Nox Oculis


Archie Randolph Ammons (1926-2001)

Né et élevé dans un milieu rural de Caroline du Nord, à Whiteville, dans une famille de fermiers de tabac. Ammons commença à écrire lors de son séjour sur un destroyer d'escorte dans le Pacifique Sud, lors de la seconde guerre mondiale. Quand il retourna à la vie civile, il fit des études de biologie au Wake Forest University, obtint son baccalauréat en sciences en 1949, puis gradua en études anglaises à l'Université de Californie, à Berkeley. Pendant un an, il fut le principal d'une minuscule école élémentaire sur l'île du Cap Hatteras. Puis il travailla pendant une dizaine d'années comme représentant de vente pour la compagnie de son beau-père, dans le New Jersey.

Ammons publia Ommateum, son premier volume, à compte d'auteur en 1955 ; seize copies furent vendues dans les cinq années qui suivirent ! En 1964, l'année oû il joignit la faculté d'anglais à Cornell University à Ithaca (New York), il publia son second recueil de poèmes, Expressions of Sea Level, et émergea de l'obscurité totale pour une atteindre une grande renommée. Son Collected Poems 1951-1971 (New York, 1972), qui lui valut le National Book Award en 1973, couronna cette grande période productive.

Plusieurs autres prix honorifiques furent décernées à Ammons lors de la publication de Sphere (New York, 1974) et de A Coast of Trees (New York, 1981). Malgré une série de maladies, Ammons occupa le poste de Goldwin Smith Professor of Poetry (1971) jusqu'à sa retraite en 1998.

Ammons mourut du cancer, dans sa maison d'Ithaca home le 25 février 2001, à l'âge de 75 ans.

Ammons est un poète de la nature, doublé d'un esprit scientifique qui le distingue de ses contemporains. Mais cette observation méthodique de la nature est plus souvent qu'autrement l'occasion de faire de la conscience de l'observateur le véritable enjeu du poème. Dans d'autres cas, le regard du chercheur est destiné à mettre en valeur des thèmes et des enquêtes abstraites, au service d'un principe unificateur vis-à-vis une infinité de détails divergents. Dans la lignée des transcendentalistes, Ammons est un poète "émersonien", cherchant à reconnaître l'aspect sublime du monde matériel. Alors que Frost est un poète de la terreur, Ammons se révèle plutôt un poète de l'hommage devant la Nature. Mais l'intelligence de ses images ne cache pas le côté visionnaire de sa poésie, son effort de célébrer la magnificence de la Création, quelque soit l'aspect insignifiant, ou son dessein obscur.


Cascadilla Falls

    I went down by Cascadilla
    Falls this
    evening, the
    stream below the falls,
    and picked up a
    handsized stone
    kidney-shaped, testicular and

    thought all its motions into it,
    the 800 mph earth spin,
    the 190-million-mile yearly
    displacement around the sun,
    the overriding
    grand
    haul

    of the galaxy w/ the 30,000
    mph of where
    the sun's going :
    thought all the interweaving
    motions
    into myself : dropped

    the stone to dead rest :
    the stream from other motions
    broke
    rushing over it :
    shelterless,
    I turned

    to the sky and stood still :
    oh
    I do
    not know where i am going
    that I can live my life
    by this single creek.

    Archie Randolph Ammons


Références :


Oeuvres poétiques :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2002 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/aiken.html