère simplifié est indiqué entre parenthèses. Plus de 4.000 caractères y compris ceux qui n'interviennent  jamais seuls ni en première syllabe. Cette particularité complète excellemment le dictionnaire de DeFrancis. La recherche peut s'effectuer par signification en anglais, ce qui en fait aussi un mini dictionnaire anglais-chinois; par ordre alphabétique pinyin; par nombre de traits des caractères classiques hélas; par radical Kangxi, bien sûr; et selon 182 listes "généalogiques" qui font  l'originalité de cet ouvrage. Cette classification "généalogique" même si elle est parfois un peu contestable demeure intéressante. Bien que déroutante au départ, elle facilite incontestablement la mémorisation des caractères... non simplifiés. Mais tous les caractères ne sont pas simplifiés, par exemple: san (trois): Ideograph representing heaven, earth and humanity; an (paix): woman under a roof; et d'autres beaucoup plus compliqués et parfois sans doute "inventés". Mais peu importe, si cela permet de mémoriser. Un très gros avantage de cet ouvrage est que sont listés sous un caractère non seulement les composés où ce caractère apparaît en première syllabe avec la  traduction, mais aussi ceux où il n'est pas en première syllabe, mais cette fois sans prononciation ni traduction, le tout avec un renvoi à la position généalogique de la première syllabe du composé. Ainsi sous xiang4,1 on a non seulement xiang1hu4 (mutuellement), mais aussi en caractères zhao4xiang4,  ainsi en se reportant à zhao4, on trouve "photographier".

Ces deux derniers dictionnaires peuvent s'acheter sur Internet en particulier à Amazon.com, à des prix étonnamment bas: 170 FF pour le dictionnaire de DeFrancis.

Grâce à la combinaison de ces trois dictionnaires, je n'ai pratiquement jamais eu d'échec dans mes recherches. Dans l'espoir que ces indications vous seront utiles.

Cordialement.
Jacques Fournet

1. N.D.L.R. Rick Harbaugh a commencé à travailler il y a plusieurs années sur son dictionnaire alors qu'il était étudiant gradué à la National Taiwan University. Il enseigne actuellement l'économique et la stratégie à la Yale School of Management.


Nos sincères remerciements à Jacques Fournet pour cette collaboration. À votre tour maintenant d'ajouter votre petit texte. Ne nous privez pas de votre expérience. Même quelques mots feront l'affaire. Je m'arrangerai pour en faire le traitement et les intégrer à cette page. Partagez un truc ou une astuce qui marche pour vous. Au plaisir de vous lire!


Retour à l'index des trucs et astuces

home.gif (1501 bytes)

Contacter le webmestre


Première édition 29 janvier 1999
Modifiée le 21 juillet 2000

www.lechinois.com
© 1998, 1999, 2000 Gestion M.R.P.