Nox Oculis


Internet et l'observatoire virtuel / Mario Tessier -- Astronomie-Québec 5(4), juillet-août 1995, page 20-24.


Autant l'informatique a ouvert de nouveaux champs d'étude et révolutionné les habitudes de l'amateur, autant l'arrivée de la télématique influencera profondément son travail et changera la nature des outils dont il se sert. En effet, grâce aux différents réseaux téléphoniques qui relient les ordinateurs de la planète, l'astronome amateur peut avoir accès facilement, rapidement et à un coût modeste, à une quantité « astronomique » d'informations !

Les outils à sa disposition sont tellement puissants et versatiles qu'ils lui permettent de transformer son micro-ordinateur en un véritable observatoire virtuel, d'où il pourra recueillir des informations sur les objets l'intéressant (images, textes, données) par l'intermédiaire des télescopes des grands observatoires ou des catalogues stellaires pré-existants, les traiter grâce à des logiciels acquis sur le réseau, et diffuser ses trouvailles à travers le monde par le biais des conférences internationales et du courrier électronique. Les outils télématiques qui ont d'abord été forgés pour répondre aux besoins des astronomes professionnels sont maintenant à la disposition des astronomes amateurs.

Un peu d'histoire

La naissance de l'autoroute électronique remonte à la création du premier réseau informatique décentralisé dans les années 1960, baptisé ARPANet, subventionné par le Département américain de la Défense (Advanced Research Projects Agency, ou ARPA). Ce réseau devait encourager les chercheurs en informatique à échanger et collaborarer à la création de programmes. La base informatique du réseau était basé sur un protocole de communication électronique appelé TCP (transmission control protocol), et qui permet à plusieurs usagers de partager la même ligne téléphonique en séparant les messages en paquets d'information et en les routant par plusieurs chemins.

Une des exigences principales de ce projet était d'empêcher la perte du réseau téléphonique après une hypothétique attaque nucléaire sur les centres de distribution téléphonique. En effet, même si plusieurs serveurs informatiques et lignes téléphoniques sont hors de fonctionnement, cela n'empêche pas le traffic d'être re-distribué vers le matériel disponible. Cette architecture décentralisée empêche ainsi que quiconque puisse contrôler le réseau.

Plusieurs protocoles de communication furent développés durant les années 1970 afin de mettre en contact les différents types de réseaux informatiques.

Durant les années 1980, on donna à ce réseau de réseaux informatiques le nom d'Internet (ou Net). Le super-réseau connut une expansion phénoménale lorsque des centaines puis des milliers de collèges, de compagnies et d'agences gouvernementales commencèrent à connecter leurs ordinateurs au réseau mondial.

Une image vaut mille mots

En 1989, le Centre Européen de Recherches Nucléaires (CERN) proposa la mise sur pied du World Wide Web, un réseau hypertexte international qui permettrait d'avoir accès aux diverses ressources du Net (texte, image, audio, vidéo). Pour ce faire, un programme multi-plateforme (Unix, DOS, Macintosh, etc.) comportant une interface graphique facile à utiliser fut créé : Mosaic. C'est grâce à la création et à la dissémination de ce logiciel gratuit, destiné à l'utilisation académique, que le Net bénéficie de sa popularité actuelle. Car sans cet outil de navigation (ou browser), il faut utiliser les commandes plutôt rébarbatives du système d'exploitation UNIX, qui contrôle la grande majorité des serveurs du Net.

La victoire de cette nouvelle interface conviviale fut foudroyante. Ainsi, en mai 1994, plus de 4 500 serveurs hypertexte existaient dans le monde et desservaient près de 500 000 usagers !

Dans les dernières années, le Net a connu une progression exponentielle, allant jusqu'à plus de 10% d'augmentation de traffic par mois ! Aujourd'hui la capacité de transmission du réseau atteint jusqu'à 2 milliards d'octets/secondes, soit l'équivalent de l'envoi du contenu entier de l'Encyclopedia Britannica jusqu'à l'autre bout du pays en moins de deux secondes !

L'Internet regroupe à ce jour 40 000 réseaux dans 90 pays, et rejoint 160 pays si l'ont inclut les connexions indirectes. Le nombre d'usagers est évalué autour de 20 millions et s'accroît sans cesse.

Notons qu'en même temps que s'est développé l'Internet et ses ressources académiques, plusieurs réseaux informatiques commerciaux sont apparus pour offrir des services d'information parallèles aux particuliers. Ces grands services d'information comme CompuServe, Prodigy, GEnie, America Online, BIX, Delphi et Applelink, offent, en plus de leurs propres bases de données, l'accès à l'Internet. D'autres réseaux informatiques, comme Bitnet et FidoNet, qui rassemblent les utilisateurs de babillards électroniques, peuvent avoir un accès limité sur le Net, notamment par le biais du courrier électronique. Aujourd'hui, tous ces réseaux se rejoignent et communiquent ensemble sur le Net.

