Nox Oculis


Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Poète français dont l'œuvre incarne l'« esprit nouveau » du début du siècle.

Né à Rome, fils naturel d'un officier italien et d'une aristocrate polonaise, Apollinaire, de son vrai nom Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, passe le plus clair de son enfance en Italie, puis sur la Côte d'Azur où il fréquente les lycées de Monaco, de Cannes et de Nice. Arrivé à Paris en 1899, il occupe divers emplois gagne-pain avant d'être engagé comme précepteur en Rhénanie. Ce séjour d'un an en Allemagne (1901-1902) lui fournira les thèmes d'inspiration et le titre de ses neuf poésies « Rhénanes », rassemblées dans le recueil Alcools en 1913. C'est aussi en Allemagne qu'il fera la rencontre d'une jeune Anglaise, Annie Playden - profondément épris, il sera éconduit -, expérience qui lui inspirera « la Chanson du mal-aimé », qui paraîtra pour la première fois en revue en 1909.

De retour à Paris (1903), il se lie d'amitié avec Alfred Jarry et André Salmon et collabore à plusieurs journaux littéraires, avant de fonder sa propre revue, le Festin d'Ésope (1903-1904), dans laquelle il donne une première version de l'Enchanteur pourrissant, œuvre poétique en prose. Pour subvenir à ses besoins et par goût pour la littérature « libre », il entreprend bientôt la rédaction de romans érotiques, publiés sous le manteau (Les Onze Mille Verges, 1906 ; Les Exploits d'un jeune don Juan, 1911), édite des ouvrages « libertins » pour la collection « les Maîtres de l'amour », et établit des anthologies de l'Arétin, de Sade, de Nerciat et de Mirabeau.

Composée à la manière d'une toile cubiste (juxtaposant des évocations et des sensations relevant de registres temporels et culturels différents), écrite en vers libres (où sont toutefois préservées la rime et l'assonance), sans aucune ponctuation (que le poète a supprimée lors des corrections d'épreuves), son recueil Alcools renouvelle en profondeur la poésie française, conduite pour la première fois « aux frontières de l'illimité et de l'avenir ». Par la diversité de son inspiration, qui associe strophes bouffonnes et pathétiques, pages épiques exhumant de vieilles légendes rhénanes et chansons issues de la tradition populaire, portant l'empreinte de François Villon ou des romantiques, Alcools inaugure une perception nouvelle du monde et annonce par certains de ses accents le proche avènement du surréalisme. Cette fascination pour la modernité amène d'ailleurs Apollinaire à soutenir le futurisme de Marinetti et à défendre bientôt la peinture « métaphysique » de De Chirico.

Quand il s'engage en décembre 1914 pour la durée de la guerre, il est d'abord artilleur, puis il est ensuite affecté dans le 96e régiment d'infanterie avec le grade de sous-lieutenant. Mais, blessé à la tempe par un éclat d'obus, il doit subir une trépanation (1916). Pendant sa convalescence paraît le Poète assassiné (1916), recueil de nouvelles et de contes à la fois mythiques et autobiographiques.

Dès sa guérison, Apollinaire se remet à l'écriture. Il fait mettre en scène un « drame surréaliste » un brin provocateur (Les Mamelles de Tirésias, 1917) qui, sur le ton de la farce, traite de questions sérieuses (la « repopulation »), et participe à une conférence très remarquée sur l'« esprit nouveau », où il exalte l'esthétique de la surprise tout en se réclamant des valeurs de l'humanisme. Après son mariage en 1918 avec Jacqueline Kolb, la « jolie rousse » du dernier poème de Calligrammes, il rédige plusieurs articles de critique journalistique, publie encore un recueil de chroniques (Le Flâneur des deux rives, 1918) avant de succomber le 9 novembre 1918, frappé par l'épidémie de grippe espagnole qui sévit en Europe.

Issu de la génération symboliste, mais admiré de son vivant par les jeunes et bruyants poètes qui constitueront le ferment du groupe surréaliste (Breton, Aragon, Soupault), Apollinaire préfigure, par l'originalité et la modernité de son œuvre poétique, les grands bouleversements littéraires et poétiques qui naîtront dans l'entre-deux-guerres.


Clair de lune


Voie lactée ô soeur lumineuse... (extraits)


Références :


Bibliographie :


Oeuvres poétiques :


| Poésie | Page d'accueil | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 2003 Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/apollinaire.html