Nox Oculis


Skyglobe : la sphère céleste au bout des doigts / Mario Tessier. -- Astronomie-Québec, 4(6), novembre-décembre 1994, pages 28-29.


Fiche signalétique

Titre       : SkyGlobe v3.6
Ordinateur  : IBM
Prix        : 20 $US
Équipement  : Processeur 8088+; 640 ko RAM
Support     : Cartes Hercules\CGA\EGA\VGA\SVGA; souris; coprocesseur
              mathématique; imprimante à points, jet d'encre et laser
Auteur      : Mark A. Haney
Adresse     : KlassM Software Inc.
              PO Box 1067
              Ann Arbor, MI 48106
Téléphone   : 1-800-968-4994
Télécopieur : (313) 426-5533
Site Web    : http://astrosoc.soc.ru.ac.za/archive/docs/skyglobe_course.html
Année       : 1993
Démo disponible en version partagicielle

J'ai déjà évoqué dans une de mes chroniques les programmes de planétarium du logiciel SkyGlobe. L'excellence du produit et sa grande popularité auprès des astronomes amateurs méritent que j'y revienne. SkyGlobe figure, en effet, depuis plus de trois ans sur la liste des dix meilleurs partagiciels pour micro-ordinateurs IBM-compatible et il est certainement l'un des fichiers les plus échangés sur les réseaux informatiques. C'est le premier programme d'astronomie qu'essaient beaucoup d'amateurs.

Le succès de SkyGlobe, depuis sa conception en 1989, repose en grande partie sur un travail acharné de mise à jour continuelle. Au fil des années, le logiciel s'est amélioré. Il est maintenant un compétiteur sérieux des programmes commerciaux d'astronomie comme Distant Suns, par exemple.

Il y a trois raisons principales pour lesquelles SkyGlobe est l'un des programmes favoris des astronomes amateurs: sa version partagicielle et sa disponibilité sur de nombreux babillards électroniques, son très faible coût et la simplicité de son interface.

Le logiciel affiche le ciel sous la forme d'un globe céleste que l'on peut examiner sous tous ses angles, de la même façon qu'un globe terrestre. Le programme est donc l'équivalent d'une sphère armillaire sophistiquée sur laquelle apparaissent les constellations et leurs étoiles, les planètes, la Lune et le Soleil, la Voie lactée et les objets de ciel profond (Messier et NGC), avec bien sûr les lignes de la grille équatoriale, l'horizon et l'écliptique.

Les astronomes amateurs apprécient particulièrement cette vision à 360 degrés du ciel, et nombre de logiciels commerciaux ont été obligés d'incorporer cette option dans leur programme pour offrir l'effet original que produit SkyGlobe.

L'acheteur de SkyGlobe reçoit la plus récente version du logiciel, configurée pour la ville où il habite, un manuel imprimé, une carte de référence, un logiciel de sauvegarde d'écran pour Windows du genre SkyGlobe, un logiciel appelé Crystal du type de SkyGlobe qui montre les 3800 étoiles les plus proches et une liste des nouveaux produits et mises à jour, avec rabais sur les mises à niveau.

Commentaires :

1) Version partagicielle (gratuit) :   4 000 étoiles
2) Version enregistrée (20 $US)    :  29 000 étoiles
3) Catalogue SAO (5 $US)           : 250 000 étoiles
4) SkyGlobe & CircumSpace (15 $US) : 25 $US
5) Images GIF assorties            :  5 $US
Images des planètes inférieures    :  5 $US
Images des planètes extérieures    :  5 $US
Images de ciel profond             :  5 $US

Ce que j'en pense

Je n'ai pas vu le manuel imprimé fourni avec la version enregistrée. Mais le logiciel compte un fichier texte dans lequel se retrouve le manuel et il est particulièrement bien conçu, avec un court tutoriel, des exemples, des questions/réponses sur le fonctionnement du programme et un glossaire des termes et des fonctions utilisés. L'auteur suggère, pour exploiter au maximum les capacités de SkyGlobe, d'essayer la simulation de la précession des équinoxes. La simulation dynamique du ciel fait d'ailleurs la force de SkyGlobe : changements diurnes et nocturnes, progression des saisons avec le périple du Soleil dans le Zodiaque, animation des planètes le long de l'écliptique, précession des équinoxes, etc.

Le logiciel a une fonction d'aide. Mais le fonctionnement du programme est tellement simple que la documentation est presque superflue.