Rendez-vous Montréal '96

Les internautes québécois sont gâtés. En effet, le réseau Infopuq permet aux amateurs des régions éloignées de se brancher sur les réseaux informatiques internationaux. Tandis qu'à Montréal, plusieurs fournisseurs offrent à prix compétitifs des accès à l'Internet et aux services d'information commerciaux. Notons par ailleurs que Montréal sera l'hôte du 5e congrès de la Société Internet, baptisée INET'96, qui se déroulera en juin 1996.


Petit glossaire des outils sur le Net


Le matériel nécessaire


Une petite idée des ressources de l'Internet


Bibliographie

Fichiers texte
  • GAFFIN, Adam : Big Dummy's Guide to the Internet. Disponible via ftp sur le site pub/EFF/papers/big-dummys-guide.txt.
  • KROL, Ed : The Hitchhiker's Guide To the Internet. Network Working Group, Request for Comments 1118, September 1989. Disponible via ftp sur le site nic.ddn.mil,directory rfc:, filename RFC1118.TXT. Mise à jour dans un volume publié en 1992.
  • List of Lists : Menlo Park, CA: SRI International, Network Information Systems Center, 1990. Source pour les mises-à-jour des listes de listservs et de mailing lists. Disponible via ftp sur le site ftp.nisc.sri.com in directory netinfo, filename interest-groups.
  • MARTIN, J : There's Gold in them thar Networks! or Searching for Treasure in all the Wrong Places. Request for Comments 1290, December 1991. Disponible via ftp sur le site nic.ddn.mil,directory rfc:, filename RFC1290.TXT.
  • NATIONAL SCIENCE FOUNDATION NETWORK SERVICE CENTER : Internet Resource Guide. Cambridge, MA: NSF Network Service Center, 1989. Disponible via ftp sur le site nnsc.nsf.net, directory resource-guide, or via e-mail request to resource-guide-request@nnsc.nsf.net.
Livres
  • CARROLL, Jim et Rick BROADHEAD : Canadian Internet Handbook : 1995 edition. Prentice-Hall Canada, 1995. Nouvelle éditions refondue. Répertorie les sites canadiens ainsi que les fournisseurs de services Internet. Comprend quelques chapitres un peu confus sur l'utilisation des outils Internet.
  • KEHOE, Brendan : Zen and the Art of the Internet. Prentice-Hall, 1992. Livre d'introduction pour les novices. Intéressant et divertissant. Disponible également via ftp sur le site cs.widener.edu,directory pub/zen.
  • KROL, Ed : The Whole Internet User's Guide & Catalog. Sebastopol, CA: O'Reilly & Associates, 1992. Excellent ouvrage de référence contenant des centaines de pages d'adresses Internet.
  • LAQUEY, Tracy : Internet Companion. Addison-Wesley, 1992. Fait pour le novice. Bon livre pour la compréhension des mécanismes de l'Internet.
  • LEVINE, John R. et Carol BAROUDI : The Internet for dummies. 2nd edition. IDG Publishers, 1994, 427 pages. Excellente collection pour les novices. Drôle et informatif.
  • RUTTEN, Peter et al : Netguide : your map to the Services, information, and entertainment on the electronic highway. Random House, Michael Wolff Book, 1994, 356 pages. Répertoire de sites Internet sur une vaste quantité de sujets. Couverture importante des services commerciaux.
Revues
  • Internet World : the magazine for Internet users.
    ISSN : 1064-3923 Mensuel (5,95 $ / numéro). Fondé en 1990. Nombreuses rubriques, articles de fond et nouveaux sites.
  • .net : the Internet magazine.
    Mensuel (8,50 $ / numéro). Fondé en décembre 1994. Revue britannique dédié à l'exploration des nouveaux sites Internet et surtout au W3. Comprend des dossiers thématiques.
  • NetGuide : the guide to online services and the Internet.
    Mensuel (3,95 $ / numéro). Fondé en décembre 1994. Comprend plusieurs rubriques sur les divers aspects de l'Internet et répertorie les nouveaux sites. Couvre également les services commerciaux comme America Online et Delphi.

Quelques fournisseurs montréalais de services Internet


| Page d'accueil | Articles | Page précédente | Page suivante | Bibliographie | Glossaire | Hyperliens |

© 1998-2002. Mario Tessier - Tous droits réservés.
Adresse URL : http://pages.infinit.net/noxoculi/aq-article22.html