Introduction
Accueil Remonter Introduction Postulats Temps Longueurs Transf Lorentz Transf vitesses Invariant Quantité mouvement

 

Rappelons brièvement certaines connaissances concernant les référentiels d’inertie ou référentiels galiléens. Ces référentiels sont, rappelons-le, des référentiels en mouvement de translation rectiligne uniforme les uns par rapport aux autres. On notera tout de suite qu’un référentiel lié à la terre n’est pas un référentiel galiléen en raison de sa rotation dans le système solaire. Un référentiel galiléen serait celui, par exemple, déterminé par des étoiles fixes.

 

Ainsi, dans de tels référentiels on admet aisément que les lois de la mécanique ont la même forme : par exemple les lois d’inertie, de conservation de la quantité de mouvement, de conservation d’énergie. On admet aussi que l’intervalle de temps qui sépare deux observations est indépendant de l’état de mouvement de l’observateur (ou des observés). Ainsi il nous paraît certain qu’à partir de ces deux « évidences », un objet se déplaçant à la vitesse v  pendant un temps Dt  parcourt la distance Dx de telle sorte que

Dx = vDt

quel que soit le référentiel galiléen dans lequel on se place.

 

On est en droit d’admettre que les hypothèses évoquées précédemment (universalité des lois de la mécanique et du temps) sont vraies pour les phénomènes physiques que l’on peut observer.

 

Cependant, l’apparition de la théorie électromagnétique de Maxwell-Lorentz ainsi que certaines expériences d’électromagnétisme telles que celles de Fizeau et de Michelson-Morley conduisirent à une incompatibilité entre les hypothèses « évidentes » décrites précédemment et la loi de propagation de la lumière qui voulait que celle-ci se propage à la vitesse constante c.

 

Les physiciens se trouvèrent alors devant les deux éventualités suivantes :

 
bullet

les lois de la physique ne sont pas les mêmes d’un référentiel galiléen à un autre et il devient très gênant de constater que ce qui a été vérifié de nombreuses fois pour le domaine si vaste de la mécanique n’est plus vrai pour les phénomènes électromagnétiques et donc la physique en général;

bullet

la mesure du temps dépend du référentiel dans le quel elle est faite. Mais c’est une hypothèse extrêmement audacieuse, car elle attaque « nos convictions profondes ». En effet, cela revient à dire que parce qu’une personne est en mouvement et seulement pour cela, elle rajeunirait (ou vieillirait) par rapport à une personne à l’arrêt.

 

Mais il fallait faire un choix de toute façon et c’est ce que fit Einstein en 1905.

 

 

Page Web créée par Bruno Navert

Signez mon livre d'or!

Suivant

Dernière modification: 12 avril, 2003