Le catalogue de base du partagiciel compte près de 4 000 étoiles. Le catalogue de la version enregistrée comprend plus de 29 000 objets. Et l'on peut obtenir, moyennant un supplément minime, la banque de données de plus de 250 000 étoiles du SAO (Astrophysical Observatory Star Catalogue). A ce prix, c'est vraiment une aubaine !

SkyGlobe offre également une banque de données d'objets du ciel profond: tous les objets Messier et plusieurs dizaines d'objets NGC. Ils sont d'ailleurs identifiés par un petit dessin qui signale leur type: amas, galaxie, nébuleuse, etc.

L'affichage, très souple, est un des points forts du programme. L'auteur a conçu le programme de manière à exploiter au maximum les capacités graphiques de l'ordinateur sur lequel il est installé. Par exemple, si SkyGlobe manque de mémoire vive pour l'affichage couleur, il se rabat automatiquement sur un affichage monochrome. Il est compatible, en outre, avec toutes les sortes de résolution d'écran (CGA, EGA, VGA, SVGA); et donc avec tous les types d'ordinateur, des plus anciens aux plus récents.

L'interface est extrêment simple. Il comporte au centre de l'écran le globe céleste; à gauche de l'écran, il y a les indications relatives à la configuration du logiciel (site d'observation, date et heure, magnitude limite, zoom, etc.); et à droite, la liste des multiples fonctions du logiciel qui s'exécutent sur les commandes du clavier ou avec la souris. On peut utiliser la souris pour identifier un objet céleste ou pour déplacer le centre du globe.

Le ciel apparaît sous la forme d'une sphère et il est possible de centrer sur n'importe quel point de cette sphère. Il est possible aussi d'agrandir l'image et de rétrécir le champ à volonté. Il existe une option pour renverser l'image comme dans un miroir et reproduire ce dont elle aurait l'air dans un télescope. De multiples options permettent de faire apparaître les lignes d'horizon, d'écliptique, de grille équatoriale, de constellations. Il est possible également d'afficher les noms d'étoiles, d'objets Messier et NGC, de constellations et de planètes.

Si l'écran est trop encombré, le nombre d'étiquettes est facile à réduire. Finalement, SkyGlobe permet un affichage délimité ou couleur de la Voie lactée, et indique par un changement de couleur de l'écran que l'aube est arrivée ou que le jour cède le pas à la nuit; deux raffinements qui prouvent à quel point le concepteur se soucie d'améliorer constamment son produit.

Il existe une option pour imprimer des cartes célestes. Elles ne sont pas très détaillées et, dans certains cas, le type de projection n'est pas le meilleur, mais ces cartes sont quand même excellentes et seront utiles aux amateurs qui veulent faire de l'observation.

Tous les types d'imprimante peuvent être utilisés: imprimante à marguerite, à laser, à jet d'encre (monochrome ou couleur).

Une autre option permet la recherche d'objets intéressants. On peut, par exemple, demander au logiciel de chercher et de centrer l'affichage sur les constellations, les étoiles brillantes, les 110 objets Messier, un grand nombre d'objets NGC et IC ou sur les planètes.

Le calcul des éphémérides dont se sert SkyGlobe pour afficher les positions des planètes est très rapide et relativement précis -- chose surprenante pour ce type de logiciel -- avec une marge d'erreur d'à peine un à un dixième de degré. On peut également utiliser le programme pour l'archéoastronomie car il effectue le déplacement relatif à la précession des équinoxes.

A l'instar de plusieurs autres logiciels commerciaux - tels que Distant Suns ou TheSky -- il est possible d'examiner des images GIF de plusieurs types d'objets qui se trouvent à l'écran : planètes ou objets de ciel profond.

SkyGlobe en première place

SkyGlobe devrait figurer en première place dans la panoplie des logiciels des astronomes amateurs. Le programme est simple et direct, avec une grande économie de moyens. Les débutants peuvent l'utiliser pour s'initier au ciel, à ses objets, ses délimitations et ses mouvements. Mais les amateurs plus expérimentés peuvent aussi l'utiliser pour simuler des événements bien particuliers, comme les conjonctions planétaires, ou même des éclipses, car la Lune et le Soleil y sont représentés sous forme de disques.

Une première version Windows circule déjà.


| Page d'accueil | Articles | Page précédente | Page suivante | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 1998-2002. Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/aq-article07.html